La troisième étape de l'alcoolisme: l'espérance de vie

La dépendance à l'alcool n'est pas seulement une mauvaise habitude, mais une maladie grave résultant de la consommation régulière de boissons alcoolisées en grande quantité. Au fil du temps, une personne développe une dépendance effrénée à l'alcool, le travail de tous les organes et systèmes du corps est perturbé.

Les étapes de l'alcoolisme

La première étape de l'alcoolisme. La personne boit de l'alcool pour le plaisir sans avoir la gueule de bois ou avec de graves symptômes de sevrage.

La deuxième étape de l'alcoolisme. La consommation d'alcool est systématique. Environ tous les 7 à 10 jours, une personne se saoule jusqu'à ce qu'elle devienne inconsciente. Il devient plus difficile d'atteindre l'euphorie et, par conséquent, la quantité d'alcool consommée augmente. Les réflexes de rejet naturel de l'alcool cessent de fonctionner. Une telle personne a souvent l'air déprimée et ne refuse presque jamais d'offrir un verre..

La troisième étape de l'alcoolisme. Boire de l'alcool devient un culte, un rituel sans lequel la vie est impossible. La psyché est gravement affectée: même des échecs légers vous conduisent à la dépression, des difficultés de communication avec les autres surviennent, les liens sociaux sont détruits, y compris au sein de la famille. Dans les cas graves, une dégradation de la personnalité est enregistrée. Les tentatives pour arrêter de boire de l'alcool entraînent non seulement un inconfort psychologique, mais aussi physique et s'accompagnent de douleurs intenses. Le sommeil d'une personne est perturbé, le foie est rapidement détruit, ce qui affecte le teint et les ongles, et les maladies du tractus gastro-intestinal sont aggravées.

Peine de mort ou stade final de l'alcoolisme?

Il est impossible de ne pas être d'accord avec le fait que l'alcool affecte négativement non seulement la qualité, mais aussi l'espérance de vie.
Alcoolisme de stade 3 - un problème grave qui nécessite un traitement immédiat. Sinon, l'espérance de vie du patient n'est pas longue. Selon l'état du corps, un alcoolique peut vivre de 5 à 15 ans. Il est extrêmement important de s'arrêter à l'heure - de consulter un médecin ou un centre de rééducation, où des spécialistes qualifiés vous aideront à sortir du "puits d'alcool".

La situation est compliquée par le fait qu'un alcoolique, étant une personne à la psyché perturbée, ne remarque pas de changements sérieux, ses valeurs changent rapidement et le seul désir vient de remplacer de simples vérités - boire.

Les amis et les proches peuvent remarquer des signes de dépendance à l'alcool au cours de la troisième étape. À ce stade, la personne présente les symptômes suivants:

  1. Mauvais sommeil ou cauchemars
  2. Visage rouge avec une teinte bleutée
  3. Cyanose et tremblements des membres
  4. Pics de pression artérielle, problèmes cardiaques
  5. Développement de l'ulcère gastrique
  6. Anxiété ou peur déraisonnable
  7. Prévisions pour un avenir sain

Il faut noter que troisième stade de l'alcoolisme accompagnée de changements irréversibles dans tous les systèmes corporels. Le foie, le cœur, les vaisseaux sanguins, la digestion souffrent. De nombreuses maladies deviennent chroniques et, par conséquent, une personne est obligée de prendre certains médicaments pour le reste de sa vie..

Faire face seul à une grave dépendance à l'alcool est non seulement difficile, mais aussi dangereux. Le retrait brutal de la dose habituelle d'alcool peut provoquer une crise ou des problèmes mentaux. C'est pourquoi le traitement des alcooliques a souvent lieu dans un hôpital ou un centre de codage de l'alcoolisme. Sous réserve des recommandations médicales, le pronostic d'un avenir radieux est favorable. L'alcoolisme aujourd'hui n'est pas un vice, mais une maladie traitable.

La troisième étape de l'alcoolisme

L'alcoolisme est une maladie grave et mortelle. Selon l'OMS, 2,5 millions de personnes en meurent chaque année. Le plus souvent, cela se produit à la suite d'une cirrhose du foie et de tumeurs cancéreuses..

