Comment gérer la culpabilité. Approche cognitive

Le professeur britannique de psychologie et de sciences du comportement David Burns explique comment identifier les premiers signes de dépression, faire face aux sentiments de culpabilité et comment se comprendre.

Aucun livre sur la dépression n'est complet sans un chapitre sur la culpabilité. Quelle est la fonction de la culpabilité? Les écrivains, les chefs spirituels, les psychologues et les philosophes tentent de répondre à cette question depuis des siècles. Sur quoi se fonde la culpabilité? Peut-être est-ce le concept de «péché originel» qui y est né? Ou les fantasmes incestueux œdipiens et autres tabous dont parlait Freud? La culpabilité est-elle une composante réaliste et bénéfique de l'expérience humaine? Ou est-ce une "émotion inutile" dont l'humanité serait mieux sans, comme le suggèrent certains auteurs modernes du domaine de la psychologie populaire?

Lorsque les mathématiques computationnelles sont apparues, les scientifiques ont découvert qu'ils pouvaient désormais résoudre facilement des problèmes de mouvement et d'accélération complexes qui étaient extrêmement difficiles à gérer avec les anciennes méthodes. La théorie cognitive nous a également fourni une sorte d'outil «informatique» émotionnel qui facilite le progrès à travers les épines des questions philosophiques et psychologiques..

Voyons ce qui peut être appris de l'approche cognitive. La culpabilité est une émotion que vous ressentez lorsque vous avez les pensées suivantes:

1. J'ai fait ce que je n'aurais pas dû faire (ou je n'ai pas fait ce que j'aurais dû faire) et cela ne répond pas à mes normes morales ou à mes notions d'équité.

2. Un tel "mauvais comportement" montre que je suis une mauvaise personne (ou j'ai tendance à faire du mal, j'ai un caractère gâté, des entrailles pourries, etc.).

L'idée de sa propre «méchanceté» est la principale raison des sentiments de culpabilité. Sans cela, les actions néfastes mènent à de sains sentiments de remords, mais pas de culpabilité. Le repentir découle d'une compréhension adéquate que vous vous êtes fait du mal intentionnellement et déraisonnablement à vous-même ou à une autre personne, ce qui viole vos normes d'éthique personnelles. Le repentir est différent de la culpabilité car cela ne signifie pas que votre faute montre à quel point vous êtes mauvais, mauvais ou immoral. En bref, vous éprouvez des remords ou des regrets pour votre comportement, tandis que la culpabilité est dirigée contre vous..

Si, en plus de vous sentir coupable, vous ressentez de la dépression, de la honte ou de l'anxiété, vous suivez probablement mentalement l'une des hypothèses suivantes:

1. Mon «mauvais comportement» me rend inférieur ou inutile (cette interprétation conduit à la dépression).

2. Si les autres savaient ce que j'avais fait, ils me mépriseraient (cette pensée provoque un sentiment de honte).

3. Je peux subir des représailles ou je peux être puni (cette pensée est alarmante).

Le moyen le plus simple d'évaluer si ces sentiments sont bénéfiques ou destructeurs est de déterminer s'ils contiennent l'un des dix biais cognitifs décrits au chapitre 3. Si ces erreurs de pensée sont présentes, votre culpabilité, votre anxiété, votre dépression ou votre honte sont certainement injustifiées et irréalistes.... Je soupçonne que vous constaterez que bon nombre de vos sentiments négatifs sont en fait basés sur ces erreurs de pensée..

La première distorsion lorsque vous vous sentez coupable peut être que vous avez fait quelque chose de mal. C'est peut-être le cas, mais peut-être pas. Le comportement que vous condamnez en vous-même est-il vraiment aussi effrayant, immoral, mauvais? Ou exagérez-vous l'ampleur du problème? Une charmante assistante de laboratoire médical m'a récemment apporté une enveloppe scellée avec un morceau de papier sur lequel elle a écrit quelque chose de si terrible sur elle-même qu'elle ne pouvait pas le dire à haute voix. Lorsqu'elle me tendit l'enveloppe, tremblante dans ses mains, elle me prit la promesse de ne pas la lire à haute voix et de ne pas rire d'elle. À l'intérieur se trouvait le message: "Je me cueille le nez et je mange des crottes de nez!" La prémonition du désastre et l'horreur sur son visage contrastaient si vivement avec la bagatelle écrite sur un morceau de papier que je fus amusé. J'ai perdu tout sang-froid professionnel et j'ai ri. Heureusement, elle a également ri de bon cœur et s'est sentie soulagée..

Suis-je en train de dire que vous ne vous conduisez jamais mal? Non. Une telle position serait extrêmement irréaliste. Je veux simplement souligner que plus vous exagérez l'ampleur de vos erreurs, plus les tourments et l'autocritique seront inutiles..

La deuxième distorsion clé qui conduit à des sentiments de culpabilité est la tendance à être étiqueté comme une «mauvaise personne» pour ce que vous avez fait. C'est ce genre de pensée destructrice superstitieuse au Moyen Âge qui a conduit à la chasse aux sorcières! Peut-être avez-vous vraiment fait un acte mauvais, méchant et offensant, mais il est inapproprié de vous qualifier de «mauvais» ou de «gâté», car de cette façon vous dépenserez sans cesse de l'énergie sur des expériences et des reproches personnels, et non sur une recherche créative de la meilleure stratégie de résolution de problèmes.

Une autre distorsion courante qui provoque des sentiments de culpabilité est la personnalisation. Vous acceptez de manière déraisonnable la responsabilité de ce que vous n'avez pas fait. Disons que vous critiquez de manière constructive votre petit ami, qui est sur la défensive et plein de ressentiment. Vous pouvez vous blâmer d'être bouleversé et sauter à la conclusion que votre commentaire était inapproprié. En fait, il était bouleversé par ses propres pensées négatives, pas par votre commentaire. De plus, ces pensées sont probablement déformées. Il a peut-être pensé que votre critique impliquait qu'il n'était pas assez bon et a conclu que vous ne le respectiez pas..

Et d'ailleurs, avez-vous mis cette idée illogique dans sa tête? Évidemment pas. Il l'a fait lui-même, vous ne pouvez donc pas assumer la responsabilité de sa réaction..

Puisque la thérapie cognitive prétend que ce sont les pensées qui génèrent des sentiments, vous pouvez arriver à la conclusion nihiliste que vous ne pouvez faire de mal à personne, quoi que vous fassiez, et que vous avez donc le droit de faire n'importe quoi. Après tout, pourquoi ne pas quitter votre famille, tromper votre femme ou tromper votre partenaire commercial? S'ils sont bouleversés, c'est leur problème, ce sont leurs pensées, d'accord?

Non! Ici, nous soulignons à nouveau l'importance des biais cognitifs. Tant que le sentiment de frustration est causé chez une personne par des pensées déformées, vous pouvez dire qu'elle est responsable de sa souffrance. Si vous vous blâmez pour la douleur de cette personne, c'est une erreur de personnalisation. À l'inverse, si la souffrance d'une personne est causée par des pensées fiables et non déformées, alors elle est réelle et peut vraiment avoir une cause externe. Par exemple, si vous me frappez au ventre, je penserai probablement: «Vous m'avez frappé! Ça fait mal pour toi! " Dans ce cas, vous êtes responsable de ma douleur, et votre opinion que vous m'avez blessé n'est en aucun cas le résultat d'une perception déformée. Tes remords et mon inconfort sont réels et vrais.

