Comment contracter la schizophrénie?

Il n'y a pratiquement personne parmi nous qui aimerait souffrir de démence. Au contraire, la question de savoir comment tomber malade de la schizophrénie inquiète ceux qui s'inquiètent vraiment de leurs problèmes mentaux et psychologiques. Pour vous aider, regardons les points auxquels les risques de troubles mentaux peuvent survenir..

Une grande partie de la population mondiale souffre de troubles mentaux. Selon l'OMS, chaque centième est sensible à la manie, à la dépression, etc., et le nombre de patients augmente chaque année. Il y a de nombreuses raisons à cela, et la principale est le rythme rapide du monde moderne, le flux excessif d'informations, le développement scientifique et technologique. La liste peut être énumérée pendant longtemps, nous considérerons la plus élémentaire d'entre elles.

Plusieurs raisons pour lesquelles vous pouvez contracter la schizophrénie

Hérédité

Je ne voudrais pas vous faire peur dès le départ, mais les gens qui ont ou ont été malades mentaux dans leur famille courent le risque de figurer sur les listes d'un psychiatre. Donc, en tout cas, la plupart des médecins le pensent, même si les discussions à ce sujet ne sont pas encore terminées. La raison en est le flou du cadre diagnostique, la difficulté de définir la maladie sous une forme atypique et bénigne de la maladie. Mais tous les spécialistes sont unis dans une chose: il n'y a pas d'hérédité due à un gène spécifique. Plutôt, le facteur décisif est la combinaison et l'interconnexion de plusieurs types de gènes, en raison desquels la propension aux troubles psychiatriques est héritée. Il y a aussi une opinion selon laquelle un enfant élevé dans la famille d'une personne malade adopte des inclinations précisément à cause de son contact avec lui..

Caractéristiques du développement intra-utérin - un manque de vitamines, une violation lors de la formation du cortex cérébral, du système nerveux et d'autres pathologies provoquent de graves problèmes avec l'état mental de l'enfant.

Important: une tendance à la démence survient souvent sous l'influence d'un gène subitement muté.

Il s'avère que l'hérédité est l'un des facteurs importants du développement de la maladie mentale..

Dans ce cas, vous n'avez même pas besoin de réfléchir à la façon de gagner la schizophrénie. Tout stress, dépression, traumatisme peut devenir un facteur de provocation. Par conséquent, il est important:

  • ne vous exposez pas à un stress mental et physique excessif;
  • éviter les situations de conflit;
  • choisissez un lieu de travail calme, sans facteurs de provocation;
  • voir périodiquement un médecin et suivre un traitement préventif.

Indicateur d'âge

Selon les médecins, les jeunes, âgés de 15 à 35 ans, sont sensibles à la maladie. Et il n'est pas difficile d'expliquer ce phénomène, c'est au cours de cette période de la vie qu'une personne subit une surcharge émotionnelle, fait l'expérience de la formation de sa propre personnalité et fait face aux premiers problèmes. Il existe une opinion selon laquelle la maladie dépend également du sexe, mais elle est erronée. Femme ou homme - peu importe. Obtenez la schizophrénie uniquement avec une combinaison de facteurs.

Important: malgré le fait que les médecins aient identifié une période où le risque de développer des troubles mentaux est maximal, il faut être attentif aux enfants. Dans le cas où l'enfant se comporte de manière inappropriée, parle de visions, de sons dans la tête, de tourments de cauchemars, la probabilité de développer une psychose est élevée. A cet âge, le psychisme a une plasticité qui peut être influencée et la schizophrénie est guérie..

Comment contracter la schizophrénie à la maison

Les tourments mentaux dans une situation malsaine dans la famille, les scandales, la cruauté ou l'indifférence totale des parents provoquent souvent des troubles mentaux de l'enfant. Les propos des principaux psychiatres selon lesquels les habitants des grandes villes sont plus susceptibles de souffrir de maladies mentales sont devenus alarmants. C'est en milieu urbain que surviennent souvent les problèmes de communication, les enfants se comportent de manière plus agressive. Les facteurs de provocation sont également:

  • faible niveau social - pauvreté;
  • discrimination;
  • l'intimidation des camarades de classe, des pairs;
  • manque de soutien familial;
  • solitude, indifférence des adultes.

En raison des facteurs énumérés et d'autres, une personne devient isolée dans un monde limité, ne peut pas résoudre les problèmes de même son propre enfant, c'est pourquoi les troubles mentaux surviennent chez les enfants.

Important: la principale source de force morale pour surmonter les difficultés d'un enfant est l'attention, la garde et l'amour des parents.

Divorce

Le divorce parental peut provoquer la schizophrénie. Selon des recherches scientifiques, les enfants d'adultes divorcés constituent la majorité des adolescents atteints de schizophrénie. Pour l'enfant, le père et la mère ne font qu'un, mais après la séparation, un état divisé se forme dans son cerveau. Il existe un terme précis pour le phénomène - la famille schizophrénogène. Et si une famille vit dans l'amitié, l'harmonie, les parents trouvent le temps de communiquer avec les enfants, passent constamment du temps avec eux, font une chose passionnante - alors le risque de maladie est pratiquement réduit à zéro.

La situation dans la famille affecte directement l'état psychologique de l'enfant aimé. Un enfant peut contracter la schizophrénie même avec un argument banal, lorsque les adultes surexpriment leurs émotions. Les demandes opposées et mutuellement exclusives des adultes conduisent à une forme grave de la maladie - l'ambivalence. Dans de tels cas, des processus complexes ont lieu dans l'âme de l'enfant. Il semble aimer ses aînés, mais en même temps il est prêt à tuer ses parents, il les déteste tellement.

Drogues

La formation de la psyché est terminée par environ 35 ans. Les toxicomanes deviennent principalement à l'adolescence, des jeunes, quand il n'y a toujours pas de psychisme fort. De plus, un jeune corps est exposé à une surcharge émotionnelle et au stress, et les produits chimiques qui empoisonnent le corps et affectent le cerveau aggravent le processus. Les scientifiques établissent un lien étroit entre la toxicomanie et la schizophrénie, car les drogues provoquent une division artificielle de la personnalité. Mais il y a une autre opinion opposée selon laquelle c'est précisément à cause de troubles mentaux qu'une personne peut devenir toxicomane..

Important: les substances psychogènes et dangereuses comprennent des drogues comme la marijuana, le haschich.

Alcoolisme

L'effet est à peu près le même que dans le cas des stupéfiants. Les composants de l'alcool affectent les cellules du cerveau, cela peut être jugé par le comportement d'une personne ivre. Des zones entières meurent, tout comme dans le cas des médicaments, des antidépresseurs. Une personne cesse de se contrôler, porte le délire, dans un état d'intoxication sévère, d'hallucinations, d'agressivité, etc..

Si des amis d'une famille schizophrénogène, des alcooliques sont apparus dans le cercle d'un adolescent toxicomane, il y a un risque élevé de troubles mentaux et de développement de schizophrénie.

Stress

Il semblerait, qui ne s'inquiète pas des problèmes au travail, à l'école, dans la famille. Mais tout est plus que sérieux. En ce sens, les médecins sont surtout préoccupés par le psychisme des enfants qui, en raison d'une situation stressante dans l'enfance, jettent les bases d'un trouble mental grave. Si, à l'avenir, une situation dangereuse survient et provoque du stress, cela peut devenir un déclencheur, ce qui se produit le plus souvent.

Tension

Les patients des médecins sont souvent des personnes au psychisme instable, en service, participant à des conflits militaires, témoins d'un acte de violence, de meurtre, etc. Ici, il est difficile de protéger tout le monde d'une situation grave et difficile, mais à la moindre occasion, il vaut mieux ne pas laisser entrer une nature sensible dans l'armée, ne pas le surcharger d'un travail mental ou physique trop compliqué, l'entourer d'attention, de soins, se tourner vers un psychiatre ou un psychologue à temps pour calmer un trouble nerveux.