Dans la pratique médicale, la maladie est généralement divisée en 4 stades, 1, 2, 3 et zéro. Dans les deux premiers, la dépendance est traitable. Chez ces derniers, la thérapie devient difficile. Si aucune mesure n'est prise, le patient mourra dans quelques années.

Symptômes

La dernière étape est caractérisée par une diminution de la dose d'alcool nécessaire à l'intoxication. Certains y voient un indicateur positif. C'est une opinion erronée: un tel signe ne signifie pas que la maladie s'atténue, mais au contraire qu'elle progresse.

L'intoxication due à une moindre quantité d'alcool est due à des anomalies du foie. Il cesse de produire la quantité requise de l'enzyme responsable de la dégradation de l'éthanol. La substance entre immédiatement dans le système circulatoire, une personne se saoule plus rapidement.

  • Détérioration de la tolérance des produits alcoolisés. Les toxicomanes optent pour des boissons plus légères. Leur corps perd la capacité d'absorber de l'alcool fort.
  • Retour des réflexes nauséeux et nausées. Aux premiers stades de la dépendance, de tels symptômes sont observés. Le corps essaie de résister à la pénétration des toxines. Au deuxième stade, ces phénomènes disparaissent, car l'adaptation à l'éthanol se produit. Dans la dernière phase, les signes d'intoxication reviennent, mais n'indiquent pas l'inclusion de fonctions protectrices, mais une intolérance complète à l'alcool.
  • La troisième étape de l'alcoolisme s'accompagne d'une consommation excessive d'alcool. Cela signifie que la dépendance augmente. Le patient ne peut pas se passer de boire un seul jour. Malgré le fait que la part unique d'alcool diminue, la part quotidienne, au contraire, augmente.
  • Dans la deuxième étape, la consommation d'alcool dure cinq à sept jours. Si une personne a des choses importantes à faire, elle est capable de s'en sortir toute seule. Au stade final, l'ivresse dure de plusieurs semaines à plusieurs mois. Le patient ne s'intéresse à rien sauf à l'alcool: il saute le travail, ne fait pas attention aux membres de la famille, néglige l'hygiène personnelle, etc. Vous ne pouvez le sortir de cet état qu'avec des médicaments..
  • Les patients perdent du poids de façon spectaculaire. Ils perdent l'appétit. L'éthanol affecte le cerveau, les signaux sont supprimés, une personne n'a pas faim. Cette condition pathologique est également associée à un épuisement du tractus gastro-intestinal sous l'influence de toxines. Les organes digestifs sont incapables de métaboliser les aliments normalement.
  • Une maigreur excessive n'est pas seulement causée par un manque d'appétit et des problèmes dans le tube digestif. Le patient développe une polyneuropathie. Avec cette pathologie, les nerfs périphériques sont détruits. La formation de la maladie commence par une faiblesse musculaire, des douleurs dans les bras et les jambes. Après cela, les tissus s'atrophient, la sensibilité des mains et des pieds s'aggrave, la peau se décolle, devient sèche et cyanosée.

Au dernier stade de la progression de l'alcoolisme, des symptômes de sevrage apparaissent. Il se caractérise par une forte dégradation du bien-être même après une petite dose d'alcool: tremblements, tachycardie, migraine, problèmes de coordination, vertiges, évanouissements, etc..

Dégradation personnelle et sociale

Au stade final du développement de la dépendance, l'encéphalopathie alcoolique se manifeste. Cela cause des problèmes mentaux..

Le patient commence à se dégrader personnellement et socialement:

  • détérioration de l'activité mentale, de la mémoire;
  • sensation inexpliquée d'anxiété, attaques de panique, irritabilité et agressivité excessives;
  • insomnie, cauchemars;
  • perte de soins;
  • penser maux de tête.

Certains alcooliques font preuve d'une forte agressivité envers les autres, ils ont une forte surexcitation. D'autres, au contraire, tombent dans l'apathie. Les patients au dernier stade perdent généralement leur emploi, leur famille, leurs amis. Leur cercle social se réduit aux compagnons de boisson. Lorsqu'ils sont ivres, ils sont capables de crimes graves. Les toxicomanes ne peuvent pas rendre compte de leurs actions et actions.