Des demandes inadéquates avec le mot «devrait» sont un chemin direct vers la culpabilité. Des exigences irrationnelles envers vous-même signifient que vous devez être parfait, omnipotent ou omnipotent. Ces «règles de vie» perfectionnistes vous nuisent en créant des attentes impossibles et en vous rendant moins flexible. Un de ces exemples: «Je dois toujours être heureux». Et voici un corollaire à cette règle: chaque fois que vous êtes contrarié, vous vous sentez comme un échec. Puisqu'il est évident que l'objectif d'atteindre le bonheur éternel est irréaliste pour quiconque, une telle règle ne fait que nuire et remplace la responsabilité réelle de soi-même..

D'autres exigences inadéquates avec le mot «devrait» sont basées sur le principe que vous savez tout. Ils supposent que vous avez toutes les connaissances de l'univers et que vous pouvez prédire l'avenir avec une précision absolue. Par exemple, vous pensez: «Je n'aurais pas dû aller à la plage ce week-end parce que j'ai commencé à attraper la grippe. Quel imbécile je suis! Maintenant, je me sens tellement mal que je dois rester au lit pendant une semaine. " De tels reproches sont irréalistes, car vous ne saviez pas avec certitude qu'aller à la plage aggraverait votre état. Si vous aviez su cela, vous auriez agi différemment. Vous êtes humain et avez pris cette décision, réalisant plus tard que votre supposition était erronée..

Le troisième type d'exigence «doit» est basé sur la prémisse que vous êtes omnipotent. Ils supposent que, comme Dieu, vous avez des possibilités illimitées, vous pouvez vous contrôler vous-même et les autres, et atteindre tous les objectifs que vous voulez. Vous manquez un terrain de tennis et tressaillez en vous exclamant: "Je n'aurais pas dû manquer ce coup!" Pourquoi pas? Votre jeu de tennis est-il si génial que vous ne pouvez pas manquer un terrain?

Il est clair que ces trois catégories d'exigences avec le mot "devraient" créer un sentiment de culpabilité inadéquat, puisqu'elles ne reposent pas sur des arguments raisonnables.

Outre les distorsions, quelques autres critères peuvent aider à distinguer une culpabilité anormale des sentiments sains de remords ou de regret. Ce sont l'intensité, la durée et les conséquences de vos émotions négatives. Utilisons-les pour évaluer les sentiments de culpabilité intolérables d'une enseignante mariée de 52 ans nommée Janice. Janice a été gravement déprimée pendant de nombreuses années. Son problème était qu'elle était hantée par les souvenirs de deux vols à l'étalage survenus à l'âge de 15 ans. Menant une vie tout à fait honnête depuis, elle n'a pas pu surmonter le souvenir de ces deux incidents. Elle était hantée par des pensées qui créaient des sentiments de culpabilité: «Je suis un voleur, un menteur, une mauvaise personne, je suis un faux». L'agonie de sa culpabilité était si intense que chaque nuit, elle priait pour que Dieu la laisse mourir dans son sommeil. Chaque matin, se réveillant vivante, elle éprouvait une amère déception et se disait: "Je suis une si mauvaise personne que même Dieu ne veut pas me prendre." En désespoir de cause, elle a chargé l'arme de son mari, l'a pointée sur son cœur et a appuyé sur la détente. L'arme a raté. Elle n'a pas correctement armé la détente. Janice a ressenti le fiasco final: elle ne pouvait même pas se suicider! Jetant le pistolet par terre, elle sanglota de désespoir.

La culpabilité de Janice n'est pas justifiée, non seulement à cause des distorsions évidentes, mais aussi à cause de l'intensité, de la durée et des conséquences de ce qu'elle a ressenti et s'est dit. Ses sentiments ne ressemblent en rien à des remords ou à des regrets sains pour le vol à l'étalage, cette destruction irresponsable de son estime de soi qui l'aveugle, l'empêche de vivre ici et maintenant, et ne correspond à aucune véritable faute. Les conséquences de sa culpabilité créent un paradoxe ultime: la croyance qu'elle est une mauvaise personne l'a forcée à tenter de se suicider, l'acte le plus destructeur et insensé au monde..

Un cercle vicieux de culpabilité

Même si vous avez des sentiments de culpabilité malsains basés sur une distorsion, vous pouvez être pris au piège dans l'illusion que votre culpabilité est justifiée dès que vous commencez à vous sentir coupable. De telles illusions peuvent être très puissantes et persuasives. Voici ce que pourrait être votre raisonnement:

1. Je me sens coupable et critique. Cela signifie que je suis vraiment mauvais.

2. Puisque je suis mauvais, je mérite de souffrir..

Ainsi, la culpabilité vous convainc de votre propre inutilité et conduit à un sentiment de culpabilité encore plus grand. Cette connexion cognitivo-émotionnelle verrouille vos pensées et vos sentiments les uns dans les autres. Vous vous retrouvez dans un système fermé que j'appelle le "cercle vicieux de la culpabilité".

Ce cercle vicieux est alimenté par le raisonnement émotionnel (voir le chapitre sur les biais cognitifs). Vous supposez automatiquement que parce que vous vous sentez coupable, vous devez avoir échoué quelque part et donc mériter la souffrance. Vous pensez probablement comme ceci: "Je me sens mal, donc je suis probablement mauvais." C'est irrationnel parce que votre haine de soi ne prouve pas nécessairement que vous avez fait quelque chose de mal. Votre culpabilité ne reflète que votre opinion selon laquelle vous vous êtes mal comporté. C'est peut-être le cas, mais c'est souvent loin de la vérité. Par exemple, les enfants sont souvent punis sans raison lorsque les parents sont fatigués, agacés et interprètent mal leur comportement. Dans ces circonstances, la culpabilité de l'enfant ne prouve évidemment pas qu'il ou elle a fait quelque chose d'aussi terrible..

L'auto-flagellation ne fait qu'alimenter le cycle de la culpabilité. Les pensées qui provoquent la culpabilité mènent à des comportements improductifs qui renforcent vos croyances sur votre propre inutilité. Par exemple, un neurologue enclin coupable essayait de se préparer à un examen de certification. Il lui était difficile de se préparer pour le test et elle se sentait coupable de ne pas avoir étudié correctement. Par conséquent, elle passait beaucoup de temps chaque soir à regarder la télévision, alors que les pensées suivantes lui tournaient dans la tête: «Je ne devrais pas regarder la télévision. Je dois étudier pour l'examen. Je suis paresseux. Je ne mérite pas d'être médecin. Je suis trop égoïste. Je mérite d'être puni. " Ces pensées lui ont donné un énorme sentiment de culpabilité. Puis elle a raisonné comme ceci: "Cette culpabilité prouve seulement que je suis une personne paresseuse et mauvaise." Son auto-flagellation et sa culpabilité ne faisaient que se nourrir..

Comme beaucoup de personnes sujettes à la culpabilité, elle a gardé l'idée que si elle se punissait suffisamment, cela finirait par la libérer. Malheureusement, le contraire est vrai. La culpabilité a simplement épuisé ses forces et renforcé la conviction qu'elle était paresseuse et intenable. Le seul résultat de son dégoût de soi était des raids nocturnes obsessionnels sur le réfrigérateur, au cours desquels elle se gorgeait de crème glacée ou de beurre de cacahuète..

Le cercle vicieux dans lequel elle est tombée est illustré à la figure 8.1. Ses pensées, sentiments et comportements négatifs ont créé ensemble une illusion autodestructrice et violente qu'elle était «mauvaise» et ne pouvait pas se contrôler..