La schizophrénie est guérissable ou non

Les proches du patient ne peuvent que provoquer des regrets, car une personne qui leur est chère en souffre. Il n'y a pas un seul moment qui pourrait égayer la situation. La douleur, la confusion, l'horreur sont créées dans l'âme quand ils pensent à savoir si la schizophrénie peut être guérie. Mais ne paniquez pas tout de suite. C'est un autre mythe que les non-professionnels font peur. Selon les statistiques, environ les deux tiers des patients avec un traitement adéquat sont complètement guéris. Un facteur supplémentaire de guérison, une famille forte, l'harmonie dans les relations, convainc une fois de plus tout le monde que la schizophrénie est guérissable. Tout dépend de la profondeur du trouble mental et des raisons qui provoquent le développement de la maladie. Une certaine partie a besoin de soins constants et pour cette raison, ils ont besoin de soins dans des institutions spécifiques - pensions psycho-neurologiques, cliniques, etc. Heureusement, la médecine moderne dispose de méthodes et de médicaments, grâce auxquels il est parfois possible de soulager des troubles graves, même dans les formes les plus graves de la maladie, mais dans de tels cas, la schizophrénie est complètement incurable..

Pourquoi la schizophrénie est dangereuse

Pour la plupart, les personnes ayant des problèmes de santé mentale sont plus dangereuses pour elles-mêmes que pour les autres, bien que cela se produise également. Les proches doivent être prudents dès les premiers stades de la maladie et tirer la sonnette d'alarme en cas de:

Lorsqu'un patient parle de suicide (surtout à l'adolescence), il signale à contrecoeur à ses proches des problèmes et espère une aide de leur part. Dans de tels cas, toute déclaration sévère ou indifférence peut devenir fatale. Il est également nécessaire de cacher toutes les coupures, coups de couteau, armes à feu, produits chimiques, poisons, cordes. Les personnes vivant aux étages supérieurs devront être à proximité du patient tout le temps.

La schizophrénie est-elle dangereuse pour les autres

Nous savons tous qu'une personne dont la psyché est perturbée peut menacer la vie des autres. Nous entendons constamment parler de violeurs, d'assassins, de maniaques et d'autres types terribles qui commettent des crimes précisément à cause de la scission, de la dualité de l'esprit. Ils sont obligés de suivre les ordres de la voix, les hallucinations, ainsi que les traumatismes psychologiques subis dans l'enfance, qui ont provoqué des pensées perverses, etc. Le danger est surtout caché dans la schizophrénie si elle est étouffée, et le malade est intelligent, sait cacher adroitement ses problèmes, calcule ses pas à l'avance et personne ne doute de sa décence.

Prévention de la schizophrénie

Malheureusement, il est toujours impossible de se débarrasser complètement d'une maladie avec une évolution sévère. On ne sait pas quand ils apprendront à traiter la schizophrénie sans rémission. Dans tous les cas, si cela se produit, et c'est à espérer, la plupart des problèmes cesseront de tourmenter les gens. Il n'y aura pas d'agression, de crimes terribles et même de guerres causées par des types inadéquats. En attendant, vous pouvez le combattre en utilisant des méthodes accessibles, qui incluent l'attention et le soin des autres, des relations harmonieuses et l'absence de conflits. Un mode de vie sain, une confiance totale dans la famille, des activités actives - sports, gymnastique, passe-temps passionnants éviteront le trouble de la pensée d'une personne, en particulier un enfant.

Être parent n'est pas seulement un bonheur énorme, mais aussi une responsabilité incroyable. Les enfants perçoivent chacun de nos mots, actes et actions à leur manière. Et quel genre de mot est entré dans l'âme d'un enfant bien-aimé - bon ou mauvais, dépend du type de germes qu'il donnera dans son esprit.

Caractéristiques des personnes atteintes de schizophrénie

Le terme «schizophrénie» est connu de beaucoup comme une description des personnes atteintes de troubles de la personnalité multiple. Il s'agit de l'une des maladies mentales les plus courantes, touchant environ 1 personne sur 100. Plusieurs sous-types sont cachés sous ce diagnostic. La schizophrénie paranoïde est caractérisée par des délires, le patient croit qu'il est persécuté. La forme catatonique a des manifestations physiques bizarres. Les patients atteints de schizophrénie de forme catatonique restent immobiles pendant une longue période ou s'assoient en se balançant. Leur vie peut être mise en danger par l'arrêt de la nourriture.

Qu'est-ce que la schizophrénie?

La schizophrénie est l'un des troubles à l'origine de nombreuses discussions dans les cercles professionnels. Une partie importante du grand public a déformé le concept de la maladie. Tout d'abord, il faut oublier la «double personnalité», car elle n'a rien à voir avec la schizophrénie. Le concept de maladie peut être traduit par une pensée divisée, mais sinon, il s'agit d'un trouble de nombreuses fonctions mentales: pensée, perception, émotions. Les troubles peuvent affecter les capacités motrices, les traits de personnalité, la capacité de communiquer avec les gens, l'attention, la mémoire. La schizophrénie fait référence à la maladie mentale (psychose). Environ 1% de la population souffre de la maladie, c'est-à-dire chaque centième personne.

La schizophrénie est plus fréquente chez les personnes âgées de 15 à 35 ans, le sexe n'a pas d'importance. Certains schizophrènes guérissent complètement, tandis que d'autres deviennent chroniques. On l'appelle parfois "maladie ⅓" car environ ⅓ des patients sont guéris, reviennent à une vie normale, ⅓ atteint une certaine amélioration, mais certaines manifestations dérangent périodiquement la personne, ⅓ les patients restent avec des symptômes chroniques, ne répondent pas au traitement. Environ 10% des patients se suicident.

La schizophrénie est économiquement coûteuse. De nombreux patients ont une capacité de travail limitée.

La nature et les causes de la schizophrénie

Les causes de la schizophrénie ne sont pas connues. Des niveaux élevés de dopamine sont souvent trouvés dans le cerveau des patients; certaines infections, attaques virales, stress, mauvaises communications familiales peuvent jouer un rôle.

Pour obtenir une réponse à la question de savoir d'où vient la schizophrénie, il est important de comprendre que la maladie est principalement un trouble de la perception sélective. Le schizophrène perçoit beaucoup plus d'informations qu'il n'en a besoin, et parce qu'il ne peut pas les traiter, son cerveau crée sa propre réalité acceptable..

La nature de la schizophrénie est une violation de la sélectivité (sélectivité) de la perception. Qu'Est-ce que c'est? Une personne est toujours influencée par de nombreux stimuli, mais elle ne choisit que ceux qui sont importants pour le moment. Par exemple, lorsque vous traversez une route, nous cherchons à savoir si quelque chose roule à droite et à gauche, si la route est glissante et à quelle vitesse nous sommes. Le fait qu'il y ait 2 personnes qui parlent de nous, il y a une poubelle sur le trottoir, nous ne sommes pas intéressés par de nouvelles chaussures aux pieds, car cela n'a rien à voir avec la traversée de la route. Il s'agit d'une protection naturelle contre la surcharge d'informations non critiques. Dans la schizophrénie, cette protection est violée - le patient perçoit tout. Le cerveau humain est incapable de percevoir autant de stimuli, donc la confusion surgit. En même temps, les gens ont une tendance naturelle à mettre les choses en ordre, à les comprendre. La personne schizophrène crée un certain système dans cette confusion - cela donne un sens à toutes choses. Cependant, certaines de ses explications sont étranges du point de vue d'une personne en bonne santé - nous parlons d'idées maniaques..

Avec le développement de la schizophrénie, les causes de la maladie incluent l'hérédité. Si les deux parents sont schizophrènes, le risque de développer une maladie congénitale chez l'enfant est de 40%. Mais environ 80% des patients n'ont pas de parents proches avec ce diagnostic..

Est-il possible de contracter la schizophrénie pendant l'enfance? Pouvez. Les lésions fœtales pendant la période périnatale constituent un facteur de risque de développement de maladies infantiles. Cela se produit avec les maladies de la mère (par exemple, l'épilepsie), la consommation d'alcool, les drogues pendant la grossesse.

Comme la dépression, le développement de la schizophrénie est considérablement influencé par les conditions biochimiques du cerveau. Plus précisément, des niveaux accrus de dopamine, de noradrénaline ou d'autres neurotransmetteurs (produits chimiques qui assurent la communication entre les neurones à chaîne unique). La plupart des médicaments utilisés dans le traitement des maladies diminuent la quantité de dopamine dans le cerveau.

Certains schizophrènes ont également des changements structurels dans le cerveau - généralement des chambres élargies. Prend en compte l'influence de certaines maladies virales qui peuvent endommager le cerveau, à la suite desquelles le trouble peut se développer.