Dégradation physique

Avec la dépendance à l'alcool, des changements pathologiques se produisent dans le corps. Les effets nocifs de l'éthanol ont les pires effets sur le système nerveux central. Les toxines détruisent les membranes protectrices des érythrocytes. Ils collent ensemble et obstruent les vaisseaux. Les globules rouges sont responsables de l'apport d'oxygène. Car ils ne peuvent pas le transporter vers le cerveau, l'hypoxie s'installe. Les cellules organiques meurent et des pathologies graves se développent: épilepsie, psychose, amnésie, hallucinations.

Le blocage des vaisseaux sanguins entraîne des problèmes dans le CVS: le sang s'épaissit, des anévrismes se produisent. La conséquence en est un accident vasculaire cérébral hémorragique. Le cœur souffre également de toxines alcooliques. L'organe fonctionne pour l'usure, en conséquence, une hypertrophie myocardique se développe. Cela conduit à l'angine et à la mort.

Des changements pathologiques sont observés dans les organes chargés de filtrer et d'éliminer les toxines. L'éthanol détruit les hépatocytes, une cirrhose du foie se développe. En raison de problèmes rénaux, le corps accumule des liquides et des substances nocives. Des poches, une pâleur et une cyanose de la peau sont observées chez les alcooliques. Cela indique le développement d'une défaillance d'organe.

Les muqueuses du tractus gastro-intestinal sont constamment irritées par l'action de l'éthanol. Les organes digestifs sont sous-alimentés et deviennent enflammés. Une gastrite et un ulcère gastro-duodénal surviennent.

Une inflammation du système respiratoire de nature chronique est souvent diagnostiquée. En raison de problèmes dans le travail du cerveau, la fonction d'inhalation et d'expiration est perturbée. Même une paralysie du centre respiratoire est probable. C'est fatal..

Chez les hommes, un dysfonctionnement sexuel se produit, la qualité et la quantité de spermatozoïdes sont altérées. Chez les deux sexes, le risque de cellules présentant des anomalies chromosomiques augmente et une infertilité peut se développer. Les femmes présentent des problèmes ovariens.

Traitement

Il est conseillé de commencer le traitement de l'alcoolisme aux premiers stades de développement. Dans ce cas, les prévisions seront favorables. La troisième étape de la dépendance peut également être guérie, mais cela prendra beaucoup de temps et d'efforts. Cela ne peut être fait que si le patient comprend qu'il est malade, n'a pas complètement perdu sa fonction mentale et est prêt à écouter les médecins.

Le traitement d'un alcoolique est effectué en milieu hospitalier. Il est sorti de la frénésie à l'aide d'un compte-gouttes avec des médicaments:

  • solcoseryl;
  • sulfate de magnésium;
  • bicarbonate;
  • glucose;
  • le gélatinol;
  • disol.

Ces solutions nettoient le sang, rétablissent le fonctionnement des organes et des systèmes et reconstituent les réserves de nutriments. La thérapie ne commence qu'après la désintoxication.

Pendant le traitement, l'alcool est strictement interdit, même à petites doses..

La dépendance est éliminée en utilisant les techniques suivantes:

  • codage des médicaments;
  • hypnose.

Le traitement avec la médecine traditionnelle au troisième stade n'apportera aucun résultat. Le toxicomane doit être influencé psychologiquement. Avec l'aide de l'hypnose, la peur de la mort en buvant se développe. En conséquence, une aversion persistante pour l'alcool apparaît. L'encodage fonctionne de la même manière et soulagera les envies d'alcool..

Le traitement complexe comprend l'aide d'un psychologue. Il est capable de:

  • créer un modèle de comportement normal;
  • libre de sentiments de culpabilité;
  • déterminer la pathogenèse de la maladie;
  • s'adapter en société.

La thérapie comprend l'élimination des pathologies des organes et des systèmes affectés, ainsi que le renforcement général du corps.

Votre narcologue met en garde: le pronostic de la guérison

Si au stade final du développement de l'alcoolisme, le patient ne demande pas d'aide médicale, le pronostic sera défavorable. Il vivra pendant un maximum de 10 à 15 ans. La durée d'existence dépend du degré de lésion des organes vitaux.