La culpabilité est irresponsable

Si vous avez fait quelque chose d'inapproprié ou de nuisible, cela signifie-t-il que vous méritez de souffrir? Si vous pensez que la réponse à cette question est oui, demandez-vous: «Combien de temps devrais-je souffrir? Journée? An? Pour le reste de ta vie? " Quel jugement allez-vous décider de vous transmettre? Êtes-vous prêt à mettre fin à votre propre souffrance et à cesser de vous torturer à l'expiration de votre peine? Ce serait au moins une forme de punition responsable, limitée dans le temps. Mais d'abord, quel est l'intérêt de se torturer avec culpabilité? Si vous faites une erreur et faites du mal, votre culpabilité n'annulera pas l'erreur par magie. Cela n'accélérera pas le processus d'apprentissage et ne rendra pas moins probable que vous recommenciez à l'avenir. Les autres ne vous aimeront pas et ne vous respecteront pas davantage parce que vous vous sentez coupable et vous rabaissez de cette façon. La culpabilité ne mènera pas à une vie productive. Alors quel est le point?

Beaucoup de gens demandent: "Mais comment puis-je me comporter moralement et contrôler mes impulsions si je ne me sens pas coupable?" C'est l'approche d'un gardien de prison. Vous semblez penser que vous êtes si malveillant et incontrôlable que vous devez constamment vous punir pour ne pas vous perdre. Bien sûr, si votre comportement blesse les autres, une petite dose de remords atroces vous aidera à mieux comprendre les conséquences de vos actes qu'un aveu neutre et émotionnellement incolore d'actes répréhensibles. Mais sans aucun doute, cela n'a jamais aidé personne à se considérer comme une mauvaise personne. Le plus souvent, la croyance en sa propre insignifiance ne fait qu’aggraver les «mauvais» comportements.

Le changement et l'apprentissage se produisent plus rapidement lorsque vous: a) reconnaissez qu'une erreur s'est produite et b) développez une stratégie pour résoudre le problème. Vous rendrez le processus beaucoup plus facile si vous vous offrez de l'amour et de la détente. Et la culpabilité ne fera que gêner.

Par exemple, les patients me reprochent parfois de m'autoriser un commentaire sévère qui les a amenés à penser mal. Cette critique fait généralement mal et ne me culpabilise que s'il y a du vrai. Si je me sens coupable et que je me dis «mauvais», j'ai tendance à réagir de manière défensive. J'ai le désir de nier l'erreur, de la justifier ou de lancer une contre-attaque, car c'est dégoûtant de se sentir comme une «mauvaise personne». Cela rend difficile d'admettre votre erreur et de la corriger. Si, au contraire, je ne me réprimande pas et ne sens pas que mon estime de soi est violée, il m'est facile d'admettre une erreur. Ensuite, je peux facilement résoudre le problème et apprendre quelque chose. Moins je me sens coupable, plus je gère efficacement la situation..

Ainsi, si vous faites une erreur, vous devez la reconnaître, apprendre une leçon et changer la situation. La culpabilité aide-t-elle ici? Je n'y crois pas. Au lieu de vous aider à admettre votre propre erreur, la culpabilité ne fait qu'obscurcir les pistes. Vous ne voulez entendre aucune critique. Vous ne pouvez pas supporter vos propres erreurs parce qu'elles vous font vous sentir mal. C'est pourquoi la culpabilité est improductive..

Vous pourriez argumenter: «Comment puis-je savoir si j'ai fait quelque chose de mal si je ne me sens pas coupable? Et si je commence à me livrer à des atrocités aveugles, à un égoïsme incontrôlable et destructeur, si je ne me sens pas coupable? "

Tout est possible, mais j'en doute honnêtement. Vous pouvez remplacer les sentiments de culpabilité par une base plus consciente de comportement moral - l'empathie. L'empathie est la capacité de visualiser les conséquences de votre comportement, à la fois bonnes et mauvaises. C'est la capacité de prendre conscience de l'impact de vos actions sur vous et sur les autres, et de ressentir une tristesse et des regrets valables et authentiques sans vous qualifier de mauvais de nature. L'empathie crée le climat mental et émotionnel nécessaire pour réguler le comportement d'une manière morale et auto-apprenante, sans qu'il soit nécessaire d'utiliser le fouet de la culpabilité..

En utilisant les critères suivants, vous pouvez facilement déterminer si vos sentiments sont des remords normaux et sains ou des sentiments de culpabilité autodestructeurs et déformés. Demande toi:

Ai-je fait quelque chose de «mauvais», «injuste», délibérément et intentionnellement m'a blessé? Ou suis-je déraisonnablement exigeant que je sois parfait, omniscient ou omnipotent?

2. Est-ce que je me considère comme une personne mauvaise ou méchante à cause de cela? Mes pensées et autres biais cognitifs, tels que l'exagération, la sur-généralisation, etc..?

3. Mes regrets ou mes remords sont-ils réalistes? Est-ce que cela provient d'une conscience empathique des conséquences négatives de mes actions? L'intensité et la durée de ma réponse émotionnelle douloureuse sont-elles adaptées à l'acte que j'ai fait??

Suis-je prêt à apprendre de mon erreur? Que fais-je pour ça? Pensez-vous comment résoudre la situation actuelle? Ou pleurnicher, rejouer ce qui s'est passé dans mes pensées? Ou peut-être que je me punis de manière injustifiée?

Examinons maintenant certaines des techniques qui vous aideront à vous débarrasser de votre culpabilité déplacée et à développer le respect de vous-même..

1_) Un journal d'enregistrement des pensées automatiques. Dans les chapitres précédents, vous avez vu un journal de réflexion automatique qui peut vous aider à surmonter la faible estime de soi et les sentiments d'insuffisance. Cette technique gère avec grâce une variété d'émotions indésirables, y compris la culpabilité. Enregistrez l'événement qui vous fait vous sentir coupable dans la colonne Situation. Par exemple, "J'ai répondu grossièrement à un collègue" ou "Au lieu de déposer dix dollars, j'ai jeté l'appel de collecte de fonds des anciens à la poubelle." Puis «écoutez» la voix du tyran dans votre tête et notez les accusations spécifiques qui déclenchent des sentiments de culpabilité. Enfin, identifiez les distorsions et notez des pensées plus objectives. Cela deviendra plus facile pour vous.

Un exemple de ce travail est présenté dans le tableau 8.1. Shirley était une jeune femme sensible qui a décidé de déménager à New York pour poursuivre une carrière d'actrice. Après avoir passé une longue et épuisante journée à chercher un appartement, elle et sa mère ont repris le train pour Philadelphie. Lorsqu'ils sont montés dans le train, ils ont constaté qu'aucun repas n'était fourni. La mère de Shirley a commencé à se plaindre du manque de service et Shirley s'est sentie consumée par la culpabilité et une vague d'autocritique. Quand elle a écrit les pensées qui ont causé la culpabilité et leur a donné une réponse, elle a éprouvé un soulagement significatif. Elle m'a dit qu'en faisant face à sa culpabilité, elle évitait les crises de colère qu'elle lance habituellement dans des situations aussi désagréables (voir tableau 8.1)..

2_) Techniques pour neutraliser les déclarations de soi. Voici quelques méthodes pour neutraliser les exigences irrationnelles du «must» que vous vous faites. Tout d'abord, demandez-vous: «Qui a dit que je devrais? Où est-ce écrit? " Le but est que vous vous rendiez compte que vous n'avez pas le droit de vous critiquer. En fin de compte, c'est vous qui établissez vos propres règles. Une fois que vous voyez que la règle ne vous fait aucun bien, vous avez le droit de la réviser ou de l'annuler. Supposons que vous vous disiez que vous devez être en mesure de rendre votre conjoint heureux tout le temps. Si vous comprenez par expérience qu'il est irréaliste et inutile d'essayer même, alors vous pouvez réécrire cette règle pour la rapprocher de la réalité. Par exemple: «Je peux parfois rendre mon conjoint heureux, mais bien sûr pas tout le temps. En fin de compte, son bonheur dépend de lui-même. Et je ne suis ni plus parfait ni plus parfait que lui. Par conséquent, je n’attendrai pas une gratitude constante pour ce que je fais ".

