Le sens du mot «ambivalent»

Qu'est-ce que l'ambivalence? Cela devrait commencer de loin. Bien que les relations tendent à orienter le comportement, les personnes ambivalentes ont tendance à en être moins dépendantes. Moins un individu est certain dans son attitude, plus il devient impressionnable, par conséquent, les actions futures sont moins prévisibles et moins décisives. Les personnes ambivalentes sont également plus réceptives aux informations temporelles (comme l'humeur).

Réaction psychologique

L'ambivalence explicite peut être perçue comme psychologiquement désagréable (ou vice versa) lorsque les aspects positifs et négatifs du sujet sont simultanément présents dans la conscience de la personne. L'ambivalence psychologiquement inconfortable, également connue sous le nom de dissonance cognitive, peut conduire à l'évitement, à la procrastination ou à des tentatives délibérées d'éliminer l'ambivalence. Les gens ressentent le plus grand inconfort de leur ambivalence à un moment où une situation nécessite une solution. Les gens en sont conscients à des degrés divers. Par conséquent, les conséquences d'un état ambivalent diffèrent selon les personnes et les situations. Pour cette raison, les chercheurs se sont penchés sur deux formes d'ambivalence. Un seul d'entre eux est subjectivement vécu comme un état de conflit.

Concept

La littérature psychologique distingue plusieurs formes d'ambivalence. L'un d'eux, souvent appelé subjectif ou sensoriel, est l'expérience psychologique du conflit (manifestation émotionnelle), des sentiments mitigés, des réactions mixtes (manifestation cognitive) et de l'indécision (manifestation comportementale) lors de l'évaluation d'un objet. Une personne ne reconnaît pas toujours et ne se rend pas toujours compte qu'il s'agit d'une ambivalence. Bien que lorsqu'un individu s'en rende compte, il ressent une gêne, qui est causée par des attitudes contradictoires envers un stimulus particulier. En termes simples, l'ambivalence en psychologie est une double attitude, souvent paradoxale, face à la même situation..

Ambivalence subjective - qu'est-ce que cela signifie?

Ce formulaire est généralement évalué à l'aide de mesures directes d'auto-évaluation de l'expérience. Puisque l'ambivalence subjective est un jugement mineur de l'évaluation primaire (c'est-à-dire qu'elle implique une double attitude émotionnelle), elle est considérée comme métacognitive. L'essence des mesures préventives est de savoir à quel point une personne éprouve de l'ambiguïté dans une évaluation particulière. Cela peut être signalé de plusieurs manières.

Par exemple, Prister et Petty ont utilisé un système de notation dans lequel les sujets évaluaient le niveau de conflit vécu sur une échelle de 0 (comme un sujet sans conflit du tout) à 10 (comme un sujet connaissant un conflit maximal). Cependant, les gens n'aiment pas ressentir les émotions négatives associées à l'ambivalence. Par conséquent, ils peuvent garder le silence sur leur niveau de conflit interne. Cela rend la mesure de l'ambivalence sensorielle moins fiable que le chercheur pourrait le souhaiter. La détermination de l'ambivalence en psychologie est un processus rapide impliquant la réussite de divers tests..

Ambivalence objective

Un autre type de ce conflit interne est appelé ambivalence objective ou potentielle et est la reconnaissance simultanée des évaluations positives et négatives d'un stimulus particulier. L'ambivalence objective permet aux gens de répondre aux questions en fonction des aspects les plus accessibles de leur relation. Par conséquent, il est beaucoup plus facile de le mesurer. Ce point de vue n'implique pas que l'individu ait pleinement conscience de son attitude contradictoire face à la situation..

L'ambivalence objective, qui est souvent définie par les psychologues et les psychiatres, est généralement évaluée à l'aide d'une méthode mise au point par Kaplan, dans laquelle l'échelle d'attitude bipolaire standard (par exemple, d'extrêmement négative à extrêmement positive) est divisée en deux échelles distinctes. Chacun d'eux estime indépendamment la valeur d'une valence (par exemple, d'extrêmement positive à extrêmement négative). Si une personne entretient à la fois des réactions positives et négatives au même objet, il y a au moins une ambivalence objective..

Initialement, Kaplan a introduit le concept d'ambivalence comme la moindre de deux réactions (c'est-à-dire des évaluations positives ou négatives), également appelées réactions contradictoires. Il les a mis en contraste avec les réponses dominantes. Par exemple, si l'ambivalence objective à propos de l'exercice a été évaluée à l'aide de deux échelles distinctes à 6 points et que la personne a indiqué que sa note était légèrement négative (par exemple, 2 sur une échelle de 6 points) et extrêmement positive (par exemple, 6 sur une échelle de 6 points), l'ambivalence de cette personne sera quantifiée par la plus faible des deux notes (c'est-à-dire 2 dans ce cas). Pour comprendre ce que signifie l'ambivalence, il est conseillé de passer l'un de ces tests..

Conscience de la dualité

La recherche n'a montré qu'une corrélation modérée entre le sentiment et l'ambivalence potentielle. Bien que les deux mesures soient utiles en fonction de la tâche du chercheur. L'ambivalence potentielle est souvent utilisée par les chercheurs pour recueillir des informations supplémentaires sur la diversité des relations humaines dans différents contextes. Chaque personne ressent à sa manière les conséquences de sentiments désagréables, qu'elle soit ou non consciente de la dualité de sa relation..

Disponibilité et cohérence simultanées

Afin de bien comprendre ce qu'est l'ambivalence, vous devez vous familiariser avec deux concepts étroitement liés..

La disponibilité simultanée se produit lorsque l'ambivalence potentielle dépend de la rapidité et de l'uniformité des évaluations polaires qu'une personne donne à une situation de conflit particulière. Les connaissances positives et négatives sur les croyances sur l'objet de la relation sont connues, mais pas toujours disponibles. Ce n'est que lorsque la relation des évaluations est applicable et coïncide avec la prise de conscience que l'ambivalence potentielle conduit à une ambivalence sensorielle..

La préférence de cohérence utilise des incitations pour combiner les incitations entrantes avec les variables actuelles pour répondre aux impulsions à venir. En d'autres termes, les gens regardent souvent leur comportement passé lorsqu'ils prennent de nouvelles décisions. Si leur préférence pour la cohérence est élevée, ils sont plus susceptibles d'ignorer les nouvelles informations et ont donc tendance à répéter les mêmes réactions à l'ambivalence qu'ils ont eues dans le passé..