Un alcoolique doit comprendre à quoi conduit sa dépendance et vouloir s'en débarrasser. Le patient est obligé de suivre sans aucun doute toutes les recommandations du médecin et d'abandonner complètement les boissons alcoolisées. L'aide des proches est également importante. Ils doivent faire de leur mieux pour apporter un soutien moral et éviter les pannes. Dans ce cas, il s'avérera de surmonter la dépendance mortelle..

3 étapes de l'alcoolisme et ses conséquences

Le troisième stade de l'alcoolisme est une maladie provoquée par la consommation régulière de boissons alcoolisées pendant 10 à 20 ans. La vitesse de transition vers cette étape dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme. À ce stade, tous les symptômes et manifestations de la maladie sont aggravés et de graves troubles mentaux se développent. Parfois c'est même la schizophrénie.

Concept

Au troisième stade de l'alcoolisme, des changements se produisent dans tout le corps. Depuis ses capacités compensatoires sont complètement épuisées. Par conséquent, tous les symptômes d'intoxication toxique sont prononcés. La tolérance à l'alcool diminue, de sorte que la dose d'intoxication est beaucoup plus faible.

La soif d'alcool est déjà pathologique et irrésistible. Autrement dit, une personne veut boire de l'alcool et ce sentiment est similaire à la soif ou à la faim. Cette volonté conduit à un mépris total des devoirs professionnels ou des principes moraux. Afin d'obtenir un alcoolique, l'alcool est prêt pour beaucoup. Même cruauté envers leur famille et actions illégales. S'il n'y a pas d'argent pour de l'alcool de haute qualité, il utilisera des substituts.

Attention! Pour le troisième stade de l'alcoolisme, il est caractéristique qu'une personne boit seule à différents endroits (parc, transport, arrêt, etc.).

Symptômes et signes

La troisième étape de l'alcoolisme est caractérisée par une consommation excessive d'alcool prolongée, qui alterne avec de courtes périodes de sobriété. Lorsqu'une personne ne boit pas d'alcool, elle présente des symptômes de sevrage:

  • mal de crâne;
  • Courbatures.
  • Dilirium alcoolique - "delirium tremens", c'est-à-dire hallucinations.
  • Trouble de l'appétit, ou plutôt son absence totale.
  • Tachycardie.
  • Nausée et vomissements. Les vomissements ne se produisent pas comme une réaction défensive, mais comme un signal d'intolérance à l'alcool.
  • Tremblement.
  • Des convulsions.
  • Augmentation de la transpiration.
  • Insomnie. Le sommeil ne dure pas longtemps, mais il est accompagné de cauchemars.

Le délire alcoolique se manifeste par des hallucinations visuelles, auditives et tactiles. Selon cet état, un alcoolique peut être identifié, puisqu'une personne commence à prétendre avoir vu des mouches blanches (c'est pourquoi le nom «delirium tremens» est venu). Ou l'alcoolique voit des créatures, et il a le désir de se protéger d'elles, de sorte qu'il peut être dangereux pour les autres. Les hallucinations auditives dues à la consommation d'alcool sont souvent ennuyeuses et la personne peut se comporter de manière imprévisible. Les alcooliques entendent des voix obsessionnelles qui leur disent de faire quelque chose.

Les hallucinations tactiles comprennent la sensation d'insectes ou de serpents sur le corps, de poils dans la bouche, etc. Les proches reconnaissent rapidement ce comportement étrange. C'est déjà une raison pour une action sérieuse..

La troisième étape de l'alcoolisme: le déni du problème

À ce stade, il y aura déjà des perturbations prononcées du fonctionnement du tractus gastro-intestinal (une gastrite survient le plus souvent), du foie (cirrhose, hépatite, hépatose graisseuse). Les troubles du système nerveux central sont les plus critiques pour les humains. Cela se produit en raison de dommages massifs aux cellules du cerveau et de la moelle épinière..

Après avoir bu une dose d'alcool, les personnes atteintes du troisième stade de la maladie peuvent être extrêmement agressives ou passives à tout ce qui se passe autour. Tout dépend du caractère et du tempérament de la personne..