Au moment de décider de l'utilité de telle ou telle règle, demandez-vous: "Quels sont les avantages et les inconvénients de cette règle?", "Comment est-ce que l'exigence de toujours rendre mon conjoint heureux m'aide, et quel est le coût d'une telle croyance?" Vous pouvez estimer les avantages et les inconvénients de cette règle interne à l'aide de deux colonnes, comme indiqué dans le tableau 8.2..

Un autre moyen simple mais efficace de vous épargner des exigences excessives envers vous-même consiste à remplacer le mot «devrait» par d'autres, en utilisant également la technique à deux colonnes. Les expressions «Ce serait bien si» ou «Si je pouvais, je serais bien pour ça. ". Ils sont souvent plus réalistes et moins frustrants. Par exemple, au lieu de «Je devrais rendre ma femme heureuse», vous pourriez dire «Ce serait formidable si je pouvais rendre ma femme heureuse parce qu'elle est bouleversée. Je peux lui demander comment elle est bouleversée et réfléchir à la manière dont je pourrais l'aider. " Ou au lieu de «Je n'aurais pas dû manger de glace», vous pouvez dire: «Ce serait mieux si je ne mangeais pas cette glace, mais mon acte n'est pas la fin du monde»..

Et une autre méthode consiste à vous montrer que votre exigence n'est pas vraie. Par exemple, lorsque vous dites «je n'aurais pas dû faire cela», vous supposez 1) que vous n'auriez vraiment pas dû faire cela et 2) cela vous aidera si vous vous en parlez. La méthode de la réalité révélera, à votre surprise, que la vérité est exactement le contraire: a) vous auriez dû faire exactement ce que vous avez fait et b) cela vous blessera si vous vous disiez que vous n'auriez pas dû le faire.

Traduction: Anna Kogteva. Snob source.

Sentiment constant de culpabilité et d'anxiété

Pourquoi y a-t-il un sentiment constant de culpabilité??

Résoudre la question de savoir comment se débarrasser des sentiments de culpabilité n'est pas un événement de cinq minutes; elle nécessite une analyse des origines du phénomène. Les raisons de tourmenter l'âme des remords pour les «péchés» passés dans la plupart des cas remontent à l'enfance.

C'est alors que les conditions préalables ont été posées pour l'auto-examen quotidien et l'habitude de se «lyncher» soi-même, le coupable. Ce ne sont pas seulement des douleurs de conscience, mais de l'autocritique, et des parents stricts en deviennent la cause première..

Il s'agit, tout d'abord, d'une insatisfaction envers soi-même et son acte, une réaction subjective à une violation des valeurs généralement acceptées. Selon les psychologues, le sentiment de culpabilité se forme à partir de plusieurs entrelacs d'expériences émotionnelles, mais c'est surtout du «remords». Fondamentalement, la culpabilité est la peur d'être puni..

comment se débarrasser des pensées obsessionnelles négatives

Anxiété et anxiété: causes, symptômes, traitement

Tu te souviens comment tes parents t'ont appelé à la conscience quand tu ne faisais rien? Instiller la culpabilité est l'un des outils pour élever les enfants et peu de gens peuvent s'en passer. C'est une sorte de manipulation d'un enfant pour qu'il comprenne ce qui est bon et mauvais..

Par exemple, un fils a déchiré son jean en sautant par-dessus une clôture, ce qui signifie que la famille devra économiser sur quelque chose pour en acheter de nouveaux. Ou, la fille s'est mal comportée pendant la leçon, maintenant les parents devront trouver des excuses au réalisateur et rougir de honte.

Tout cela s'accumule progressivement au cours de la vie et peut provoquer des auto-accusations injustifiées. Il existe également une option lorsque le bébé se cache derrière un sentiment de culpabilité pour ne plus être grondé..

Après tout, s'il commence à s'inquiéter, les parents ou les enseignants comprennent que l'enfant a réalisé son comportement.

Il existe également un type d'éducation opposé. Par exemple, un bébé est constamment félicité pour une raison quelconque et sans elle..

Lorsque les parents considèrent leur enfant comme le plus intelligent, le plus beau, le plus gentil, etc. Ils le voient à l'avenir comme un excellent médecin, avocat ou chanteur.

Puis le temps passe, et les parents voient que leur fils ou leur fille n'a pas été à la hauteur des attentes, il s'avère qu'ils ont un enfant tout à fait ordinaire. En grandissant, une personne se rend compte qu'elle n'a pas réalisé ses espoirs parentaux dans la vie, par conséquent, la déception en elle-même se développe progressivement en elle..

La société, la religion, les parents - tout au long de la vie établissent les règles de certains comportements. Un adulte qui a commis une infraction mineure et violé une interdiction peut par la suite ressentir de la honte et de la culpabilité pour ce qu'il a fait pendant une longue période..

Se sentir coupable devant un enfant: comment ne pas élever une personne malheureuse?

Une attention parentale excessive devient parfois déraisonnable, en particulier dans le scénario de la «mère». L'incapacité à protéger l'enfant des troubles du monde conduit parfois la mère vivant pour son enfant à la frustration et aux dépressions nerveuses.

Tremblements dans les mains, voix brisée, bégaiements provoqués par le stress ne sont que les premières manifestations de la névrose. Cependant, ils ne sont pas loin de troubles psychosomatiques graves..

Cette variante de la relation mère-enfant ne se limite pas aux pertes purement maternelles. Un fils ou une fille perd plus qu'il ne gagne.

Ce n'est pas un secret: les problèmes familiaux et domestiques - un divorce d'avec son mari, un petit salaire, un appartement exigu - ne peuvent qu'affecter le processus éducatif. Mais la fatigue liée à l'adversité ne doit pas se transformer en un sentiment de culpabilité devant l'enfant - avec un tel virage, la fin est imprévisible.

Cela ne fonctionnera pas pour mettre fin à l'inconfort, à la confusion face aux épreuves de la vie sans se rendre compte qu'il y a deux côtés dans les couples mère-enfant, père-enfant et que les deux sont également importants. Se harceler, répéter «Je suis une mauvaise mère», oublier le mouvement vers la réussite personnelle ou professionnelle, est inutile. Il est temps d'inviter les plus jeunes à participer au jeu test "Comment rendre notre famille heureuse".

Jeu "Maman-Papa Fils-Fille = Famille"

La tâche des enfants est de terminer les déclarations:

  • - Je suis content quand maman (papa)...
  • - Je suis en colère si maman...
  • - Je rêve que...
  • - Je suis content que...
  • - Je m'offense de ma famille si...
  • - J'ai peur (triste, insupportable)...

Trouble anxieux généralisé: symptômes et traitement (vidéo)

Le sentiment d'anxiété est une caractéristique génétiquement inhérente à une personne: une nouvelle activité, des changements dans la vie personnelle, des changements dans le travail, dans la famille, etc., devraient provoquer une légère anxiété..

L'expression «seul un imbécile n'a pas peur» a perdu de sa pertinence à notre époque, car pour beaucoup, l'angoisse de panique apparaît à partir de zéro, puis la personne se ressaisit tout simplement et des peurs exagérées augmentent comme une boule de neige.

Avec l'accélération du rythme de la vie, des sentiments constants d'anxiété, d'anxiété et d'incapacité à se détendre sont devenus des états habituels..

La névrose, selon la taxonomie russe classique, fait partie des troubles anxieux, c'est une condition humaine causée par une dépression prolongée, un stress sévère, une anxiété constante et, dans le contexte de tout cela, des troubles végétatifs apparaissent dans le corps humain..