Théories de l'ambivalence

Les théories de séquençage cognitif ont été développées à partir de la croyance que les gens préfèrent une connaissance claire et cohérente de la réalité environnante. L'incohérence dans vos pensées, sentiments, émotions, valeurs, croyances, attitudes ou comportements provoque une tension naturelle. Dans le passé, les théoriciens de la cohérence se sont principalement concentrés sur le besoin instinctif de soulager cet inconfort psychologique et de revenir à un état simple et équilibré. Cependant, contrairement aux approches classiques, les théories de l'ambivalence relative sont davantage liées à l'état paradoxal perçu lui-même..

Théorie de l'équilibre

Cette théorie a été développée pour étudier les pensées des gens sur leurs relations personnelles avec les autres et avec l'environnement. Les relations triadiques sont utilisées pour évaluer la structure et la qualité des relations au sein d'une organisation..

L'hypothèse générale sur la théorie de l'équilibre est enracinée dans la philosophie, selon laquelle les états déséquilibrés tendent au chaos. Une relation satisfaisante nécessite un équilibre, sinon des symptômes tels que le stress, la tension ou l'ambivalence peuvent souvent être ressentis.

Théorie de la cohérence cognitive évaluée

La théorie de la cohérence cognitive évaluative décrit la situation où les gens ont une attitude opposée envers un objet qui n'est pas de la même taille. L'accent est mis sur la différence globale d'estimations hors valeur.

Du point de vue de la théorie de la cohérence cognitive évaluative, l'ambivalence en psychologie est fonction du nombre de conflits au sein d'une relation, tandis que la cohérence évaluative-cognitive dépend de l'ampleur de la différence entre les estimations.

Si une personne a donné à la fois une évaluation positive et négative de 5 points sur 6, ses réponses ont le même degré d'accord. Cependant, le degré d'ambivalence de chaque évaluation est significativement différent. Cette distinction est importante lors de l'étude des conséquences de l'ambivalence..

Une perspective bidimensionnelle de l'évaluation de l'attitude peut faire la distinction entre l'ambivalence et la cohérence évaluative-cognitive. À mesure que les notes augmentent, l'ambivalence et la cohérence évaluative-cognitive ont tendance à être moins stables, ce qui signifie que le système de suivi et d'évaluation de celles-ci devient moins efficace pour prédire le comportement humain..

Des recherches antérieures ont lié des états mentaux ambivalents à des temps de réponse plus lents (en raison d'une attention distraite) et à de mauvaises attitudes envers le problème, bien que les théories de séquençage évaluatif-cognitif n'aient pas encore rapporté de tels résultats..

Différences individuelles

Des caractéristiques individuelles sont nécessaires pour aborder les stratégies les plus avantageuses pour surmonter les états ambivalents. La recherche a montré que certains traits de personnalité peuvent affecter les personnes qui éprouvent de l'ambivalence. Certains traits de caractère rendent une personne moins sujette à l'ambivalence. Divers facteurs peuvent modifier ces traits, contribuant ainsi à l'émergence d'une ambivalence, par exemple, la tolérance innée (ou acquise) d'une personne à toute ambiguïté. En particulier, ceux qui ont un besoin de cognition ou une tendance à apprécier les écarts entre les émotions positives et négatives sont moins susceptibles de ressentir un sentiment de dualité. En d'autres termes, le désir de résoudre des problèmes qui nécessitent des ressources cognitives importantes contribue à la force cognitive et, par conséquent, à la capacité à surmonter l'ambivalence..

Points forts et défauts

Les relations ambivalentes associées à des sentiments de faiblesse accèdent à la conscience d'une personne plus lentement que celles associées à des sensations fortes et intenses. Cela conduit à un conflit appelé réponse de réponse, un processus de ralentissement des réponses en raison de la difficulté de choisir entre des croyances et des sentiments positifs et négatifs. Des études cliniques montrent comment de grands efforts cognitifs combinés à des croyances entraînent une recherche d'informations altérée. Lorsque les personnes sont confrontées à plusieurs options d'attitudes face à la même situation, elles peuvent indiquer des résultats ambigus aux tests. Ainsi, les psychologues ont conclu que le temps de réponse plus lent peut être causé par le traitement systématique de l'information par la psyché..

Problème de cohérence

Les personnes plus préoccupées par la validité / l'invalidité de quelque chose sont connues pour faire l'expérience d'une ambivalence accrue, probablement parce qu'elles sont préoccupées par des jugements erronés et, par conséquent, tout effort visant à réglementer la relation est bloqué. La réponse à l'ambivalence dépend donc du besoin de cohérence de l'individu. Plus le besoin de cohérence est élevé, plus la réaction sera défavorable au maintien simultané de deux relations conflictuelles, tandis qu'une personne ayant un besoin réduit de cohérence connaîtra moins de troubles psychiatriques associés à l'ambivalence. Ceux qui cherchent à corriger les incohérences et à résoudre les conflits internes peuvent éviter les états ambivalents beaucoup mieux que la plupart..

Peur de la maladie et mensonges possibles

De plus, certaines personnes ont une peur plus prononcée de la maladie et du handicap que d'autres. Lorsque cette peur est ressentie à un degré très fort, ces personnes refusent simplement d'admettre la présence d'ambivalence dans leurs appréciations et jugements, car cela leur est particulièrement gênant. Certains hypocondriaques, quant à eux, ont du mal à comprendre qu'il s'agit d'une ambivalence, ce qui est rarement le signe d'un trouble mental grave..

Il est ambivalent que ce soit

ambivalence - ambivalence... Dictionnaire d'orthographe-référence

ambivalence - La coexistence d'émotions, d'idées ou de désirs antagonistes par rapport à la même personne, objet ou position. Selon Bleuler, qui a inventé ce terme en 1910, l'ambivalence à court terme fait partie du psychique normal... Big Encyclopedia of Psychology

AMBIVALENCE - (du latin ambo à la fois et va lentia force), dualité des sentiments, des expériences, exprimée dans le fait que le même objet provoque simultanément une personne à deux sentiments opposés, par exemple, plaisir et mécontentement, amour et...... Philosophique encyclopédie

Ambivalence - Ambivalence ♦ Ambivalence La coexistence dans la même personne et dans sa relation au même objet de deux affects différents - plaisir et douleur, amour et haine (voir, par exemple, Spinoza, Ethique, III, 17 et scholia ),...... Dictionnaire philosophique de Sponville