Le début de la schizophrénie peut survenir en combinaison avec toute situation pénible, douleur mentale (séparation d'une famille, décès d'êtres chers, stress sévère, émigration, etc.). Les déclencheurs pouvant entraîner des maladies comprennent la consommation de marijuana, d'amphétamines, d'hallucinogènes et d'autres drogues.

Souvent, des circonstances négatives dans la famille se retrouvent au cours de la vie d'une personne - un impact négatif pendant la grossesse, des problèmes pendant l'accouchement, une mauvaise éducation. Le principal facteur négatif est le soi-disant. le double lien, une situation de communication, lorsque la mère fournit à l'enfant deux informations contradictoires - tapote l'enfant sur la tête, mais le gronde; dit qu'elle l'aime, mais le fait indifféremment.

Par conséquent, pour la formation de la schizophrénie, 2 points sont nécessaires:

  • une certaine vulnérabilité (prédisposition, disposition);
  • un déclencheur (stress, médicaments, etc.) qui active la maladie.

Symptômes de la schizophrénie

Il n'y a pas deux schizophrènes pareils. Chez certains patients, les symptômes du trouble sont variés et expressifs, chez d'autres, ils sont discrets. Les signes peuvent être combinés de différentes manières. Les symptômes sont classés en 2 groupes: positifs et négatifs.

Symptômes positifs

Les signes positifs sont des hallucinations, des sensations qui n'ont aucun support dans la réalité. Ils sont créés dans la tête d'une personne, le plus souvent, nous parlons de voix. Ce groupe comprend la manie, la pensée en constructions, également sans support dans la réalité. En règle générale, c'est la croyance que quelqu'un persécute le patient. Le prochain symptôme positif est un discours désorganisé, un comportement dénué de sens..

Symptômes négatifs

Les symptômes négatifs sont une manifestation d'émotions, d'aboulie (manque pathologique de motivation, de volonté, de désirs), de discours lent ou presque absent. Le groupe de symptômes négatifs comprend l'anhédonie - une personne ne peut pas ressentir de plaisir, de joie, il n'y a rien qui puisse la faire sourire.

À première vue, il peut sembler que les symptômes positifs sont pires. Mais ce n'est pas le cas. Les signes négatifs sont plus difficiles à traiter, ils éloignent davantage une personne du monde extérieur, entraînent une incapacité à travailler, etc. Les symptômes positifs sont améliorés à l'aide de la psychothérapie, des exercices spéciaux, les négatifs nécessitent une approche thérapeutique complexe à long terme.

Les symptômes doivent persister pendant au moins 1 mois pour diagnostiquer la schizophrénie.

Autres symptômes et changements

Changements de personnalité. Une personne peut se comporter grossièrement, ne pas prendre soin d'elle-même. L'attention, la mémoire et les performances mentales générales sont altérées. Manifestation typique - méfiance, ressentiment.

Émotions. Le patient devient imprévisible, insuffisant, son humeur alterne souvent; l'ambivalence est répandue (manque d'unité de perception - une personne ne sait pas si elle aime quelque chose ou si elle le déteste).

En pensant. Le schizophrène pense de manière stéréotypée, selon ses propres règles particulières. Pour chaque phénomène, il doit trouver une sorte d'explication. Exemple de situation: une personne entre dans un parc et une branche tombe d'un arbre près de lui. Une personne en bonne santé ne prête aucune attention à ce phénomène, mais un schizophrène mène une étude des raisons pour lesquelles cela s'est produit, parvient à la seule et irréversible conviction qu'il est persécuté. En raison de l'impossibilité de s'orienter dans ses propres pensées, certaines d'entre elles sont considérées par le patient comme n'étant pas les leurs - un sentiment de présence des pensées d'autrui se manifeste. Il y a un "arrêt de la pensée".

Discours. Ceci est le reflet de la pensée, donc il peut être dispersé, plein de nouvelles formations, de mots répétés. Typiquement, l'apparition de «salade verbale» lorsqu'une personne utilise ensemble des mots qui ne sont absolument pas liés les uns aux autres. Le schizophrène peut cesser de parler complètement (le mutisme apparaît).

Espace social. Problèmes typiques de la maladie dans le domaine de la communication, de la confiance en soi, de l'affirmation de soi, du dépassement de l'agression. Le patient se referme sur lui-même, vit dans son propre monde.

Hallucinations dans la schizophrénie

Les hallucinations sont des troubles de la perception, ce sont des sensations sans fondement existant.

Si quelqu'un est dans la pièce et vous parle, vous entendez son discours - c'est la perception. Si vous êtes seul dans une pièce et que vous entendez la voix de quelqu'un, c'est une hallucination. Si vous vous promenez dans le parc la nuit, en soupçonnant une menace dans chaque son naturel, c'est une illusion (perception déformée, différente des hallucinations par la présence d'une certaine base réelle).

En ce qui concerne les sensations, les hallucinations sont divisées en plusieurs groupes..

  1. Les hallucinations auditives (acoustiques) sont les plus courantes:
  • simple (acoasmes) - sifflements, gémissements, coups;
  • complexes - «voix» - ils peuvent commander (hallucinations urgentes), conseiller (hallucinations téléologiques), représenter plusieurs voix (hallucinations antagonistes).
  1. Hallucinations visuelles (optiques):
  • simple (photomas) - taches, flashs, étincelles;
  • complexe - personnages, paysages, actions; ce groupe comprend les zoopsy (animaux), la macropsie (perception de petits objets par de grands); érythropsie (les choses autour d'eux semblent rouges, enflammées), hallucinations autoscopiques (une personne se voit).
  1. Hallucinations corporelles:
  • tactile - sensation de toucher le corps, démangeaisons;
  • cénesthésique - un organe, par exemple un estomac, se compose d'une pierre, est absent, est différent; fausse grossesse (pseudokiesis);
  • moteur (kinesthésique) - une personne, au repos, est convaincue qu'elle bouge; quelqu'un l'émeut - c'est une hallucination d'obsession;
  • verbales-motrices ou hallucinations de Segl - une personne a l'impression que quelqu'un parle par la bouche;
  • graphique-moteur - quelqu'un contrôle les mains du patient, écrit avec eux.
  1. Goût et hallucinations olfactives:
  • se produisent souvent dans un complexe (une sensation que la nourriture est empoisonnée, quelque chose sent, etc.).
  1. Autres:
  • hallucinations intrapsychiques ou de Beylarger - quelqu'un met dans la tête ou vole les pensées du patient;
  • inadéquat - sentiment d'inadéquation des organes (par exemple, une personne est convaincue qu'elle voit avec sa bouche);
  • négatif - le patient ne voit pas ce que c'est vraiment;
  • hypnogène - en s'endormant, il est impossible de distinguer la réalité du sommeil;
  • pseudo-hallucinations - une personne se rend compte qu'il y a des perceptions irréalistes.

Manies et syndromes dans la schizophrénie

La manie est une croyance erronée et malsaine qui ne peut être réfutée par aucun argument. Selon le contenu, les manies sont divisées comme suit:

  • syndrome paranoïaque - une personne prend tout pour elle (tout le monde le regarde, calomnie, veut lui faire du mal, le contrôler, etc.); une méfiance totale des gens se développe;
  • harcèlement criminel - la croyance que quelqu'un harcèle une personne malade afin de lui faire du mal;
  • syndrome querulant - la personne en question voit de nombreux défauts autour de lui; la manie se manifeste par un mécontentement constant et des instructions;
  • émulation - fait référence à la jalousie; la croyance que le partenaire a un amant (maîtresse);
  • érotomanie - une personne est convaincue qu'elle est aimée par une personne célèbre et importante; le trouble est souvent associé à la tentative de la contacter;
  • manie expansive - surestimation typique, exaltation;
  • extrapotentiel - la conviction de ses capacités extraordinaires;
  • mégalomanie - le patient se perçoit comme quelqu'un d'important (par exemple, le président du pays ou le pape);
  • manie originale - croyance en sa propre noble origine;
  • la manie d'inventaire - la confiance du patient qu'il a inventé quelque chose d'exceptionnel, nécessaire à l'humanité;
  • manie de la réforme - confiance dans la capacité de réformer la société;
  • manie religieuse - croyances associées à la religion;
  • manie spatiale;
  • manie dépressive - rien n'a de sens, manque d'opportunités pour une vie normale;
  • micromanie - une personne est insignifiante, ne peut pas influencer sa vie;
  • manie nihiliste - une personne est si insignifiante qu'elle nie son existence.