Les troubles anxieux sont-ils un signal de danger ou un phénomène inoffensif? Trouble anxieux généralisé: symptômes et traitement principal.

La qualité de vie d'une personne dépend en grande partie de son état psycho-émotionnel. Le véritable fléau de notre temps est devenu une maladie telle que le trouble anxieux-dépressif. La maladie peut changer qualitativement la vie d'un individu pour le pire.

Les symptômes de ce type de trouble sont divisés en deux types de manifestations: cliniques et autonomes.

Comment se débarrasser de la culpabilité persistante

Le problème du sentiment de culpabilité d'une personne découle d'un conflit intrapersonnel entre l'émotion et le devoir. Dans ce cas, l'individu se sentira toujours coupable, et cela ne dépendra pas de la solution choisie. Les principaux facteurs auxquels un individu prête attention pendant une période de choix douloureux sont ses idées personnelles sur le bien et le mal..

Comment se débarrasser de la culpabilité constante: 3 moyens efficaces

Le sentiment de culpabilité fait partie de ces émotions névrotiques qui peuvent hanter une personne pendant des années. Les personnes au caractère anxieux et méfiant, en particulier les personnes sensibles, peuvent constamment vivre avec un sentiment de culpabilité. Naturellement, il y a toujours un fort stress émotionnel. Cet état est un excellent tremplin pour l'apparition de névrose ou de trouble anxieux. Dans cet article, nous examinerons 3 façons de se débarrasser des sentiments de culpabilité persistants et de déterminer laquelle est la plus efficace..

Comment se débarrasser de la culpabilité: pourquoi elle apparaît

Comme déjà indiqué, la culpabilité s'apparente au ressentiment. Une personne qui peut souvent et fortement être offensée éprouve également une culpabilité plus grave. Pourquoi cela arrive-t-il? La culpabilité survient lorsque nous ne sommes pas à la hauteur des attentes des autres envers nous. Et pas seulement ceux qui nous entourent, mais seulement les parents, les amis, ceux qui nous sont chers. À propos, seuls sur eux nous pouvons être offensés. Faites attention, il est impossible d'être offensé par une personne que nous ne connaissons pas ou ne connaissons pas superficiellement. S'il fait quelque chose que nous n'aimons pas, nous sommes plus susceptibles de nous sentir irrités ou en colère..

Dans le cas du ressentiment, nous avons des attentes bien précises concernant le comportement humain. Et quand il ne les justifie pas, nous commençons à lui en vouloir. Et lui, en conséquence, s'il se rend compte qu'il nous a laissé tomber, il peut se sentir coupable. C'est pourquoi ces sentiments sont interconnectés. On pourrait dire que la culpabilité découle d'un décalage entre les attentes de nos proches concernant notre comportement et les actions réelles que nous entreprenons, mais est-ce vrai? Pouvons-nous être sûrs de savoir quelles sont les attentes de ceux qui nous entourent à notre sujet? Bien sûr que non.

Le rôle de la pensée dans la formation de la culpabilité

Chacun de nous a ses propres croyances, règles et croyances. Et souvent, nous les projetons inconsciemment sur les autres, en supposant qu'ils devraient penser et ressentir la même chose que nous. En conséquence, si nous faisons quelque chose que nous n'approuvons pas nous-mêmes, nous pouvons nous sentir coupables envers les autres. Mais il n'est pas du tout nécessaire que leur évaluation de cet événement soit exactement cela. En réalité, ils ne peuvent pas du tout être offensés par nous, ni être offensés pour autre chose. Ainsi, nous pouvons dire que la culpabilité est formée du fait que nous pensons que notre comportement ne correspond pas aux attentes des autres..

En conséquence, la culpabilité survient lorsque les éléments suivants sont présents simultanément:

  • comportement réel envers un être cher;
  • connaître ou représenter ses pensées et celles qui l'entourent ou interpréter ces pensées comme des délits;
  • une réaction émotionnelle à une telle divergence dans le comportement et les attentes d'une autre personne.

Avec la combinaison de ces trois facteurs, une personne a un sentiment de culpabilité. Mais s'il ne remarque pas les sentiments de l'autre personne ou ne ressent tout simplement pas d'inconfort à cause de cette inadéquation, le sentiment de culpabilité ne se manifestera pas..

Parenting et culpabilité

Provoquer des sentiments de culpabilité est un excellent moyen de manipuler une personne. Beaucoup d'entre nous ont été élevés par nos parents sans le savoir en utilisant cette méthode. En ressentant manifestement l'enfant pour une sorte d'offense, ils lui ont fait ressentir de l'inconfort, de la culpabilité. Ainsi, en nous habituant au fait que pour ne pas ressentir ces émotions, nous devons être obéissants et confortables.

Cette méthode est-elle efficace? Oui. Les enfants qui cherchent à recevoir de l'amour et du soutien s'adaptent, adaptent leur comportement aux attentes de leurs parents. Mais il ne faut pas oublier qu’ils le font par peur du rejet. Et les habitudes de penser de cette manière sont reportées à l'âge adulte, ce qui pose beaucoup de problèmes aux enfants adultes. Ils se sentent obligés d'être à la hauteur des attentes des autres et essaient de toutes les manières possibles de rechercher l'approbation des autres. En élevant un enfant à travers des sentiments constants de culpabilité, nous créons les fondations des problèmes émotionnels futurs..

Comment se débarrasser de la culpabilité persistante

Ainsi, nous comprenons que pour maintenir la santé émotionnelle, le fardeau à long terme de la culpabilité doit être éliminé. En effet, les pratiques et exercices pour réduire l'anxiété ne seront pas d'un bénéfice maximal si vous vous sentez constamment coupable envers vos proches. Par conséquent, nous allons essayer de démonter toutes les façons dont cette émotion négative peut être supprimée..

Suivre les attentes des autres

Si vous correspondez toujours et en tout aux attentes des autres, alors le sentiment de culpabilité n'aura rien auquel s'accrocher. Il est facile de deviner qu'un tel concept n'est pas viable. Cependant, beaucoup agissent précisément selon cet algorithme, essayant toujours de s'adapter aux perceptions des autres. Cette méthode vous conduira dans une névrose encore plus rapide qu'un sentiment de culpabilité arbitrairement long. De plus, dans cette situation, la honte peut apparaître en raison de l'incohérence de son propre concept de soi - l'image idéale. Après tout, peu de gens rêvent d'être flexibles et obéissants à tout le monde..

Réduire la manifestation du ressentiment d'une autre personne

Lorsque nous éprouvons de la culpabilité, nous sentons que quelqu'un de proche est offensé par nous. Nous pouvons essayer d'atténuer son ressentiment. Il y a d'autres façons de le faire:

  • parler, discuter de la motivation de leurs actions;
  • demander le pardon;
  • se rencontrer à mi-chemin sur une autre question;
  • cajoler de quelque manière que ce soit, etc..

Cette stratégie peut parfois fonctionner, mais elle présente de nombreux inconvénients. Les personnes qui la suivent constamment s'excusent souvent et trouvent des excuses même dans des situations où cela leur est nuisible. Ils sont généralement passifs et motivés. De plus, il n'est pas toujours possible de se débarrasser complètement du sentiment constant de culpabilité de cette manière..

Analyser et accepter votre comportement comme un moyen de se débarrasser des sentiments constants de culpabilité

Le moyen le plus sain et le plus efficace sur le plan émotionnel de se débarrasser des sentiments de culpabilité persistants consiste à accepter soi-même et son comportement tels qu'ils sont. Après tout, des situations surviennent souvent lorsque nous prenons consciemment des actions dans notre intérêt, sachant qu'elles offenseront quelqu'un. Le ressentiment de quelqu'un d'autre ne doit pas nous conduire à des sentiments de culpabilité atroces..