AMBIVALENCE - (du latin ambo both et valentia force), la dualité de l'expérience, lorsque le même objet évoque chez une personne simultanément des sentiments opposés, par exemple l'amour et la haine... Encyclopédie moderne

AMBIVALENCE - (de Lat. Ambo both et valentia force) dualité d'expérience, quand le même objet provoque des sentiments opposés chez une personne en même temps, par exemple. l'amour et la haine, le plaisir et le mécontentement; un des sens est parfois exposé...... Grand dictionnaire encyclopédique

AMBIVALENCE - (amphi grec autour, sur, des deux côtés, double et latin valentia force) attitude double et contradictoire du sujet à l'objet, caractérisée par la focalisation simultanée sur le même objet d'impulsions opposées, d'attitudes... Le dernier dictionnaire philosophique

ambivalence - nom, nombre de synonymes: 3 • dualité (27) • ambiguïté (2) • ambiguïté... Dictionnaire des synonymes

AMBIVALENCE - (de Lat. Ambo à la fois et force de valentia) eng. ambivalence; allemand Ambivalenz. La dualité de l'expérience, quand un seul et même objet provoque des sentiments opposés chez une personne en même temps, par exemple, antipathie et sympathie. voir AFFECT, ÉMOTIONS. Antinazi....... Encyclopédie de sociologie

Ambivalence - (de Lat. Ambo both et valentia force) un terme désignant la dualité interne et la contradiction d'un phénomène politique, en raison de la présence de principes opposés dans sa structure interne; dualité de l'expérience, quand une seule et même chose...... Science politique. dictionnaire.

ambivalence - et bien. ambivalent, e adj. <lat. ambo les deux + force de valentia. La dualité de l'expérience, exprimée dans le fait qu'un objet provoque simultanément à une personne deux sentiments opposés: l'amour et la haine, le plaisir et le mécontentement, etc. ALS... Dictionnaire historique des gallicismes russes

Ambivalence

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

  • Les raisons
  • Formes
  • Diagnostique
  • Traitement

Pour désigner la nature double et même mutuellement exclusive des sentiments ressentis par une personne en même temps pour la même raison, en psychologie moderne et en psychanalytique il y a le terme d'ambivalence.

Dans les premières décennies du XXe siècle, la définition de l'ambivalence au sens plus étroit a été utilisée en psychiatrie pour désigner le symptôme dominant de la schizophrénie - un comportement contradictoire non motivé. Et la paternité de ce terme, ainsi que du nom «schizophrénie», appartient au psychiatre suisse E. Bleuler.

Plus tard, grâce à son élève K. Jung, qui, contrairement à Freud, cherchait à prouver l'unité du conscient et de l'inconscient et leur équilibre compensatoire dans le «mécanisme» de la psyché, l'ambivalence commença à être comprise plus largement. Mais maintenant, l'ambivalence est appelée l'émergence et la coexistence dans la conscience humaine et le subconscient de sentiments, d'idées, de désirs ou d'intentions diamétralement opposés (souvent contradictoires) par rapport au même objet ou sujet..

Comme le notent les experts, l'ambivalence est une condition subclinique très courante. De plus, étant donné la double nature initiale de la psyché (c'est-à-dire la présence du conscient et du subconscient en elle), l'ambivalence situationnelle est inhérente à presque tout le monde, car ce n'est pas pour rien que dans les cas nécessitant un choix et une action décisive, on parle de confusion des sentiments, de confusion et de confusion des pensées dans la tête. Nous sommes constamment en conflit interne, et les moments où il y a un sentiment d'harmonie intérieure ou d'unité de but sont relativement rares (et peuvent être illusoires).

Les exemples les plus frappants d'ambivalence apparaissent lorsqu'il y a des conflits entre des valeurs morales, des idées ou des sentiments, en particulier - entre ce dont nous sommes conscients et ce qui est en dehors de notre conscience («le ver du doute ronge» ou «chuchote une voix intérieure»)... Beaucoup de pensées vont et viennent, mais certaines restent coincées dans le subconscient d'une personne, et c'est là qu'il y a tout un panthéon enfoui de valeurs enfouies, de préférences, d'arrière-pensées (bonnes ou pas), de goûts et de dégoûts. Comme le disait Freud, ce saut d'impulsions à l'arrière de notre cerveau nous donne envie ou non de quelque chose en même temps..

D'ailleurs, c'est Freud qui a formulé le principe d'ambivalence, dont le sens est que toutes les émotions humaines sont initialement de nature double, et si la sympathie et l'amour gagnent à un niveau conscient, alors l'antipathie et la haine ne disparaissent pas, mais se cachent dans les profondeurs du subconscient. Dans les «cas appropriés», ils surgissent de là, entraînant des réactions inappropriées et des actions humaines imprévisibles.

Mais gardez à l'esprit: lorsque le «saut d'impulsions» se produit constamment, il y a un symptôme qui peut indiquer une dépression prolongée, un état névrotique ou le développement d'un trouble de la personnalité obsessionnel-compulsif (obsessionnel-compulsif).

Raisons de l'ambivalence

À ce jour, les principales raisons de l'ambivalence sont liées à l'incapacité de faire un choix (les philosophes existentialistes sont focalisés sur le problème du choix) et de prendre des décisions. La santé, le bien-être, les relations et le statut social d'un individu dépendent largement de la prise de décisions éclairées; une personne qui évite la prise de décision fait face à des conflits psycho-émotionnels internes qui forment une ambivalence.

On pense que l'ambivalence est souvent le résultat d'un conflit de valeurs sociales associé à des différences de culture, de race, d'ethnie, d'origine, de croyances religieuses, d'orientation sexuelle, d'identité de genre, d'âge et d'état de santé. Les constructions sociales et les normes et valeurs perçues au sein d'une société donnée forment les sentiments contradictoires de nombreuses personnes.

Mais la plupart des psychologues voient les raisons de l'ambivalence dans l'insécurité des gens, leur peur subconsciente de se tromper et d'échouer, l'immaturité émotionnelle et intellectuelle..

N'oubliez pas non plus que l'émergence de sentiments, d'idées, de désirs ou d'intentions n'obéit pas toujours à la logique. Un rôle important est joué par l'intuition et la «voix intérieure» très difficile à étouffer.

Des études ont révélé certaines caractéristiques neurobiologiques de la médiation du signal associées à l'expression des émotions: chez les personnes en bonne santé éprouvant des sentiments positifs, les structures de l'hémisphère gauche du cerveau sont plus actives, et si les émotions sont négatives, la structure de la droite. Autrement dit, du point de vue de la neurophysiologie, les gens sont capables d'éprouver des états affectifs positifs et négatifs en même temps..