Il existe 7 principaux types de schizophrénie - diagnostics. Mais les experts soulignent l'obsolescence de cette classification et la nécessité d'une nouvelle division. Par exemple, la répartition des personnes atteintes de trouble schizophrénique selon le niveau et le type de trouble cognitif.

Cependant, alors que la recherche est en cours, les types de maladies suivants sont encore utilisés en psychiatrie..

F 20.0 - paranoïaque

C'est le type le plus courant de psychose schizophrénique. Habituellement, les personnes âgées ont tendance à en tomber malades (névrose sénile). La maladie est caractérisée par des symptômes positifs - manie, hallucinations. Ce type de schizophrénie est appelé paranoïaque en raison des manies paranoïdes présentes. Le patient peut se sentir menacé par d'autres personnes, jalousie intense, persécution, etc. Les perspectives sont relativement optimistes.

F 20.1 - hébéphrénique

Elle est souvent détectée chez les jeunes (environ 20 ans). Les manifestations incluent la négligence des devoirs, l'utilisation fréquente de vulgarismes, la philosophie spirituelle, les blagues stupides, la pensée étrange, les humeurs étranges. Une femme ou un homme adulte se comporte souvent comme un adolescent, le comportement d'une «personne absolument omnisciente» lui est typique. Le traitement de la maladie est complexe.

F 20.2 - catatonique

C'est l'une des formes les plus sévères de schizophrénie. La forme catatonique est relativement rare, avec une incidence d'environ 1 pour cent de tous les cas. Les troubles du mouvement sont typiques de ce type. Il a 2 formes - verrouillables et productives. Dans la forme d'arrêt, une personne s'arrête partiellement ou complètement de bouger. Si vous levez la main, il tiendra longtemps dans cette position. Certains schizophrènes peuvent ne pas bouger pendant de nombreuses années, mais ils sont imprévisibles - ils peuvent soudainement faire quelque chose. La raison de l'immobilité réside dans les voix hallucinées qui interdisent le mouvement. La forme productive est caractérisée par une activité physique expressive et désorganisée, la répétition de certains mouvements, mots ou phrases.

F 20.3 - indifférencié

Caractérisé par une combinaison de symptômes, n'appartient à aucun des types classés (p. Ex., Combinaison de type hébéphrénique et catatonique).

F 20.4 - Dépression post-schizophrénique

Il s'agit d'un syndrome dépressif qui survient après la disparition de l'épisode schizophrénique..

F 20,5 - résiduel

Pour ce type, une évolution chronique typique de la maladie, accompagnée de crises de panique, de symptômes négatifs croissants (ralentissement de l'activité psychomotrice, matité émotionnelle, passivité, affaiblissement de la volonté, contacts sociaux). Ce formulaire ne répond pas bien au traitement.

F 20.6 - Schizophrénie simplex

Ce type peut apparaître à l'âge d'environ 15 ans, est formé principalement par des symptômes négatifs: matité émotionnelle, aboulie, anhédonie, troubles de la pensée. Dans de nombreux cas, ce type a tendance à prendre une forme chronique lente..

Traitement

Le traitement principal de la schizophrénie est constitué de psychopharmaceutiques, généralement du groupe des antipsychotiques (neuroleptiques). Aujourd'hui, il existe de nombreux médicaments avec différents mécanismes d'action. Ils arrêtent les hallucinations, les manies (elles disparaissent ou la personne leur devient indifférente), calment ou ravivent les fonctions motrices, contrent la dépression, l'humeur maniaque, l'anxiété. Certains médicaments peuvent être achetés sous forme de dépôt - ils sont pris toutes les quelques semaines.

Médicaments antipsychotiques basaux

Ce groupe comprend les médicaments suivants:

  • La lévomépromazine (Tizercin);
  • Clopentixol, zuclopentixol (cisordinol);
  • Tyrodazine (Melleril);
  • Chlorpromazine (Plegmomazine).

Effets secondaires: forte sédation, somnolence, baisse de la pression artérielle.

Médicaments antipsychotiques intensifs

Ce groupe comprend:

  • Prochlorazépine;
  • Fluphénazine (Moditen);
  • Perphenazine;
  • Halopéridol;
  • Flupentixol (Fluanksol).

Effets secondaires: syndrome de fièvre extrapyramidale (des tremblements ou de l'anxiété peuvent survenir à certains moments (temporairement)).

Médicaments antipsychotiques atypiques

Les médicaments antipsychotiques atypiques sont les suivants:

  • Clozapine (Leponex);
  • Sulprid (Prosulpin);
  • Rispéridone;
  • Olanzapine (Zyprexa);
  • Tiaprid;
  • Sertindole;
  • Ziprasidone;
  • Quétiapine.

Effets secondaires: presque jamais.

Parfois, il est possible de prescrire les médicaments antipsychotiques appropriés du premier coup, dans certains cas, le remède efficace est déterminé au deuxième essai. Si la maladie ne répond pas au traitement médicamenteux, vous pouvez utiliser Clozapine (Leponex, avec contrôle du tableau sanguin en raison d'effets secondaires possibles sur l'hématopoïèse), la méthode de thérapie électroconvulsive, l'électrochoc. Puisque la schizophrénie perturbe le fonctionnement d'une personne dans les sphères sociales de base, le patient a besoin d'une thérapie psychologique et sociale supplémentaire..

But du traitement et de la rééducation:

  • augmenter la résistance du patient au stress;
  • formation aux moyens de communication efficaces, gestion des exigences générales de l'environnement social;
  • prévention de la rechute.

Régime recommandé

Il est possible de traiter et d'influencer l'évolution de la schizophrénie à l'aide de la nutrition. Régime recommandé:

  • exclure le sucre blanc, les bonbons, n'utiliser que de la mélasse, du miel;
  • exclure la farine blanche et ses produits (le gluten est une neurotoxine connue); limiter les autres céréales;
  • réduire ou éliminer la viande rouge, le lait, les fromages (sauf le fromage cottage);
  • buvez 2 litres d'eau plate pure, non sucrée par jour + 2 verres de tisane;
  • mouvement, la natation est recommandée;
  • inclure dans le régime beaucoup de fruits frais, de légumes, de fruits secs, de graines, de poisson;
  • Pour maintenir le pH, prenez 10 grammes de vitamine C par jour;
  • 5-8 comprimés de complexe B50 (forme forte de complexe B);
  • niacine - 1000-3000 mg par jour;
  • l'huile de poisson, l'huile de lin est également recommandée;
  • La solution de Lugol - 4 gouttes dans l'eau potable, 1 goutte - frottez sous la glande thyroïde;
  • Betaine HCL - 3 comprimés à chaque repas;
  • il est recommandé d'utiliser un complexe multimineral / vitaminique.

La prévention

Le développement de la maladie peut-il être évité? Dans une certaine mesure, oui. La schizophrénie est le résultat d'une combinaison d'une disposition et d'un déclencheur qui active cette disposition. S'il n'y avait pas de prédisposition, le déclencheur n'aurait rien à prendre; s'il n'y avait pas de déclencheur, la dépendance resterait latente.

Imaginez une prédisposition à la maladie psychotique comme un nid de guêpes souterrain. Vous pouvez vous promener pendant des années sans être conscient de l'existence d'un danger. Comme déclencheur, imaginez une houe avec laquelle un jour vous commencerez à déchirer le sol au-dessus du nid..

Il est impossible d'influencer la prédisposition. Nous parlons d'une propriété du système nerveux dont une personne a hérité, d'un cadre de personnalité qui s'est développé en relation avec les circonstances de la vie (en particulier dans la petite enfance).

Mais le déclencheur est différent. En règle générale, l'incapacité à faire face à un stress sévère, long ou court, est impliquée dans le développement de la maladie. La clé est des circonstances stressantes auxquelles une personne ne peut pas faire face, une anxiété accrue, une force affaiblie - physique et mentale.

Par conséquent, il est important de cultiver la capacité à résister au stress, réduire son effet sur le psychisme, apprivoiser les faiblesses (sauf pour une tendance à la schizophrénie, cela peut être une prédisposition à la dépression, aux troubles anxieux, aux symptômes psychosomatiques).