Bien sûr, cela vaut la peine de faire une analyse: vos actions sont-elles adéquates et constructives? Et s'ils sont vraiment destructeurs, ne vaut-il pas la peine d'y prêter attention pour agir différemment à l'avenir? Être capable de corriger son comportement est un signe d'adaptabilité, et c'est le principal indicateur de la résistance au stress dans le monde moderne. Oui, nous nous trompons parfois, mais éprouver une culpabilité atroce n'est pas la solution. Nous pouvons ressentir des regrets, réfléchir à ce qu'il faut faire la prochaine fois. Et ce sera déjà une réaction plus saine sur le plan émotionnel..

Schéma ABC / SMAR et pensées difficiles

En conséquence, pour travailler sur le sentiment de culpabilité, il faut aborder le problème de manière rationnelle. À l'aide du tableau ABC / SERM, essayez de trouver les pensées et les croyances qui mènent à des sentiments de culpabilité. En les défiant, vous pouvez atténuer le stress émotionnel, puis développer de nouvelles attitudes et règles plus saines. Voici quelques exemples de questions qui sont parfaites pour traiter de telles pensées et croyances inadaptées:

  • quelles sont les attentes de l'autre personne à votre égard?
  • est-ce que je sais avec certitude quelles sont ces attentes? Ne puis-je pas interpréter son comportement comme une offense?
  • dans quelle mesure ces attentes sont-elles réalistes? Se pourrait-il que la personne ne connaisse tout simplement pas vos désirs ou vos capacités?
  • si vous avez agi selon vos souhaits et vos besoins?
  • devez-vous toujours répondre aux attentes des autres ou voulez-vous toujours agir dans votre propre intérêt?

Vous pouvez en savoir plus sur les sentiments de culpabilité et autres émotions névrotiques dans le livre des psychologues Anastasia Bubnova et Pavel Fedorenko «Settings for the Mind». Il s'agit d'un guide pratique excellent et efficace pour travailler avec la pensée, basé sur des méthodes de thérapie cognitivo-comportementale..

Culpabilité constante

Les sentiments constants de culpabilité et d'insatisfaction envers soi-même sont des émotions socialement induites artificiellement. De telles expériences intérieures exercent une pression psychologique et sont l'un des sentiments destructeurs de base d'une personne. Probablement, au moins une fois dans sa vie, tout le monde s'est demandé comment se débarrasser du sentiment constant de culpabilité..

Et puisque vous lisez cet article, cela signifie que vous n'avez pas encore de réponse à cette question. Ou peut-être que vous n'avez pas réussi à reconnaître ce sentiment et que vous êtes embourbé dans un abîme émotionnel, le ressentiment, le remords et la culpabilité se mélangent dans votre tête, vous êtes confus, ne comprenant pas pleinement quelles émotions sont en votre possession. Ce n'est pas surprenant, des études choquantes ont été présentées par des Américains, affirmant que 96% des femmes éprouvent des sentiments de culpabilité au moins une fois par jour, et cela se produit inconsciemment..

Avant d'apprendre à vous débarrasser des sentiments persistants de culpabilité et d'anxiété, essayez de tracer une ligne entre se sentir coupable et être coupable. Après tout, si ce dernier est un moment réel de votre vie, alors le premier concept ne se déroule plutôt que dans votre tête. Donnons un exemple pour comprendre. Vous avez offensé quelqu'un en disant une raillerie, puis vous l'avez regretté, vous vous êtes rendu compte que vous aviez mal agi et vous vous êtes senti coupable. Cette émotion disparaîtra une fois que vous aurez réalisé et corrigé votre erreur en vous excusant auprès de la personne.

C'est une autre affaire lorsque des personnes proches de vous se concentrent sur le fait que vous êtes, par exemple, une mauvaise femme au foyer ou un père inattentif, vous manipulant et vous imposant de vagues reproches ou vous accusant de quelque chose que vous n'avez pas commis. Ces émotions négatives peuvent profondément blesser, persister longtemps dans vos pensées, empoisonner votre vie et vous manger de l'intérieur. Le complexe de culpabilité se développera à un niveau subconscient et sans vous en débarrasser à temps, vous vous perdrez, ce négatif sera absorbé en vous, formant des complexes. Donc, pour apprendre à contrôler vos émotions, il vaut la peine de comprendre où se trouvent les origines des sentiments de culpabilité, quelle est leur nature..

D'où vient la culpabilité?

D'où vient le sentiment de culpabilité et pourquoi ressentez-vous des remords dans des situations où, par définition, vous ne pouvez pas être coupable? La réponse, bien sûr, donne une réponse de notre subconscient, souvent ses racines remontent à l'enfance. Quand, enfant, les parents nous grondent pour nos erreurs: «N'as-tu pas honte? Comment est-ce possible? Vous êtes un mauvais / mauvais garçon / fille! " À l'école, nous sommes également inculqués aux fondements de la morale et de l'éthique qui nous hantent toute notre vie. Bien sûr, ces qualités sont nécessaires pour l'intérêt public, peut-être qu'il n'y avait pas de société sans elles.

Mais avez-vous déjà réfléchi au fait que ce sont ces principes moraux qui permettent à certains d'en exploiter d'autres? Des gens dépourvus de moralité, indifférents à leurs voisins, et exercent le pouvoir, gouvernant la société. Quelqu'un dans de petits groupes de personnes, par exemple, dans des bureaux, et quelqu'un en millions et en milliards, qui façonne le sort des pays. Oui, l'immoralité est bénéfique, mais si tout le monde crache sur des principes moraux, pouvons-nous être appelés humains et que deviendra ce monde?

Par conséquent, il est important de garder l'équilibre, d'apprendre à maintenir la conscience et la pureté spirituelle, mais en même temps de maintenir l'estime de soi. Vous êtes déjà adulte, votre structure morale a déjà été formée, puis nous discuterons de ce qu'il faut faire avec les complexes et l'insatisfaction que vous avez déjà, nous apprendrons à supprimer le sentiment de culpabilité. Mais pour que nos enfants ne répètent pas notre expérience, il est important de former en eux l'estime de soi et la confiance en soi dès le plus jeune âge, alors ils grandiront en bonne santé et heureux..

Quand ils ont tort, ne soyez jamais personnel. Au lieu des phrases «vous êtes méchant, désobéissant, ingrat», condamnez leurs actions spécifiques - «Je vous aime, mais vous m'avez énervé par votre acte.» Ensuite, ils apprendront à partager un sentiment constant de culpabilité devant tout le monde et des situations où ils sont vraiment à blâmer pour quelqu'un..

Symptômes d'un complexe de culpabilité

Si vous n'êtes pas sûr de votre état émotionnel, répondons à quelques points pour déterminer si vous vous sentez coupable:

• Vous rejouez constamment dans votre tête les conversations et les événements vécus au cours de la journée, en analysant où vous aviez raison et où vous aviez tort;
• Vous essayez de répondre à toutes les attentes du leadership, de la famille, en essayant d'être «bon aux yeux des autres»;
• Vous préférez ne discuter avec personne, car vous avez peur de la réaction des autres ou avez du mal à défendre votre opinion;
• Vous êtes manipulé à des fins égoïstes, mais vous n'arrêtez pas de communiquer avec ces personnes;
• Vous connaissez le sentiment de dépression;
• Vous cachez vos sentiments et vos pensées aux gens, craignant le rejet ou la peur d'un malentendu;
• Vous ne pouvez pas quitter un mari alcoolique ou une femme qui marche

Si vous avez répondu par l'affirmative à au moins deux des points ci-dessus, il est temps pour vous de vous débarrasser du sentiment de culpabilité, sinon le «cercle de culpabilité» vous prêtera et vous corrodera de l'intérieur.