La dégradation de la personnalité se produit également en raison du fait que l'alcoolique perd les contacts sociaux normaux et commence à communiquer avec les mêmes personnes. Par conséquent, toutes les aspirations sont uniquement d'obtenir de l'alcool.

Au troisième stade de la maladie, l'encéphalopathie alcoolique est activée. Cette condition est caractérisée par des changements de type dystrophique qui se produisent dans le cortex cérébral. En raison de cette blessure, les alcooliques souffrent de crises d'épilepsie. Et aussi en plus, une démence prononcée et une amnésie se développent..

La psyché d'un alcoolique

Le stade 3 de l'alcoolisme est très dangereux en tant que manifestation de psychoses aiguës, car leur développement est rapide et se termine par un pré-coma sévère.

Troubles mentaux provoqués par une consommation régulière d'alcool:

  • Crises de panique de peur, d'agression, de jalousie, d'anxiété.
  • Attention dispersée, une personne ne peut pas se concentrer entièrement sur quoi que ce soit.
  • Avec le travail mental, l'alcoolique commence à avoir mal à la tête et gâche immédiatement l'humeur.
  • Dégradation de la personnalité, qui se manifeste par une diminution des capacités intellectuelles d'une personne, des lacunes de mémoire apparaissent. Avec l'abus d'alcool, une personne devient terne juste avant nos yeux et nos proches le remarquent tout d'abord.

L'alcoolique a une anosognosie au grade 3 de la maladie. C'est un état dans lequel une personne nie complètement sa dépendance, elle ne comprend pas que c'est l'alcool qui détruit sa vie. Et à toute mention de cela, une personne développe une réaction inadéquate, une agression.

Il existe plusieurs formes de dégradation de l'alcool. C'est une forme psychopathique, dégradation avec euphorie et dégradation avec aspontanéité..

La forme psychotique est caractérisée par des manifestations négatives telles que le cynisme et l'agression. Par conséquent, il n'est pas difficile pour un alcoolique de faire des remarques sans tact aux autres, dénigrer une autre personne est absolument sans fondement. Aussi, avec ce formulaire, une personne a des accès de franchise, ce qui est parfois ennuyeux.

La dégradation alcoolique avec euphorie consiste dans la bonne humeur d'un alcoolique, la critique de lui-même et tout autour de lui est complètement absent. En même temps, un alcoolique peut discuter nonchalamment de choses insignifiantes ainsi que de moments importants de la vie. Il peut discuter de questions intimes avec des inconnus. En communication, une personne utilise souvent des blagues..

La dégradation avec spontanéité est une forme dans laquelle l'alcoolique est léthargique et passif. Une personne devient un manque d'initiative et toute impulsion à l'action a une réaction passive. Une personne ne revit que lorsqu'une nouvelle dose d'alcool apparaît. Une personne à ce stade de dégradation mène une vie parasitaire. Par conséquent, ces alcooliques sont plus susceptibles de perdre leur famille, leur emploi, leurs amis, leur logement..

Traitement

Les mesures de traitement de l'alcoolisme à 3 stades ne seront efficaces qu'avec un rejet complet de l'alcool. Pour ce faire, une personne doit être aidée à comprendre qu'elle est dépendante et qu'il s'agit d'une maladie. Compte tenu de cela, le traitement doit comporter plusieurs étapes:

  • Thérapie médicamenteuse (désintoxication, traitement symptomatique).
  • Rééducation psychologique.
  • Adaptation sociale.
retour au contenu ↑

Traitement médical

Si une personne boit depuis longtemps, la thérapie doit être intensive. Dans ce cas, les narcologues prescrivent un ensemble de mesures thérapeutiques. La désintoxication est la première étape. Dans le même temps, les toxines sont éliminées du corps par des médicaments. Par conséquent, une personne reçoit des compte-gouttes pendant plusieurs jours. Les diurétiques sont nécessaires, car ils éliminent rapidement les produits de dégradation de l'alcool.