Les données sur l'effet du stress comme élément déclencheur d'une incidence plus élevée de schizophrénie chez les personnes qui ont voyagé à l'étranger. Langue étrangère, d'autres encombrements ont un effet néfaste sur leur psychisme fragile. Alors que 99% des personnes peuvent entreprendre des changements de vie sans autre problème, la personne prédisposée développe la maladie. La schizophrénie est également plus fréquente chez les adolescents; la puberté est un énorme fardeau, entraînant des changements dans le corps, les exigences scolaires, des «sauts» émotionnels dans la première relation.

Par conséquent, la prévention de la schizophrénie (et d'autres troubles mentaux) est qu'une personne ayant une prédisposition héréditaire, des personnes sensibles et instables doit prendre en compte la vulnérabilité accrue de leur psyché. En pratique, nous parlons de 2 domaines. Si vous êtes une personne sujette aux maladies, vous devez apprendre à gérer les situations stressantes. Ce n'est pas une compétence automatique, si elle n'est pas transmise à la personne par les parents, elle doit être enseignée. La deuxième mesure clé est que les personnes à risque contrôlent leur psychisme, ne se fatiguent pas.

Sans déclencheur, la schizophrénie n'existera pas. Certains d'entre eux ne peuvent pas être influencés, mais de nombreux éléments peuvent être maîtrisés en se concentrant sur eux..

Comment la schizophrénie tombe malade: facteurs de développement de la maladie et prévisions de guérison

Peu de gens savent comment être atteints de schizophrénie. Le trouble mental se développe en raison de l'influence de facteurs négatifs sur le corps humain. En raison de la maladie, le comportement du patient, sa façon de penser et ses façons de manifester ses émotions changent sensiblement. Les proches devraient remarquer des changements non naturels. Cela dépend d'eux si une personne recevra une assistance médicale en temps opportun, car elle-même n'est pas en mesure d'identifier le problème.

Symptômes

Personne n'est à l'abri de la pathologie, elle peut se manifester chez n'importe qui, à tout âge

Les hommes et les femmes disent: «J'ai peur un jour de contracter la schizophrénie». Il s'agit d'une peur bien fondée, car un trouble mental s'accompagne d'un certain nombre de symptômes désagréables et modifie la personnalité d'une personne..

Lorsque les gens deviennent schizophrènes, ils commencent à présenter les symptômes suivants:

  • Manque de capacité à mener à bien les activités et tâches quotidiennes de manière autonome. Le patient cesse de voir le sens de leur mise en œuvre;
  • Troubles de la parole. Les patients donnent des réponses monosyllabiques aux questions. Lors de la prononciation de longues phrases, un ralentissement de la parole est observé;
  • Diminution du niveau d'émotivité. Les émotions chez les patients avec ce diagnostic ne sont pas très expressives. Il est parfois difficile pour l'interlocuteur de comprendre ce que le patient veut dire;
  • Incapacité de se concentrer sur une activité ou un sujet. Une personne se désintéresse rapidement de ce qui la fascinait il y a quelques minutes;
  • Réactions inappropriées aux actions et événements auxquels le patient participe. Cette condition en médecine est appelée insuffisance affective..

La maladie peut également provoquer des changements brusques de caractère, des symptômes névrotiques et des sensations non naturelles dans le corps. Avec la schizophrénie, l'insomnie se développe activement, les cauchemars et l'incertitude dans leurs propres décisions peuvent perturber.

Lorsqu'elle observe le comportement d'un patient, une personne en bonne santé a une réelle peur de développer une schizophrénie à l'avenir. Il ne veut définitivement pas devenir l'otage de mauvaises habitudes, perdre tout intérêt pour ses proches et sa propre vie..

Plusieurs facteurs affectant la possibilité de tomber malade

Les experts identifient tout un groupe de facteurs qui peuvent conduire au développement de la maladie. Ces mêmes raisons expliquent pourquoi une personne a développé une schizophrénie..

Hérédité

La maladie peut être transmise de la mère à l'enfant

La schizophrénie est plus fréquente chez les personnes de tout âge qui ont des membres de leur famille souffrant d'un handicap mental. Tous sont en danger.

Certains experts réfutent encore la crédibilité de la théorie selon laquelle un gène particulier conduit à la maladie. À leur avis, un ensemble de différents types de gènes, responsables de la transmission des troubles mentaux, est responsable du développement du processus pathologique..

Le développement intra-utérin de l'enfant a son influence sur la formation de la maladie. Une carence en vitamines et autres nutriments, ainsi qu'une violation de la formation du cortex cérébral, peuvent entraîner des problèmes mentaux à l'avenir.

Pour qu'une personne qui a une prédisposition héréditaire à la schizophrénie développe la maladie, elle doit succomber à l'influence d'un facteur favorable à cela. Nous parlons de stress sévère ou de dépression prolongée. Compte tenu de ces informations, il est nécessaire de veiller au préalable à la prévention de la pathologie..

Âge et sexe

La peur de tomber un jour atteint de schizophrénie inquiète les hommes et les femmes, car les deux sexes ont les mêmes chances de souffrir d'un trouble mental. Bien que les statistiques montrent que les représentants du sexe fort, ce problème est plus courant.

La schizophrénie survient principalement chez les jeunes. Pour la première fois, ses symptômes se manifestent clairement lorsqu'ils ont entre 15 et 35 ans. Ce modèle a une explication logique. C'est la jeunesse qui est la période la plus difficile pour la plupart des gens. A ce moment, la formation de la personnalité a lieu. La vie est remplie de stress constant qui affecte négativement l'activité du corps.

Après 35 ans, la personnalité est considérée comme pleinement formée. Par conséquent, il y a une probabilité minimale de sa division.

Les conditions préalables au développement de la schizophrénie peuvent se manifester dans l'enfance. L'enfant a un clivage de la personnalité encore informée. Cette condition se trahit comme des symptômes caractéristiques auxquels les parents doivent prêter attention..

Les parents devraient montrer leur enfant à un psychiatre s'ils remarquent une forte rêverie, un complexe d'infériorité, des difficultés à communiquer avec d'autres personnes et une timidité contre nature. Tout cela peut indiquer des problèmes mentaux qui se feront sentir à l'avenir..

Situation familiale

Une atmosphère malsaine dès la petite enfance peut causer davantage de maladies

La relation entre les parents et leur enfant a un impact énorme sur la formation de la personnalité. Cela explique pourquoi les troubles mentaux sont le plus souvent diagnostiqués chez des personnes qui ont eu des problèmes familiaux constants..

Les experts qui étudient depuis longtemps le développement de la schizophrénie sont arrivés à la conclusion que la maladie est provoquée par le manque de communication intrafamiliale saine. Cette raison est complétée par une solitude constante et un manque de communication avec les autres. Selon les observations, les hommes et les femmes vivant dans les mégapoles sont plus sensibles à la pathologie. Ils se caractérisent par un rythme de vie rapide, c'est pourquoi peu de gens parviennent à consacrer suffisamment de temps à communiquer et à passer du temps avec leur famille et leurs amis. C'est de là que viennent la solitude constante et le manque de liens sociaux..

La chose la plus difficile à l'avenir pour éviter un trouble mental, ce sont les personnes qui ont été privées de soins parentaux et de soutien pendant leur enfance. C'est pourquoi les psychologues évoquent à plusieurs reprises l'importance d'établir des contacts entre adultes et enfants, car leur bien-être social en dépend..

L'hypothèse sur le développement de la maladie mentale, y compris la schizophrénie, est étayée par de multiples études. Leurs résultats ont montré que la pathologie se manifeste dans la plupart des cas chez des personnes dont les parents ont été contraints de partir. Un environnement familial insalubre a le même effet..

Les deux parents doivent influencer la formation de la personnalité de l'enfant. Si l'un d'entre eux est absent pour une raison précise, un effet destructeur sur l'intégrité personnelle peut être observé..

La présence de deux parents dans une famille ne garantit pas toujours que l'enfant n'aura jamais peur de contracter la schizophrénie à l'avenir. Des situations tout à fait ordinaires dans lesquelles les adultes ne se soutiennent pas, mais tentent de défendre leur propre point de vue, peuvent conduire à un tel résultat..

L'hostilité ouverte des parents ou leur froide dissociation les uns des autres a un impact négatif sur la formation de la personnalité. Tout cela donne son empreinte sur le développement de l'enfant et sa compréhension du monde qui l'entoure..

La surprotection de l'un ou l'autre des parents ne cause pas moins de tort à l'enfant. La domination sur lui et les soins excessifs affectent négativement la formation de sa personnalité. Une telle attitude conduit à la formation incorrecte de la volonté, des objectifs et des désirs..