Se débarrasser des remords

• Tout d'abord, essayez de vous rappeler dans quelles circonstances le sentiment de culpabilité est apparu. Analysez la situation, qu'il y ait là votre vraie faute ou que ce soit juste une invention artificielle ou imposée de votre imagination. Essayez de prendre du recul et de le regarder indépendamment, comme de l'extérieur. Lorsque vous jetez un regard sobre sur ce qui se passe, vous pouvez pousser un soupir de soulagement. Si vous réalisez que vous êtes vraiment coupable, admettez-le et demandez pardon à la personne qui a été blessée. Être pardonné, un énorme fardeau tombera de vos épaules.

• Analysez les «leviers» qui vous font vous sentir coupable et essayez d'arrêter d'y répondre. Les manipulations ne fonctionnent pas sur une personne émotionnellement mature, elle est prête à assumer la responsabilité des actions et des décisions prises et n'aura pas peur d'abandonner son choix, le reconnaissant comme erroné si quelque chose se passe. Admettez votre droit à l'erreur. Vous ne pouvez toujours pas devenir idéal pour tout le monde, vous ne devriez pas essayer de répondre aux attentes des autres. Comprendre, tout d'abord par vous-même, quel genre de personne vous êtes, ce que vous attendez de la vie, des personnes et d'une situation spécifique.

• Apprenez à vous aimer et à vous respecter. Asseyez-vous devant le miroir et parlez de tout ce qui vous dérange. Admettez vos erreurs et pardonnez toutes les infractions fictives et réelles. Dites à voix haute, en regardant votre réflexion: «Je vous pardonne toutes les erreurs que vous avez faites! Je t'aime! Tout ira bien! Je vous approuve en tout et je vous soutiendrai en tout! " Ensuite, écrivez sur papier tout ce dont vous vous sentez coupable devant vous ou les autres. Exprimez vos émotions à voix haute, en demandant pardon, aux personnes qui sont loin et avec lesquelles il n'y a aucun moyen de parler. Brûlez une feuille de papier en disant au revoir mentalement à la négativité, en voyant le passé, et cela vous aidera à vous débarrasser de votre culpabilité..

• Apprenez à exprimer ouvertement vos émotions, tant négatives que positives. Après tout, qu'est-ce que le vin? La culpabilité est une agression auto-dirigée. Dès que vous cessez de cacher votre «tête dans le sable» et que vous commencez à communiquer avec les autres d'une manière ouverte et acceptable, les relations avec les gens s'améliorent et le sentiment de culpabilité disparaît. Dialoguez honnêtement, sans faire amende honorable ni excuse, l'honnêteté est la meilleure base pour une relation.

• Cessez d'être une bouée de sauvetage pour les personnes qui n'essaient pas de régler leurs problèmes par elles-mêmes. Reconnaître que les autres ont le droit de choisir par lequel ils se trouvent dans une situation particulière.

En conclusion, il reste à ajouter que vous n'avez pas besoin de vous excuser et de vous excuser pour une infraction. Chaque fois, en vous attrapant sur de telles pensées et auto-flagellation, réfléchissez aux raisons pour lesquelles vous avez agi de cette manière et pas autrement. Et s'il y a au moins un argument en votre faveur, acceptez-le sans remords.

Culpabilité

Qu'est-ce que la culpabilité? C'est la peur, la punition et la protection contre votre propre agression interne, qui sont combinées en un tout. Une personne n'a pas confiance en elle-même, elle est anxieuse, elle se sent insatisfaite de l'environnement et de toute sa vie. Tout cela peut indiquer qu'une personne ressent une culpabilité qui l'opprime..

La culpabilité est une chose positive jusqu'à un certain point. Les remords d'un adulte ne lui permettent pas d'apporter de la douleur et de la souffrance à d'autres personnes avec ses actes et ses paroles. Mais le revers de la médaille est la manipulation des autres par des sentiments de culpabilité. De plus, la manifestation à long terme de tels sentiments entraîne des troubles et des problèmes mentaux. Cependant, ce n'est pas la capacité de se sentir coupable qui cause la permissivité..

Pour Freud, la culpabilité découle de l'angoisse que nous éprouvons devant notre voix exigeante de la conscience. Plus la conscience nous demande la perfection et l'impeccabilité bruyante et persistante, plus le jugement intérieur nous punit sévèrement..

Cependant, il est tout à fait normal de se sentir coupable parfois. Si une personne ressent la plupart du temps sa culpabilité sans raison valable, alors cela doit être combattu. Sans vous débarrasser de la culpabilité, vous pouvez vous détruire de l'intérieur..

Si le sentiment de culpabilité est rationnel, alors les causes et les conséquences de cet état peuvent être analysées. Mais il y a aussi une sorte de culpabilité irrationnelle, quand il n'y a aucun moyen de retracer ce qui a conduit à un tel sentiment. Une personne souffre en fait de remords et ne sait pas comment y faire face. Dans ce cas, on peut parler de la formation de la culpabilité dès l'enfance, qui a grandi avec l'âge à partir de relations avec un environnement proche, les parents.

L'enfant apprend le modèle de l'image parfaite de l'environnement proche. Il fait confiance à ses parents et veut être comme ils veulent qu'il soit. De plus, le sentiment de culpabilité peut survenir chez les enfants lorsqu'ils absorbent les idées inconscientes de leurs proches..

Comment la culpabilité se manifeste?

En fait, il existe de nombreux sentiments de culpabilité, c'est-à-dire qu'il existe un certain nombre de formes sous lesquelles il se manifeste chez une personne:

  • Sentiments de culpabilité et habitude de s'excuser pour leurs actes - une personne essaie de réduire, de lisser son intervention forcée, en utilisant des excuses. Cependant, une telle habitude peut dépasser toutes les limites et une personne ne voit tout simplement pas d'autres moyens de faire preuve de politesse qui ne provoquent pas de sentiment de culpabilité. Et ces personnes ont constamment le sentiment qu'il interfère avec quelque chose d'important, bien que son intrusion ait également de bonnes raisons. Il place les intérêts des autres avant les siens. De plus, cette habitude de s'excuser est développée chez une personne qui éprouve des sentiments constants de culpabilité sans raison..
  • La culpabilité et l'indignité, l'incohérence avec l'idéal sont des attitudes qui gâchent la vie d'une personne, car elle n'a pas les moyens d'être heureuse, de réaliser ses désirs et de vivre dans le bien-être.
  • Les sentiments de culpabilité et d'hostilité sont interconnectés. Une personne est hostile envers elle-même ou envers les autres. Dans ce cas, nous avons affaire à la revendication restante non exprimée envers celui qui a offensé, humilié, insulté. C'est une perception inconsciente. S'il est impossible de nommer la cause de l'agression, alors le conflit psychologique passé ne s'est pas épuisé et l'agression se manifeste en conséquence dans un sentiment de culpabilité. Et il y a une soif inconsciente de vengeance qui a besoin de trouver une issue.
  • La critique d'autres personnes désireuses de prouver leur cas est un exemple d'agression latente. Il s'agit d'un modèle de comportement d'une personne qui méprise le droit de faire des erreurs. Il considère la non-idéalité insignifiante comme une faiblesse. La critique d'un autre vous permet d'éviter la menace d'être pris sur votre erreur par d'autres personnes, de devenir imparfait aux yeux des autres.
  • Mais l'agression n'est pas toujours prononcée. Cela peut s'exprimer par une forme légère d'hostilité, d'ignorance, de comportement agressif, qui est généralement maîtrisé. Cependant, les émotions négatives, la peur du rejet par les autres s'accumulent et peuvent se manifester sous forme d'agression sur les autres..
  • L'anxiété et la culpabilité vont de pair. Il faut trouver une issue au sentiment de culpabilité. Et dans cette situation, une telle issue est un sentiment d'anxiété intense. Mais ces émotions ne peuvent être comparées à celles qu'une personne ressent dans des situations de conflit avec des collègues de travail ou la maladie d'un être cher. Une telle anxiété disparaît généralement après un certain temps. Et dans le cas de la culpabilité, l'anxiété est beaucoup plus forte et s'exprime dans une gamme importante de tourments et d'expériences, pratiquement incontrôlés et parfois non suivis. Les symptômes peuvent être très différents. Mais de cette manière, l'esprit subconscient trouve un moyen de sortir de la tension d'une situation problématique, à savoir, un exutoire pour des sentiments de culpabilité.