L'étude de l'activité cérébrale par IRM a démontré la participation à l'ambivalence de la prise de décision dans les régions cognitives et socio-affectives du cerveau (dans le cortex préfrontal ventrolatéral, dans les parties antérieure et postérieure du cortex cingulaire, au niveau de l'insula, des lobes temporaux, de la jonction temporo-pariétale). Mais ces zones sont associées de différentes manières aux processus ultérieurs, il reste donc à voir où se situent les corrélats neuronaux des composantes affectives de l'ambivalence..

Formes

Dans la théorie de la psychologie et la pratique de la psychothérapie, il est habituel de distinguer certains types d'ambivalence - en fonction des sphères d'interaction de la personnalité dans lesquelles ils se manifestent le plus.

L'ambivalence des sentiments ou l'ambivalence émotionnelle se caractérise par une attitude ambivalente envers le même sujet ou objet, c'est-à-dire par la présence de sentiments simultanés mais incompatibles: faveur et aversion, amour et haine, acceptation et rejet. Étant donné que le plus souvent cette bipolarité interne de la perception est à la base des expériences d'une personne, ce type peut être défini comme une ambivalence d'expériences ou une amblyothymie.

En conséquence, la soi-disant ambivalence dans les relations peut survenir: lorsqu'une personne des personnes environnantes, au niveau subconscient, évoque constamment des émotions opposées chez une personne. Et quand une personne est vraiment inhérente à la dualité dans une relation, elle ne peut pas se débarrasser de la négativité subconsciente, s'inquiétant même dans les moments où son partenaire fait quelque chose de bien. Le plus souvent, cela provoque une incertitude et une instabilité dans les partenariats, et est dû au fait que la polarité des sentiments, comme mentionné ci-dessus, existe initialement et peut provoquer un conflit intrapersonnel. Il s'exprime dans la lutte interne «oui» et «non», «je veux» et «je ne veux pas». Le degré de conscience de cette lutte affecte le niveau de conflit entre les personnes, c'est-à-dire que lorsqu'une personne n'est pas consciente de son état, elle ne peut pas se retenir dans des situations de conflit.

Les psychothérapeutes occidentaux ont le concept d'un modèle d'ambivalence chronique: quand un sentiment d'impuissance et un désir de supprimer une négativité profondément enracinée obligent une personne à prendre une position défensive, la privant non seulement du sentiment d'être en contrôle de sa vie, mais aussi de l'équilibre mental ordinaire (conduisant à l'hystérie ou à un état de neurasthénie dépressive).

Les enfants peuvent développer des ambivalences d'attachement qui combinent l'amour pour leurs parents et la peur de ne pas obtenir leur approbation. En savoir plus ci-dessous - dans une section séparée Ambivalence en pièce jointe.

Un état dans lequel une personne reçoit simultanément des pensées opposées, et des concepts et des croyances opposés coexistent dans la conscience, est défini comme l'ambivalence de la pensée. Cette dualité est considérée comme le résultat d'une pathologie dans la formation de la capacité de pensée abstraite (dichotomie) et un signe de déviation mentale (en particulier, paranoïa ou schizophrénie).

L'ambivalence de la conscience (subjective ou affective-cognitive) est également appelée états altérés de la psyché avec un accent sur les désaccords entre les propres croyances d'une personne et la confrontation entre les évaluations de ce qui se passe (jugements et expérience personnelle) et les réalités objectivement existantes (ou leurs évaluations généralement connues). Cette déficience cognitive est présente dans la psychose et s'accompagne de délires, d'anxiété inexplicable et de peur des obsessions..

Ambivalence de l'attachement

Dans l'enfance, une ambivalence dans l'attachement (attachement anxieux-ambivalent) peut se développer si l'attitude des parents envers leurs enfants est contradictoire et imprévisible, il n'y a ni chaleur ni confiance. L'enfant ne reçoit ni affection ni attention, c'est-à-dire qu'il est élevé selon des règles strictes - dans des conditions de «faim émotionnelle» constante. Les psychologues disent que dans la formation de ce type d'ambivalence, le tempérament de l'enfant, la relation des parents entre eux, le niveau de soutien pour toutes les générations de la famille jouent un rôle important..

Beaucoup de parents perçoivent à tort leur désir de gagner l'amour de l'enfant avec un amour réel et un souci de son bien-être: ils peuvent surprotéger l'enfant, se concentrer sur son apparence et ses performances scolaires et envahir sans cérémonie son espace personnel. En grandissant, les personnes qui ont une ambivalence dans l'attachement dans l'enfance se caractérisent par une autocritique accrue et une faible estime de soi; ils sont anxieux et méfiants, recherchant l'approbation des autres, mais cela ne les libère jamais du doute. Et dans leur relation, il y a une dépendance excessive vis-à-vis d'un partenaire et une préoccupation constante qu'ils pourraient être rejetés. Le perfectionnisme et le comportement compulsif (comme moyen d'affirmation de soi) peuvent se développer sur la base d'une maîtrise de soi constante et de réflexions sur son attitude envers les autres..

Le trouble de l'attachement ambivalent dans l'enfance peut devenir la base du développement d'un trouble mental aussi dangereux que le trouble de l'attachement réactif (code CIM-10 - F94.1, F94.2), le libellé de l'ambivalence obsessionnelle dans ce cas est cliniquement incorrect.

L'ambivalence pathologique sous forme de trouble réactif de l'attachement (RAD) concerne l'interaction sociale et peut prendre la forme d'une initiation ou d'une réponse altérée à la plupart des contacts interpersonnels. Les causes du trouble sont la négligence et la maltraitance des adultes avec un enfant de six mois à trois ans, ou des changements fréquents de soignants.

Dans le même temps, des formes inhibées et désinhibées de pathologie mentale sont notées. Donc, c'est la forme désinhibée qui peut conduire au fait que les enfants adultes atteints de RAD essaient d'attirer l'attention et le réconfort de tous les adultes, même totalement inconnus, ce qui en fait des proies faciles pour les pervers et les criminels..

Exemples d'ambivalence

De nombreuses sources, se référant à S. Freud, donnent un exemple d'ambivalence des sentiments de la tragédie de W. Shakespeare. C'est le grand amour d'Othello pour Desdemona et la haine brûlante qui l'a saisi à cause du soupçon d'adultère. Tout le monde sait comment s'est terminée l'histoire des jaloux vénitiens..