Alcoolisme

L'abus d'alcool entraîne une dégradation du cerveau et le développement de troubles mentaux

La dépendance à l'alcool est l'un des facteurs pouvant conduire à la schizophrénie. Les substances contenues dans l'alcool ont un effet négatif sur les cellules cérébrales. Ceci est démontré par le changement de comportement humain après qu'il ait pris une portion d'alcool..

En raison de l'abus de boissons alcoolisées, des zones du cerveau meurent. Pour cette raison, le patient est privé de la capacité de contrôler ses propres actions et émotions. Il commence à parler de délire. En état d'intoxication alcoolique, des hallucinations surviennent souvent.

Dans la plupart des cas, une personne n'est pas seulement affectée par l'alcool. Ce facteur est renforcé par le stress, l'anxiété constante et la dépression. Tout cela a une empreinte négative sur la psyché. Plus les facteurs négatifs affectent une personne, plus elle devrait avoir peur de contracter la schizophrénie.

Tension

Les personnes qui ont une psyché instable peuvent souvent consulter des psychiatres. Parmi eux se trouvent souvent des militaires, participants aux hostilités. Ce groupe comprend également des hommes et des femmes qui ont été témoins de violences et de meurtres. Si une personne a une nature trop sensible, ces événements affecteront largement sa psyché. C'est pourquoi ils essaient de protéger les personnes vulnérables de l'armée. Ils doivent s'abstenir de tout stress excessif, tant physique que mental..

Quiconque est trop sensible est soumis à un stress extrême en raison d'urgences. Par conséquent, ces personnes devraient éviter d'y participer. Ils ont besoin de soins et d'attention particuliers de la part de leurs proches. Les consultations avec des psychologues n'interféreront pas, ce qui vous permettra de vous débarrasser d'un trouble nerveux et d'empêcher son apparition à l'avenir..

Drogues

Les personnes en bonne santé devraient rejeter l'idée de se droguer. Ceci est particulièrement important pour ceux qui ont une prédisposition au développement de troubles mentaux. Il n'est pas difficile de deviner si un toxicomane pourrait un jour contracter la schizophrénie. La réponse à cette question est oui, car les médicaments ont un effet puissant sur la psyché..

Comme mentionné précédemment, la formation de la psyché humaine est terminée en moyenne par 35 ans. Les hommes et les femmes commencent à se livrer à la drogue dès l'adolescence. Pendant cette période, la psyché est encore fragile, elle est donc facilement affectée par un facteur négatif.

Les médecins ont conclu depuis longtemps que la toxicomanie et la schizophrénie sont des concepts étroitement liés. Il existe des théories selon lesquelles c'est à cause du trouble mental que le patient commence à prendre des médicaments..

A quel âge peux-tu tomber malade

Si les parents remarquent des signes d'anomalies mentales chez un enfant, vous devez demander l'aide d'un médecin dès que possible.

Les signes de schizophrénie commencent à se manifester activement chez les jeunes âgés de 15 à 25 ans. Pendant cette période, d'autres peuvent remarquer que le patient se replie sur lui-même, qu'il a de fréquentes sautes d'humeur et que des difficultés de communication sont observées. Il convient de noter que la crise des adolescents présente des signes similaires. Par conséquent, il ne faut pas prendre de décisions soudaines lorsque ce symptôme est détecté. Les véritables motifs de préoccupation dans ce cas sont les hallucinations, les troubles de la parole et les délires. Dans une telle situation, un besoin urgent de consulter un spécialiste pour une aide médicale.

La prévention

Un patient qui souffre d'une maladie telle que la schizophrénie, ou qui a une forte probabilité de la contracter, doit adhérer à des mesures préventives. Sa santé mentale et son bien-être en dépendent..

Les proches du patient atteint de schizophrénie doivent faire beaucoup de travail. Ils devraient l'entourer de soin et d'attention. Le patient doit avoir une relation harmonieuse avec les autres, éviter les situations de conflit. La famille a besoin de se faire confiance.

Il est conseillé au patient de choisir un passe-temps intéressant qui peut le captiver. De tels exercices aident à prévenir la progression des troubles de la pensée. Cela est particulièrement vrai lorsque la maladie se développe chez un enfant..

Prévoir

La peur de la schizophrénie survient chez les gens pour une raison. Cette pathologie ne peut pas être complètement guérie. La médecine moderne n'a appris qu'à soulager une exacerbation d'un trouble mental et à aider le patient à obtenir une rémission stable.

Ignorer la maladie a de graves conséquences. Par conséquent, il est très important dès les premiers signes d'un trouble mental de contacter immédiatement un spécialiste pour obtenir de l'aide. Sinon, la pathologie continuera à détruire activement la psyché humaine..

Un pronostic favorable attend les patients qui peuvent bénéficier du soutien d'un médecin compétent et des soins de parents et amis. Les personnes proches doivent surveiller la prise de médicaments de la personne. Cela nécessite également une communication constante avec un spécialiste. Il observera la dynamique du développement du processus pathologique. Une telle attitude attentive à la maladie permet une détection rapide de l'exacerbation de la schizophrénie et réduit la fréquence des rechutes.

Le manque de traitement et de soins spéciaux pour les personnes atteintes de schizophrénie peut être fatal.

À la limite de deux mondes: comment vivent les personnes atteintes de schizophrénie et ce qu'elles ressentent

Le nombre de patients atteints de schizophrénie ne dépasse pas 1% de la population. Des études récentes indiquent que la génétique est responsable du développement de la maladie, mais jusqu'à présent, il n'a pas été possible d'isoler le gène responsable de son apparition. La schizophrénie conduit généralement à la rupture de la pensée et des réactions émotionnelles. La plupart des patients sont handicapés. Le journaliste de cherinfo a rencontré des patients schizophrènes et leurs familles et a tenté de découvrir ce que les patients vivent, pourquoi ils se comportent étrangement et comment les gens «normaux» y réagissent.

Les noms des héros ont changé.

Les origines de la schizophrénie

La schizophrénie se manifeste vivement, ses symptômes sont visibles même pour les non-médecins. En règle générale, les malades ont des hallucinations auditives, la personne parle comme à elle-même, comme si elle n'entend pas les autres, mais écoute d'autres voix.

Sergey, 45 ans. Diagnostic: schizophrénie

Quand j'étais jeune, j'ai été frappé à la tête lors d'une bagarre, il y a eu une commotion cérébrale, après quoi il y a eu de la peur et de l'excitation. Mais je ne suis pas allé chez le médecin. Puis il est revenu de l'armée, a commencé à boire, puis des symptômes de schizophrénie sont apparus. Parfois, les pensées se succèdent, mais parfois elles ne sont pas du tout là. Il y avait de la paranoïa, il semblait qu'ils me suivaient. Au début, j'ai nié la maladie, surtout en état d'ébriété. Il me semblait que je pouvais faire face, donc je ne prenais souvent pas les médicaments prescrits par le médecin. Il y a sept ans, j'ai arrêté de boire et j'ai commencé à guérir. Sinon, je n'aurais probablement pas vécu.

Peter, 25 ans. Diagnostic: trouble schizotypique

Avant d'arriver dans un hôpital psychiatrique, je ne pensais même pas que j'avais un trouble mental. C'était en 2013, j'avais 20 ans. Des choses étranges ont commencé à se produire lorsque j'étais dans ma dernière année. Après la 10e année, il passe l'été à Volokolamsk: il joue au football, fait du sport. J'étais incroyablement forte, je sentais le goût de la vie, la force intellectuelle, le pouvoir sur le corps. Quand je suis retourné à Cherepovets, l'ambiance a commencé à se calmer, c'est devenu pire. Il semblait que je me donnais une charge insuffisante, j'ai commencé à courir. Octobre est arrivé, et je courais en tee-shirt et short, car il me semblait que je devais travailler plus dur. Après l'une des descentes, la situation est devenue vraiment mauvaise, mais a décidé que les charges devaient être augmentées et a commencé à prendre une douche de glace. La conscience est devenue de plus en plus confuse, ma tête a commencé à me faire mal. Au cours d'une semaine, la douleur est devenue la sensation qu'une hache était coincée à l'arrière de ma tête. Ce sentiment persistait constamment, du matin au soir. Il est devenu difficile de réagir au discours des gens, j'ai arrêté de ressentir les dialogues. Mais je ne suis pas allé chez le médecin: il me semblait que Dieu m'avait donné un test que je devais passer seul. Une fois, il m'a semblé que si j'arrivais à Moscou, alors tout deviendrait comme avant, je serais guéri. Je suis allé à pied le long du réservoir gelé de Rybinsk. J'ai atteint la Gorodishche, je suis sorti sur la glace, j'ai atteint l'île, où j'ai décidé de passer la nuit. Ce n'est que là que j'ai réalisé que ma mère serait inquiète et j'ai décidé de revenir. J'ai failli me noyer en chemin, mais à deux heures du matin, je suis rentré chez moi. C'est l'une des premières bizarreries.