Une personne, se sentant coupable, perd des réserves de vitalité. Parfois, ce genre de vie devient tout simplement insupportable. Et il peut s'effondrer à un moment donné. Il est préférable de ne pas permettre un tel moment, mais d'attraper les symptômes à temps et de les résoudre par vous-même ou avec l'aide d'un spécialiste.

Les symptômes peuvent inclure des dépressions nerveuses, une consommation excessive d'alcool, une exacerbation de maladies chroniques, etc. La personne se sent malheureuse et comme acculée.

Comment se débarrasser de la culpabilité?

L'enfant ne se considère pas comme tout le monde veut le voir, l'adulte se sent incompétent en toute matière incompétent. Lorsqu'une compréhension des raisons de l'émergence de sentiments de culpabilité vient, il devient possible de développer un plan stratégique pour faire face à un tel état, arrêter de souffrir, arrêter de se sentir coupable.

De nombreuses personnes tourmentées par des sentiments de culpabilité à l'intérieur ont le désir de trouver une solution à ce problème afin de ne pas s'enliser pour le reste de leur vie..

Une personne essaie de vivre selon sa conscience, d'être idéale, mais c'est presque impossible. Il y a toujours des situations où nous commettons des actes qui sont condamnés par quelqu'un. Et plus nous essayons d'être parfaits, plus la voix de la conscience hurle et exige de nous. Et toute excuse pour se punir pour une erreur éveille un sentiment de culpabilité. Dans ce cas, d'une manière aussi peu naturelle, la voix de la conscience se calme et calme la personne pendant un moment..

Beaucoup de gens essaient d'éviter les sentiments de culpabilité d'une manière populaire de la transférer sur d'autres personnes. Cependant, cela est complètement faux et n'apporte pas les résultats souvent souhaités. Abandonner les sentiments de culpabilité au détriment des autres peut alourdir notre culpabilité. Vous devrez souffrir pour vos erreurs, vos mauvaises actions et pour avoir refusé d'admettre votre culpabilité..

Chacun de nous devrait être responsable de ce qu'il fait, dit-il. Seulement cela aidera à éviter les conséquences négatives des mauvaises actions..

Vous pouvez vous cacher de votre culpabilité devant les autres en utilisant une méthode moins violente. C'est se considérer comme une personne toute-puissante. Mais ça ne marche pas toujours comme on le souhaiterait.

La libération de la gravité de la culpabilité survient lorsqu'une personne commence à ressentir qui elle est vraiment. La plupart des erreurs se produisent lorsqu'il essaie de se comparer aux autres..

La première étape vers la libération des sentiments de culpabilité est la prise de conscience et l'acceptation de votre responsabilité pour les conséquences de vos actions, pensées, paroles. Une personne est capable d'être consciente de toutes les actions, de ne pas éviter les conséquences, de ne pas penser qu'elles doivent toutes nécessairement être mauvaises. En effet, en fait, la responsabilité est une reconnaissance consciente de son rôle dans les événements qui se déroulent. C'est le contraire de la culpabilité..

Trouver des excuses pour vos actions, vous livrer à l'auto-torture, minimiser votre propre importance n'est pas un moyen de sortir d'une situation de culpabilité. La meilleure solution est d'accepter la responsabilité. Cela signifie que l'on doit, tout en rejetant les fausses excuses, reconnaître les motifs sous-jacents.

Comment gérer les sentiments de culpabilité?

Dans notre cas, nous avons affaire à des processus inconscients. C'est donc le subconscient qui nécessite un ajustement. La plus efficace aujourd'hui est la méthode psychothérapeutique. La thérapie peut être à long terme, à court terme, individuelle ou en groupe. Tout dépend des préférences, du cas particulier, du spécialiste en psychothérapie, vers qui la personne s'est tournée avec un sentiment de culpabilité.

Cependant, il est possible de faire face au problème de la culpabilité par vous-même en utilisant certaines techniques psychologiques:

  • Il convient de noter quelles circonstances et personnes spécifiques ont souvent provoqué un sentiment de culpabilité. Il est impératif de les enregistrer sur papier et d'analyser soigneusement chaque cas. Essayez de trouver des signes similaires chez les personnes ainsi que dans les situations. La prochaine étape dans le traitement des sentiments de culpabilité consiste à rechercher des cas similaires dans votre mémoire. De tels moments peuvent avoir eu lieu dans l'enfance ou l'adolescence..
  • Si le sentiment de culpabilité a réussi à vous envahir fortement, vous devez essayer de suivre vos expériences et comment elles se reflètent au niveau de la physiologie et de la psyché. Vous devez écrire tout ce que le corps et l'esprit disent. Ainsi, grâce au développement d'une sensibilité aussi utile, vous pouvez acquérir de l'expérience et des compétences pour faire la distinction entre vous-même et vos propres réactions. C'est ainsi qu'une personne apprend à contrôler ses pensées, ses émotions et ses actions..
  • Il est efficace pour se débarrasser des sentiments de culpabilité de pratiquer l'auto-entraînement. Vous devez vous rappeler que les événements du passé, où vous avez ressenti un sentiment de culpabilité, ne sont similaires qu'à ce qui se passe au moment présent. Cela signifie que le scénario peut être complètement différent. De plus, n'oublions pas l'imperfection du monde et de l'environnement tout entier. Il est courant que tout le monde fasse des erreurs. Et le désir de devenir parfait conduit souvent une personne à de gros problèmes de santé. La meilleure façon de ne pas se sentir coupable est de s'efforcer de faire de bonnes actions, mais d'avoir le droit de faire des erreurs. L'essentiel est de comprendre et d'accepter cela. N'oubliez pas qu'une personne est capable de contrôler ses réactions et ses émotions, ce qui signifie que cela ne donne pas une chance à la culpabilité de prendre le dessus.

Pour que le sentiment de culpabilité n'entraîne pas de souffrance, vous devez travailler sur vous-même. Vous pouvez combattre la culpabilité à tout âge. Pour ce faire, il suffit de vouloir, d'être curieux et de bien se connaître. Naturellement, ce n'est pas un moyen de se libérer complètement du sentiment de culpabilité. Périodiquement, il se fera sentir. Cependant, la stratégie pour combattre les sentiments de culpabilité est déjà élaborée et ne demandera pas beaucoup d'énergie..

Mais si le sentiment de culpabilité ne vous laisse pas seul pendant longtemps, n'ayez pas peur de demander l'aide de spécialistes. Ils aideront les sentiments de culpabilité à quitter votre vie, qu'ils vous permettront de devenir plus heureux, plus libre..

Les spécialistes du Centre de Développement de la Personnalité "Arcanum" vous aideront à mieux vous comprendre et à mieux comprendre vos expériences intérieures, y compris les raisons des sentiments obsessionnels de culpabilité. Libérez-vous des sentiments de culpabilité, devenez libre, profitez de chaque minute de votre vie!