Nous voyons des exemples d'ambivalence tirés de la vie réelle lorsque les personnes qui abusent de l'alcool comprennent que la consommation d'alcool est nocive, mais qu'elles ne sont pas en mesure de prendre des mesures pour renoncer définitivement à l'alcool. Du point de vue de la psychothérapie, un tel état peut être qualifié d'attitude ambivalente envers la sobriété..

Ou voici un exemple. Une personne veut quitter un emploi qu'elle déteste, mais pour lequel elle paie bien. C'est une question difficile pour toute personne, mais les personnes souffrant d'ambivalence, de réflexion constante sur ce dilemme, de doute paralysant et de souffrance les conduiront presque complètement à la dépression ou provoqueront un état de névrose..

L'ambivalence intellectuelle fait référence à l'incapacité ou au refus de donner une réponse sans ambiguïté et de formuler une certaine conclusion - en raison du manque de justification logique ou pratique d'une personne pour une certaine position. Le principal problème de l'ambivalence intellectuelle est qu'elle (selon la théorie de la dissonance cognitive) est une condition préalable au manque de direction ou d'orientation claire des actions. Cette incertitude paralyse le choix et la prise de décision, et par conséquent se traduit par un décalage entre ce que pense une personne et comment elle se comporte dans la réalité. Les experts appellent cet état - ambivalence du comportement, dualité des actions et des actions, ambivalence de la motivation et de la volonté, ou ambition.

Il convient de noter que le terme d'ambivalence épistémologique (du grec epistemikos - connaissance) n'est pas utilisé en psychologie. Cela a à voir avec la philosophie de la connaissance - épistémologie ou épistémologie. On connaît également un concept philosophique tel que le dualisme épistémologique (dualité de la cognition).

Et l'ambivalence chimique fait référence aux caractéristiques de la polarité des structures carbonées des molécules organiques et de leurs liaisons dans le processus d'interaction chimique.

Ambivalence

L'ambivalence est une attitude contradictoire envers un objet ou une double expérience provoquée par un individu ou un objet. En d'autres termes, un objet peut provoquer chez une personne l'émergence simultanée de deux sentiments antagonistes. Ce concept a été précédemment introduit par E. Bleuler, qui croyait que l'ambivalence d'une personne est un signe clé de la présence de la schizophrénie, à la suite de quoi il a identifié trois de ses formes: intellectuelle, émotionnelle et volontaire..

L'ambivalence émotionnelle se révèle dans le sentiment simultané d'émotions positives et négatives envers un autre individu, objet ou événement. La relation enfant-parent peut servir d'exemple de manifestation d'ambivalence.

L'ambivalence volitive d'une personne se retrouve dans une course sans fin entre des solutions polaires, dans l'impossibilité de faire un choix entre elles. Cela conduit souvent à l'interdiction de commettre un acte pour prendre une décision.

L'ambivalence intellectuelle d'une personne consiste en l'alternance d'opinions antagonistes les unes aux autres, contradictoires ou mutuellement exclusives dans les pensées d'un individu.

Le contemporain Z. Freud d'E. Bleuler a donné un tout autre sens au terme d'ambivalence humaine. Il la considérait comme la coexistence simultanée de deux motifs profonds opposés caractéristiques principalement de la personnalité, dont les plus fondamentaux sont l'orientation vers la vie et le désir de mort..

Ambivalence des sentiments

Vous pouvez souvent trouver des couples dans lesquels la jalousie prévaut, où l'amour fou se mêle à la haine. C'est une manifestation de l'ambivalence des sentiments. L'ambivalence en psychologie est une expérience ou un état émotionnel interne contradictoire qui a un lien avec une double attitude envers le sujet ou l'objet, l'objet, l'événement et se caractérise à la fois par l'acceptation et le rejet de celui-ci, le rejet.

Le terme d'ambivalence des sentiments ou d'ambivalence émotionnelle a été proposé par E. Blair par un psychiatre suisse pour désigner l'inhérent aux individus souffrant de schizophrénie, doubles réponses et attitudes se remplaçant rapidement. Ce concept est rapidement devenu plus répandu dans la science psychologique. Des sentiments ou des émotions dualistes complexes surgissant chez le sujet en raison de la diversité de ses besoins et de la polyvalence des phénomènes qui l'entourent directement, à la fois attirants et effrayants, provoquant des sentiments positifs et négatifs, ont commencé à être qualifiés d'ambivalents..

Conformément à la compréhension de Z. Freud, l'ambivalence des émotions à certaines limites est la norme. De plus, un degré élevé de gravité indique un état névrotique..
L'ambivalence est inhérente à certaines idées, concepts qui expriment simultanément la sympathie et l'antipathie, le plaisir et le mécontentement, l'amour et la haine. Souvent, l'un des sentiments énumérés peut être inconsciemment réprimé, déguisé en un autre. Aujourd'hui, dans la science psychologique moderne, il existe deux interprétations de ce concept..

La théorie psychanalytique comprend l'ambivalence comme un complexe complexe de sentiments qu'une personne ressent en relation avec un objet, un autre sujet ou un phénomène. Son apparition est considérée comme normale par rapport aux individus dont le rôle est ambigu dans la vie de l'individu. Et la présence d'émotions exclusivement positives ou de sentiments négatifs, c'est-à-dire d'unipolarité, est interprétée comme une idéalisation ou une manifestation de dévaluation. En d'autres termes, la théorie psychanalytique suppose que les émotions sont toujours ambivalentes, mais le sujet lui-même ne le comprend pas..

La psychiatrie considère l'ambivalence comme un changement global périodique de l'attitude d'un individu à l'égard d'un phénomène, individu ou objet particulier. Dans la théorie psychanalytique, ce changement d'attitude est souvent appelé «clivage de l'ego»..

L'ambivalence en psychologie est constituée de sensations contradictoires ressenties par les gens presque simultanément, et non de sentiments et de motifs mixtes ressentis en alternance.

L'ambivalence émotionnelle, selon la théorie de Freud, peut dominer la phase prégénitale de la formation mentale d'une miette. Dans le même temps, il est considéré comme le plus caractéristique que les désirs agressifs et les motifs intimes surviennent simultanément.
Bleuler était à bien des égards proche idéologiquement de la psychanalyse. C'est donc en lui que le terme d'ambivalence a reçu le développement le plus détaillé. Freud voyait l'ambivalence comme la désignation littéraire de Bleuler des pulsions opposées, souvent exprimée chez les sujets comme un sentiment d'amour accompagné de haine pour un objet désiré. Dans un travail sur la théorie de l'intimité, Freud a décrit des pulsions opposées, appariées et liées à l'activité intime personnelle.