La principale cause de la maladie est appelée prédisposition génétique. Si l'un des parents souffre de schizophrénie, la probabilité d'avoir un enfant avec le même diagnostic dans la famille est de 25%.

«Un patient arrive et ses parents viennent avec lui et lui demandent d'où il vient, car eux et tous les parents sont en bonne santé. Vous commencez à creuser, et il s'avère que votre arrière-grand-père avait un comportement étrange: il portait des vêtements en écorce de bouleau et vivait seul dans la forêt. Autrement dit, le gène s'est manifesté après plusieurs générations chez l'enfant. Cependant, le fait de porter un gène ne signifie pas qu'une personne développera une schizophrénie. Tout dépend de la gravité: si ce n'est pas fort, alors peut-être que la personne est juste fermée; légèrement plus fort - trouble schizoïde; exprimé en pleine force - schizophrénie. Dans le même temps, le porteur du gène est vulnérable, la maladie peut se développer en raison du stress causé, par exemple, par le service militaire, la mort d'êtres chers, la consommation d'alcool et de drogue », explique Vitaly Voronov, médecin-chef du dispensaire régional de neuropsychiatrie..

Voix dans ma tête

Le symptôme classique de la schizophrénie est une voix dans la tête. Tout le monde a une voix intérieure, et c'est normal - c'est ainsi que pense une personne. Mais chez un schizophrène, la voix est de nature étrangère, le patient ne peut pas la contrôler. Habituellement, une voix dans ma tête commente, donne des conseils. Les médecins les plus terribles appellent des voix impératives et imposantes. Sous leur influence, le patient peut commettre de mauvais actes, des crimes ou se suicider..

Un autre symptôme est des délires paranoïaques vives ou fantastiques..

Peter, 25 ans. Diagnostic: trouble schizotypique

Je vis sur le bord. C'est difficile pour moi quand les gens sont là, il semble que quelqu'un lit dans mes pensées. Pour cette raison, je ne prends pas de bus. Par exemple, j'ai lu Sartre (je l'appelle "le non-sens du livre"), je suis curieux, je pense que l'existentialisme est cool, et j'aime le livre. Et puis un sentiment s'installe: soudain, sur les 10e et 15e pages, quelque chose a changé. La mauvaise volonté de quelqu'un (satanistes, francs-maçons ou quelqu'un d'autre) a spécifiquement changé quelque chose là-bas, et cela m'hypnotisera, m'affectera, changera toute ma vie. Et je commence à me raccrocher. Maintenant, je comprends que c'est un non-sens, je peux activer la critique, mais à ce moment-là, ce non-sens commence à me dévorer. En ce moment, une séparation se produit: d'une part, je veux la connaissance, l'illumination, je veux lutter pour les grands philosophes existentialistes, mais le délire l'empêche, une lutte commence à l'intérieur. J'ai lu, mais pas complètement dans le livre moi-même. J'essaye de comprendre ce que je lis, de l'assimiler, mais ça ne marche pas toujours..

Les patients endurent le délire de différentes manières. Peter a parlé de la méthode de la «reddition». Il a appris à dire des pensées et des sentiments obsessionnels: "D'accord, qu'il en soit ainsi.".

Cela n'aide pas toujours, - continue Peter. - Mais je sais que vous n'avez pas besoin de combattre le délire, essayer de le vaincre logiquement est impossible. Vous serez seulement épuisé. Il semblerait que je ne puisse pas lire de livres, bien, d'accord, que pouvez-vous faire. C'est désagréable, mais la semaine prochaine, vous pouvez faire autre chose - je suis sûr qu'il y a beaucoup de gens qui ne lisent pas du tout de livres. Mais le délire commence à s'imposer après la lecture - il y a une idée que je dois sacrifier la lecture pour éviter le délire, ce qui signifie que je m'abandonne à lui, et il existe vraiment. Et si quelqu'un changeait le livre, alors il pourrait changer quelque chose dans la musique et dans la vidéo sur YouTube. En raison de cette séquence, "Reality Delirium" est né, dans lequel tout ce qui se passe est fait exprès. C'est effrayant! Ces états en arrière-plan me hantent constamment. Il n'y avait rien de tel que je ressens l'unicité de ce qui se passait, il y a toujours des tensions. C'est plus facile lorsque vous pratiquez.

Comment reconnaître la schizophrénie

Le plus souvent, les patients souffrent d'hallucinations auditives, mènent des conversations sans interlocuteur. Dans de tels moments, une personne a l'air tendue. Selon les proches, le patient ne semble pas les entendre, il écoute d'autres voix. Il peut exprimer des idées et des pensées brillantes, mais elles ne correspondent pas à la réalité.

Sergey, 45 ans. Diagnostic: schizophrénie.

J'existe dans deux mondes différents, et quand le monde irréel arrive, je commence à me battre. Tout d'abord, j'augmente la dose de pilules. Je suis dépendant de la météo, donc deux ou trois jours avant le changement de temps, l'anxiété apparaît. Cela peut se produire à tout moment de l'année, mais plus souvent à l'automne et au printemps. Le flot de pensées pour le moment n'interfère pas, je les gère, mais cela me fatigue. J'essaye de me distraire, de tourner mon attention vers des objets réels: portes, chaises, casiers. Dans de tels moments, vous ne regarderez pas quelque chose ou n'écouterez pas de musique - vous resterez seul avec vous-même. Si vous essayez de ne pas y penser, cela va empirer. Alors je passe par mes pensées et ça aide.

Peter, 25 ans. Diagnostic: trouble schizotypique

Lorsque je suis entré à l'Institut de physique et de technologie de Moscou, ma réflexion et ma communication étaient médiocres, mais j'ai réussi les examens dans la meilleure université technique du pays sans problème. J'étais comme un robot capable de résoudre des problèmes complexes, mais incapable de communiquer, incapable de ressentir l'interlocuteur. J'ai essayé d'appliquer des pratiques de respiration, je me suis battu avec moi-même, mais après deux séances, j'ai décidé que je ne savais rien et que je devais retourner au premier cours. Il part pour Saint-Pétersbourg à l'Institut polytechnique. Là, un sentiment de clarté m'est revenu. Le mal de tête s'est calmé et la vie a pris des couleurs. J'ai réalisé cela grâce à la méditation: j'ai regardé la douleur de l'intérieur, et elle s'est dissoute, je me sentais très bien, le corps était pris d'euphorie. J'ai appris à évoquer ce sentiment à tout moment: dans la rue, à l'université, dans le dortoir. Une fois que j'étais couché dans cette euphorie, je me suis endormi, quand à trois heures du matin mon voisin m'a réveillé avec un rire très fort. J'ai ressenti une colère intense, mais j'ai laissé la réaction à moi-même. Ensuite, quelques autres situations similaires se sont produites, et j'étais juste déchiré! Une colère féroce l'emportait sur le sentiment d'euphorie, auquel je ne pouvais plus revenir avec aucune méditation. Pendant trois jours, je n'ai pas pu dormir, je n'ai pas pu me détendre, des pensées obsessionnelles ont commencé, des idées qui se sont aggravées presque tous les jours pendant six mois. Ces pensées ont commencé à se faire sentir physiquement, elles ont frappé le corps à coups, se sont livrées aux mains et aux pieds. Maintenant je sais que c'est une sénestopathie, une pseudo-hallucination corporelle. C'est comme une émotion forte qui peut laisser une sensation dans la poitrine chez la personne moyenne. Ici, ils ont dégagé dans les membres, dans le dos et ont laissé de longues traces. J'étais tout dans ces sensations. J'ai lu une fois que les infrasons, qui ne sont pas à portée de voix, sont nocifs pour la santé. Je suis resté coincé: j'ai commencé à dormir plus mal à cause de l'ordinateur portable d'un voisin, qui «menaçait» de refroidir. Il a commencé à se comporter bizarrement, a éteint l'ordinateur portable de son voisin quand il a quitté la pièce. Il est ensuite transmis à tous les appareils électriques branchés sur la prise. La psychose s'est manifestée lorsque j'ai commencé à ressentir de graves crises de panique. Une fois dans le magasin, j'ai senti que j'étais sur le point de mourir. Mes jambes se sont transformées en pierre, je suis à peine arrivé à la caisse enregistreuse, puis à l'auberge, où j'ai rampé sous les couvertures et j'ai pensé que c'était la fin. J'ai appelé une ambulance deux fois. La première fois qu'on m'a conseillé d'aller chez un psychiatre, et la seconde, ils ont juste juré.

Maladie incurable

Les personnes atteintes de schizophrénie ont besoin de soins de soutien à vie. Cependant, très souvent, le patient ne reconnaît pas la maladie, de sorte que le pourcentage de patients qui se considèrent malades mentaux est très faible.

«Il est difficile de les observer, il est difficile d'expliquer qu'il est nécessaire de prendre des médicaments pour qu'une aggravation ne se produise pas. L'union du médecin et du patient pendant le traitement est l'observance. S'il est formé, tout va bien: le patient a reconnu la maladie, il connaît les signes d'une exacerbation lorsqu'il a besoin de l'aide d'un psychiatre », poursuit Vitaly Voronov.

Le manque de conscience du patient qu'il est malade s'appelle anosognosie. Parfois, les médecins doivent faire face au déni de la maladie non seulement du patient, mais aussi de ses proches. Ceci est courant même parmi les personnes instruites..

Sergey, 45 ans. Diagnostic: schizophrénie

Je prends six comprimés par jour: trois antipsychotiques, matin, après-midi et soir, deux autres pour soulager les effets secondaires. Je vais devoir les prendre à vie. Injections deux fois par an. Une ou deux fois par an, je vais au dispensaire, mais il n'y a pas d'horaire précis. Lorsque des pensées déprimantes apparaissent (par exemple, que je pourrais casser une fenêtre ou sauter dans un escalier), le sommeil disparaît, je comprends qu'il est nécessaire d'augmenter la posologie du médicament, et il est préférable de le faire sous la supervision d'un médecin.

Le plus souvent, les troubles mentaux sont diagnostiqués après une hospitalisation d'urgence. A Cherepovets, il existe une brigade d'ambulances spécialisée n ° 17, composée de psychiatres. S'ils diagnostiquent une maladie mentale, le patient est conduit au dispensaire. Dans des conditions moins sévères, les patients peuvent se tourner vers le local.

Tous les employés du dispensaire neuropsychiatrique, y compris les concierges et les nettoyeurs, ne sont pas autorisés à prendre des informations sur les patients à l'extérieur des murs de l'hôpital.

Dans un dispensaire neuropsychiatrique, trois types de soins sont dispensés: hospitalier, lorsque le patient s'allonge pour un traitement, hôpital de jour, lorsque le patient se rend au dispensaire tous les jours, mais dort à domicile, et traitement ambulatoire. Les patients du dispensaire ont besoin d'une surveillance constante d'un psychiatre, d'un traitement médicamenteux et d'une surveillance de leur état. Pour les patients qui sont sujets à des délits ou qui les ont commis dans le passé, une «observation dynamique active» est utilisée. Ces personnes (à Cherepovets, il n'y en a pas plus d'une centaine) doivent se présenter au dispensaire chaque mois.

4-6 cas pour 1000 personnes - c'est la probabilité de schizophrénie en Russie.

Pour le traitement des névroses, de nombreuses méthodes physiothérapeutiques sont utilisées, notamment l'électrostimulation du cerveau, la luminothérapie, l'électro-sommeil et le massage. Dans les cas particulièrement graves, lorsque d'autres méthodes n'aident pas, une thérapie électroconvulsive est utilisée: un courant électrique traverse le cerveau, provoquant une «réinitialisation».

«Ce que nous avons l'habitude de voir dans les films sur les hôpitaux psychiatriques est considéré comme inhumain. Maintenant, la thérapie électroconvulsive n'est utilisée que dans des cas exceptionnels lorsque les médecins ne peuvent pas aider le patient avec des médicaments. En règle générale, il s'agit de schizophrénie avec des symptômes persistants, une dépression sévère avec des tendances suicidaires, lorsqu'une personne est constamment au bord du suicide. En règle générale, les souvenirs de la procédure sont effacés, mais il y a eu des cas où des patients se sont plaints de douleur. Nous nous préparons maintenant à lancer cette procédure dans notre dispensaire. La procédure sera réalisée sous anesthésie à court terme; du matériel d'anesthésie a été acheté. Nous devons juste obtenir une licence, - Vitaly Voronov partage ses plans. - Cette procédure concerne les formes très sévères de la maladie, mais si elles ne se produisaient pas, nous ne penserions même pas à un tel traitement. Il y a des patients qui ne répondent pas aux médicaments, ils sont contraints de rester dans les hallucinations, le délire ou une forte agitation pendant des mois. C'est dangereux pour la vie du patient et des autres ".

Travailler pour les malades mentaux

Avec la schizophrénie, il est difficile de trouver un emploi, donc le plus souvent un handicap est émis. Il est impossible d'obtenir des données sur l'emploi des personnes atteintes de maladie mentale à Cherepovets: ces statistiques ne sont pas conservées au service de l'emploi.

Sergey, 45 ans. Diagnostic: schizophrénie

J'ai un deuxième groupe de handicaps. À son retour de l'armée, il a travaillé pendant un an et demi dans une usine d'un magasin de meubles, mais il est parti en raison de licenciements. Je suis allé sur un chantier de construction en tant que menuisier, mais je n'ai pas travaillé pendant longtemps. Il arrive que les pensées fuient, à cause de cela, vous ne pouvez pas dormir la nuit et le matin, vous ne pouvez tout simplement pas aller travailler. Il n'est pas resté dans chacun des nouveaux lieux pendant plus de trois mois. Puis à l'hôpital, et à partir de là, il n'est déjà pas pratique de venir à l'ancien endroit. Il a travaillé autant qu'il pouvait: avec des commerçants privés, avec son père. Maintenant, c'est dur pour moi sans travail - ma pension n'est que de neuf mille. Mais pendant deux semaines, personne ne prendra et ne paiera d'argent.

Peter, 25 ans. Diagnostic: trouble schizotypique

Je travaille via Internet: pas de journée de travail de huit heures, pas d'étrangers, pas besoin de leur expliquer quelque chose ou de se présenter à la caisse. Je peux même écrire aux gens sur Internet, ce qui est beaucoup plus facile que de leur parler en direct. J'écris de la poésie et j'aimerais jouer quelque part avec eux, mais ce n'est pas encore possible. Les poèmes me donnent un sens à la vie, ça m'aide. Je pense que c'est une bonne chose pour ma santé, car s'il y a au moins un sentiment d'existence, ça donne la force de se battre.

Comment distinguer la maladie mentale du tempérament?

Chacun a ses propres caractéristiques de caractère et de tempérament. Ils peuvent se manifester sous la forme d'une accentuation de caractère, et ils peuvent aussi être dans le cadre d'un trouble de la personnalité - s'ils dépassent tellement la norme qu'ils perturbent l'adaptation dans la société. Ainsi, les introvertis peuvent héberger des expériences en eux-mêmes, ne pas communiquer, mais ils sont maintenus dans l'équipe. Si le monde d'une personne est limité par quatre murs et qu'elle ne communique qu'avec ses proches et ses parents, il s'agit déjà d'un trouble schizoïde..

«Presque tout le monde souffre de troubles névrotiques», déclare Vitaly Voronov. - La plus simple est la neurasthénie, lorsque le système nerveux et le psychisme sont épuisés par des charges excessives: stress, soucis, problèmes au travail. Ceci est pertinent: en raison des optimisations et des contractions, une personne travaille souvent pendant cinq, il y a une sensation constante de fatigue, de maux de tête, d'irritabilité, de sautes d'humeur et de problèmes de sommeil. Il s'agit d'un trouble à court terme. Il est traité avec un bon repos, donc beaucoup ne vont pas chez le médecin. Pour cette raison, le taux de détection des troubles mentaux est faible ".