En recherchant la phobie d'un enfant de cinq ans, il a également remarqué que l'être émotionnel des individus est composé d'opposés. L'expression par un jeune enfant d'une des expériences antagonistes par rapport au parent ne l'empêche pas de montrer simultanément l'expérience inverse.

Exemples d'ambivalence: un bébé peut aimer un parent, mais en même temps lui souhaiter la mort. Selon Freud, si un conflit survient, alors il est résolu en raison du changement d'objet de l'enfant et du transfert d'un des mouvements internes à une autre personne..

Le concept d'ambivalence des émotions a également été utilisé par le fondateur de la théorie psychanalytique dans l'étude d'un phénomène tel que le transfert. Dans beaucoup de ses écrits, Freud a souligné la nature contradictoire du transfert, qui joue un rôle positif et, en même temps, a une direction négative. Freud a soutenu que le transfert est ambivalent en lui-même, car il englobe une position amicale, c'est-à-dire un aspect positif et un aspect hostile, c'est-à-dire négatif, par rapport au psychanalyste..

Le terme d'ambivalence est ensuite devenu trop répandu dans la science psychologique..

L'ambivalence des sentiments est particulièrement prononcée à la puberté, puisque cette fois est le tournant de la croissance, due à la puberté. L'ambivalence et le caractère paradoxal du caractère de l'adolescent se manifestent dans un certain nombre de contradictions résultant de la crise de la connaissance de soi, au dépassement desquelles la personnalité acquiert l'individualité (la formation de l'identité). L'égocentrisme accru, la recherche de l'inconnu, l'immaturité des attitudes morales, le maximalisme, l'ambivalence et le caractère paradoxal d'un adolescent sont des caractéristiques de la période adolescente et sont des facteurs de risque dans la formation du comportement de la victime.

Ambivalence dans une relation

L'individu humain est la créature la plus complexe de l'écosystème, de sorte que l'harmonie et l'absence d'incohérence dans les relations sont plutôt les normes auxquelles les individus s'efforcent, plutôt que les traits caractéristiques de leur réalité intérieure. Les sentiments des gens sont souvent incohérents et ambivalents. De plus, ils peuvent les ressentir simultanément par rapport à la même personne. Les psychologues appellent cette ambivalence de qualité..

Exemples d'ambivalence dans les relations: lorsqu'un conjoint ressent à la fois un sentiment d'amour et de la haine pour un partenaire en raison de la jalousie, ou une tendresse sans bornes pour son propre enfant, combiné à une irritation causée par une fatigue excessive, ou un désir d'être plus proche des parents en combinaison avec des rêves qu'ils arrêteront entrer dans la vie d'une fille ou d'un fils.

La dualité des relations peut être autant un obstacle au sujet qu'elle peut aider. Lorsqu'elle apparaît comme une contradiction d'une part entre des sentiments stables pour un être vivant, un travail, un phénomène, un objet et, d'autre part, des émotions à court terme provoquées par eux, alors une telle dualité est considérée comme la norme appropriée..

Un tel antagonisme temporaire dans les relations survient souvent lors d'une interaction communicative avec l'environnement proche, avec lequel les individus associent des relations stables à un signe «plus» et pour lesquels ils éprouvent des sentiments d'amour et de tendresse. Cependant, pour diverses raisons, parfois l'environnement proche peut provoquer l'émergence d'irritabilité chez les individus, le désir d'éviter la communication avec eux, souvent même la haine.

L'ambivalence dans les relations en d'autres termes est un état d'esprit dans lequel chaque attitude est équilibrée par son contraire. L'antagonisme des sentiments et des attitudes en tant que concept psychologique doit être distingué de la présence de sensations mixtes par rapport à un objet ou de sentiments par rapport à tout individu. Sur la base d'une évaluation réaliste de l'imperfection de la nature d'un objet, d'un phénomène ou d'un sujet, des sentiments mitigés surgissent, tandis que l'ambivalence est une attitude de nature émotionnelle profonde. Dans une telle attitude, les relations antagonistes découlent d'une source universelle et sont interdépendantes..

K. Jung a utilisé l'ambivalence pour caractériser:

- combinaisons d'émotions positives et de sentiments négatifs concernant un objet, un objet, un événement, une idée ou un autre individu (alors que ces sentiments proviennent d'une seule source et ne représentent pas un mélange de propriétés caractéristiques du sujet auquel ils sont dirigés);

- intérêt pour la multiplicité, la fragmentation et l'impermanence du mental (en ce sens, l'ambivalence n'est qu'un des états de l'individu);

- l'abnégation de toute position décrivant ce concept;

- attitudes, en particulier, vis-à-vis des images des parents et en général des images archétypales;

- universalité, car la dualité est omniprésente.

Jung a soutenu que la vie elle-même est un exemple d'ambivalence, parce que de nombreux concepts mutuellement exclusifs y coexistent - le bien et le mal, le succès frise toujours la défaite, l'espoir s'accompagne de désespoir. Toutes ces catégories sont conçues pour s'équilibrer..

L'ambivalence du comportement se retrouve dans la manifestation alternée de deux motivations polaires opposées. Par exemple, dans de nombreuses espèces d'êtres vivants, les réactions d'attaque sont remplacées par la fuite et la manifestation de la peur..

Une ambivalence prononcée du comportement peut également être observée dans les réactions des personnes à des individus inconnus. L'étranger provoque l'émergence d'émotions mitigées: un sentiment de peur accompagné de curiosité, une envie d'éviter l'interaction avec lui en même temps que la volonté d'établir le contact.

C'est une erreur de croire que les sentiments opposés ont une influence neutralisante, renforçante ou affaiblissante les uns sur les autres. Formant un état émotionnel indivisible, les émotions antagonistes, pourtant, plus ou moins clairement dans cette indivisibilité conservent leur propre individualité..

L'ambivalence dans des situations typiques est due au fait que certaines caractéristiques d'un objet complexe affectent différemment les besoins et l'orientation des valeurs de l'individu. Par exemple, un individu peut être respecté pour son travail acharné, mais en même temps condamné pour son tempérament rapide..

L'ambivalence d'une personne dans certaines situations est une contradiction entre les émotions stables par rapport à un objet et les sensations situationnelles qui en découlent. Par exemple, le ressentiment survient dans les cas où des sujets qui sont évalués émotionnellement positivement par un individu montrent de l'inattention à son égard..

Les sujets qui éprouvent souvent des sentiments ambivalents à propos d'un événement particulier sont qualifiés de très ambivalents par les psychologues, et ceux qui s'efforcent toujours d'obtenir une opinion sans ambiguïté sont qualifiés de moins ambivalents..

De nombreuses études prouvent que dans certaines situations, une forte ambivalence est nécessaire, mais en même temps dans d'autres, elle ne fera qu'interférer..

Auteur: Psychologue pratique N.A. Vedmesh.

Conférencier du Centre Médical et Psychologique "PsychoMed"

Ambivalence - qu'est-ce que c'est en psychologie et en psychiatrie

On pense que les personnes normales et en bonne santé ont une seule conscience. La pensée et l'humeur, dirons-nous, sont en un seul point; l'humeur est relativement stable sur une longue période. Cependant, il existe un phénomène appelé le concept d '«ambivalence».

Qu'est-ce que l'ambivalence

Le mot «ambivalence» signifie toute dualité, toute ambiguïté. Coexistence de phénomènes et d'états polaires. En psychologie et en psychiatrie, l'ambivalence est le clivage et la dualité de l'attitude d'une personne envers quelque chose; en particulier, il s'agit de la dualité de l'expérience, lorsque le même objet ou phénomène provoque deux sentiments opposés chez une personne en même temps.

Le terme «ambivalence» a été introduit en psychiatrie par le scientifique suisse Eigen Bleuler. C'est exactement le scientifique qui est l'auteur des termes «schizophrénie» et autisme. Il n'est pas difficile d'imaginer ce que ce chercheur avait à voir avec l'ambivalence. En effet, il la considérait comme le principal symptôme de la schizophrénie, ou du moins schizoïde. Le terme «schizophrénie» lui-même signifie «scission de l'esprit», qui est proche du sens du mot «ambivalence» et en relation avec la pensée et la psyché.

Le concept d '«ambivalence» en psychologie et psychiatrie

La psychologie et la psychiatrie sont deux «sœurs», tant de concepts et d'idées se chevauchent. La même chose s'est produite avec le concept d'ambivalence. Elle est présente dans les deux sciences, mais dans chacune d'elles la compréhension en est quelque peu différente..

En psychologie, ce mot est appelé un ensemble complexe de sentiments qu'une personne éprouve pour quelque chose. L'ambivalence en psychologie est reconnue comme la norme, car la plupart des phénomènes qu'une personne rencontre dans la vie a une influence ambiguë sur elle et a une valeur ambiguë. Mais les sentiments unipolaires (uniquement positifs ou uniquement négatifs) indiquent souvent une sorte de trouble mental, car l'idéalisation ou la dépréciation complète de quelque chose sont des déviations. Les sentiments d'une personne «normale» sont donc le plus souvent ambivalents, mais lui-même peut ne pas en être conscient.

En psychiatrie et en psychologie clinique, l'ambivalence est comprise comme un changement périodique de l'attitude d'une personne envers le même objet. Par exemple, quelqu'un peut traiter une autre personne le matin uniquement de manière positive, le soir - uniquement de manière négative, et le lendemain matin - encore une fois de manière positive. Ce comportement est aussi appelé "clivage de l'ego", ce concept est accepté en psychanalyse.

Types de base de dualité

Bleuler a mentionné trois types d'ambivalence:

  • Émotionnel - attitude à la fois négative et positive envers les objets et les événements (par exemple, l'attitude des enfants envers leurs parents);
  • Volonté forte - fluctuations entre des décisions opposées, qui aboutissent souvent à un refus de prendre une décision;
  • Intellectuel - alternance de jugements opposés, d'idées mutuellement exclusives dans le raisonnement d'une personne.

L'ambivalence sociale est également parfois mise en évidence. Elle est due au fait que le statut social d'une personne dans différentes situations (au travail, dans la famille) peut être différent. De plus, l'ambivalence sociale peut signifier qu'une personne oscille entre des valeurs culturelles hétérogènes et conflictuelles, des attitudes sociales.

Par exemple, une personne peut vivre selon les lois du monde séculier et en même temps aller à l'église, participer à des rituels. Souvent, les gens eux-mêmes soulignent leur ambivalence sociale, se faisant appeler, par exemple, «athées orthodoxes».

Un autre psychothérapeute, Sigmund Freud, a compris le concept d '«ambivalence» d'une manière légèrement différente. Il y voyait l'existence simultanée chez une personne de deux pulsions principales opposées, tandis que les principales d'entre elles sont deux pulsions - la pulsion de la vie et la pulsion de la mort..

Les causes de l'ambivalence chez l'homme

Les raisons de l'émergence de la dualité sont très différentes, ainsi que les variétés de cette dualité. Chez les personnes en bonne santé, seule la dualité sociale et émotionnelle peut se produire. De tels troubles apparaissent à la suite d'expériences aiguës, de stress, de conflits dans la famille, au travail. Lorsque la cause de l'ambivalence est supprimée, l'ambivalence elle-même disparaît..

En outre, la dualité survient en raison d'états neurasthéniques et hystériques, en raison d'un manque de confiance en une personne ou un autre objet de la relation. L'ambivalence d'attitude envers les parents se produit chez les enfants, puisque ces personnes qui lui sont les plus proches, qui l'aiment, envahissent en même temps son espace personnel.

L'ambivalence par rapport aux valeurs sociales et culturelles est le résultat d'une éducation, d'une expérience de vie et d'une ambition contradictoires d'une personne. Par exemple, le conformisme et l'obéissance au gouvernement donnent lieu à des phénomènes tels que, par exemple, la coexistence d'idées communistes, monarchistes et libérales-démocrates en une seule et même personne, la haine des «valeurs imposées par les Américains» et l'amour simultané pour les produits américains, la musique, les films.

Une autre chose est l'ambivalence dans certaines pathologies. Cela peut survenir avec un certain nombre de maladies:

  • Pour la schizophrénie et les conditions schizoïdes.
  • Pour la dépression clinique prolongée.
  • Au cours d'un trouble obsessionnel-compulsif.
  • Pour le trouble bipolaire.
  • Avec diverses névroses.

La psyché humaine, à la fois saine et malade, est une nature sauvage complexe et impénétrable, que seul un spécialiste peut comprendre. Et les spécialistes devraient également établir les raisons exactes de la dualité - un psychothérapeute, un psychiatre, un psychologue clinicien..

Comment les sentiments ambivalents se manifestent

Les principales manifestations de la dualité sont l'attitude opposée envers les mêmes personnes, des pensées, des idées contradictoires, des aspirations contradictoires par rapport au même objet, des fluctuations constantes entre des décisions contradictoires.

Dans le même temps, le comportement d'une personne change constamment: du calme, il peut devenir hystérique, scandaleux, agressif - et vice versa; de prudent et même lâche peut se transformer en courageux et imprudent, puis revenir.

Un double état pour le patient se transforme en situations stressantes, lui cause un inconfort, provoque la panique et des névroses.

Il existe de nombreuses manifestations spécifiques de l'état ambivalent. L'exemple le plus frappant est la jalousie: une personne éprouve à la fois l'amour, la haine, l'attachement, la colère et le rejet envers son «âme sœur». La coexistence de ces sentiments provoque des scandales, des dépressions nerveuses, des crises de colère..

Autre exemple: une personne ne peut pas choisir entre deux choses simples. Il peut, par exemple, renoncer à l'eau lorsqu'il a très soif; peut tendre la main à un partenaire pour le secouer et le retirer immédiatement.

L'état ambivalent a été décrit à plusieurs reprises dans la littérature. L'un des exemples les plus frappants est la pensée de Raskolnikov dans Crime and Punishment de Dostoïevski. Dans le même temps, le héros, s'efforçant de commettre un crime et en même temps peur de le faire, souffre clairement d'un trouble mental, n'est pas entièrement en bonne santé.

L'ambivalence sociale est assez courante en Turquie. C'est un pays déchiré entre l'identité «européenne» et «asiatique». Souvent, les Turcs ont peur de deux choses à la fois: violer les préceptes religieux islamiques et, en même temps, apparaître aux étrangers comme des musulmans croyants. Et si une femme turque porte un foulard sur la tête, alors devant des invités étrangers, elle se dépêche de se justifier - disent-ils, ce n'est pas pour des raisons religieuses, mais c'est simplement beau (ou pratique). Si un Turc refuse de manger du porc, il est pressé d’assurer aux autres que ce n’est que parce qu’il n’aime pas son goût. Cependant, de nombreux Turcs sont déjà tout à fait libres de goûter du porc et même d'essayer de le cuisiner; il existe également de nombreuses fermes porcines dans le pays. La raison de cette ambiguïté réside, en particulier, dans l'économie du pays: tout en Turquie est «taillé» pour les touristes européens, et le désir de plaire aux clients anglais, allemands et russes littéralement en tout se heurte à l'habitude de suivre les traditions.

Cependant, à un degré ou à un autre, une telle dualité est également caractéristique des résidents d'autres pays. Les Italiens se considèrent comme des catholiques profondément religieux, mais ils sont également connus comme des amoureux brillants de la vie, des amateurs de divertissement, de passe-temps amusant et de libations bruyantes. En Russie, l'ambivalence sociale et culturelle a parfois conduit à des virages brusques dans le sort du pays. Par exemple, l'empereur Alexandre Ier était connu comme un républicain ardent, il avait l'intention d'établir une république en Russie, d'abdiquer le trône, d'abolir la monarchie et de convoquer des élections libres. Mais après un certain temps, il a "oublié" ces promesses et a commencé à se montrer comme un dirigeant autocratique dur. JV Staline dans un pays fier du renversement du tsarisme et du règne de l'Église orthodoxe, en fait, a ravivé le tsarisme et a même élevé l'Église orthodoxe pour démarrer.

Dans le même temps, si dans d'autres pays, la coexistence d'identités opposées ne conduit le plus souvent pas à des conflits et n'affecte pas le psychisme des citoyens, alors en Russie, l'ambivalence est ressentie assez douloureusement. Beaucoup de Russes n'ont pas d'opinion personnelle par rapport à certaines réalités et s'appuient entièrement sur la propagande d'État, la mode et les conseils de divers «experts» de la télévision: après tout, ils rêvent simultanément de «bien vivre», nostalgiques de l'Union soviétique avec son déficit, son puritanisme et son athéisme déclaratif et crois en Dieu.

Comment se débarrasser de l'ambivalence: diagnostic et traitement

Un état ambivalent doit être diagnostiqué par des spécialistes qui travaillent avec la sphère «mentale» d'une personne: ce sont des psychologues (ordinaires et cliniques), un psychothérapeute, un psychiatre.

Différents tests sont utilisés pour identifier le double état. C'est, par exemple, le test de Kaplan, qui diagnostique le trouble bipolaire; Test du prêtre, qui détecte les situations de conflit; test conflictologique par Richard Petty. Cependant, un test standard permettant de déterminer avec précision la présence ou l'absence d'un état ambivalent n'a pas encore été créé..

Les tests couramment utilisés par les experts comprennent des questions:

  • La personne montre-t-elle aux autres ce qu'elle ressent au fond?
  • Discute-t-il de ses problèmes avec d'autres personnes?
  • Se sent-il à l'aise de parler franchement avec les autres?
  • A-t-il peur que d'autres personnes cessent de communiquer avec lui?
  • Se soucie-t-il si les autres s'en moquent?
  • Devient-il accro aux sentiments désagréables des autres?

Chaque question est notée de 1 à 5, allant de fortement en désaccord à fortement d'accord.

Lorsque la présence de la dualité est établie, vous pouvez commencer à la traiter. Il faut comprendre que l'ambivalence n'est pas une maladie indépendante, mais une manifestation d'autre chose. Par conséquent, afin d'éliminer l'ambivalence, vous devez vous débarrasser de la cause de son apparition..

L'élimination de l'ambivalence se fait à la fois par la méthode médicamenteuse et par des conversations avec un psychologue et un psychothérapeute, des formations, des séances de groupe.

Parmi les médicaments utilisés figurent les antidépresseurs, les tranquillisants, les normotimiques, les sédatifs. Ils soulagent le stress émotionnel, combattent les sautes d'humeur, régulent la quantité de neurotransmetteurs, soulagent les maux de tête et ont d'autres effets; tous ensemble vous permet d'éliminer les causes de l'état ambivalent.

La psychothérapie pour le traitement de l'ambivalence n'est pas moins importante et souvent même plus que la méthode médicamenteuse. Dans ce cas, une approche individuelle de chaque patient est importante, il est nécessaire de prendre en compte les caractéristiques de sa personnalité, son caractère, ses inclinations.