Afin d'éliminer l'alcool éthylique du corps, les éléments suivants sont prescrits:

  • La solution de Ringer. La composition chimique de cette solution comprend du chlorure de sodium, du potassium, du calcium. Ces micro-éléments éliminent efficacement les toxines lourdes et rétablissent l'équilibre normal eau-sel dans le corps.
  • Solution de glucose en combinaison avec des vitamines. Grâce à cet outil, le fonctionnement des processus métaboliques est normalisé, la régénération tissulaire est stimulée. La fonction hépatique est également normalisée. Par conséquent, une telle solution est prescrite pour injection dans une veine lentement.
  • Diazépam. Il s'agit d'un médicament administré par voie intramusculaire. Il est recommandé de l'utiliser pour poursuivre le traitement à domicile. Le diazépam aide à prolonger la période de rémission.
  • Une autre personne reçoit une injection d'adsorbants par perfusion. Ce sont les médicaments Gemodez, Unithiol, Magnesia, etc..
  • La naltrexone est un médicament qui réduit le désir de boire de l'alcool chez une personne..

La solution de Ringer pour l'alcoolisme

Des sédatifs sont nécessaires, à partir desquels la personne dormira bien et cette période sera plus facile. Parfois, même des tranquillisants sont nécessaires. Ils sont sélectionnés individuellement et uniquement sur ordonnance.

De plus, une personne doit traiter des maladies concomitantes qui existent déjà au stade 3 de la dépendance à l'alcool. Il s'agit le plus souvent de pancréatite, de gastrite, de stéatohépatite, de néphropathie, de cardiomyopathie et de cancer du foie, des intestins et de l'estomac..

Aide psychologique

La période de rééducation psychologique est longue, mais ce n'est que grâce à cette méthode qu'une personne peut apprendre à se passer d'alcool. Selon le programme en 12 étapes, utilisé dans le monde entier pour le traitement des alcooliques, cette période peut durer jusqu'à 6 mois. A cette époque, les psychologues travaillent avec une personne, il développe de nouvelles habitudes, trouve le sens de la vie, gagne en foi et en confiance en ses capacités grâce à une introspection bien menée.

Attention! Il vaut mieux qu'après une période de désintoxication, la personne soit dans un centre de rééducation. Ce n'est qu'ainsi qu'il peut se distraire de toutes les tentations et commencer à se remettre..

Une adaptation sociale est nécessaire pour que le toxicomane apprenne à vivre sans alcool, puisse se remettre au travail et en famille. Dans le même temps, un alcoolique a besoin de l'aide d'un psychologue-narcologue et une bonne méthode consiste à visiter des groupes d'alcooliques anonymes..

Prévoir

Le résultat du traitement dépendra de la connaissance ou non de la maladie de la personne. Avec la bonne approche et l'aide de parents, une personne peut se débarrasser de sa dépendance. Mais comme le montrent les statistiques, il y a très peu de telles personnes, car au troisième stade de la maladie, il y a déjà des maladies physiques et mentales concomitantes..

Alcoolisme chronique du troisième stade

Pour le troisième stade (final) de l'alcoolisme chronique, des symptômes qualitativement nouveaux sont caractéristiques, déterminés par une encéphalopathie toxique exprimée à ce stade, des lésions profondes des organes internes, des processus métaboliques conduisant à un affaiblissement des mécanismes de protection. Le stade 3 survient lorsque l'alcoolisme est de 10 à 20 ans, cependant, pas nécessairement chez les patients âgés, l'âge moyen des patients à ce stade est de 45 ans.

Le besoin pathologique primaire d'alcool est significativement modifié. Son caractère obsessionnel diminue, la sensation d'inconfort lors des périodes d'abstinence s'explique moins par des facteurs situationnels que par des troubles de l'humeur à couleur dépressive. En raison de la perte complète du contrôle de la situation, même un traumatisme mental mineur peut provoquer une envie incontrôlée d'alcool, ce qui conduit à un autre excès d'alcool..

La tolérance à l'alcool commence à diminuer au stade de transition 2-3 et au stade 3 formé, elle est considérablement réduite. Le premier signe du passage du stade 2 au stade 3 est une baisse de la tolérance ponctuelle, c'est-à-dire l'intoxication provient de beaucoup moins d'alcool.

Une diminution de la tolérance s'explique par une diminution de l'activité de l'alcool déshydrogénase et d'autres systèmes enzymatiques, ainsi qu'une diminution de la résistance à l'alcool du système nerveux central (encéphalopathie toxique) et une diminution des capacités compensatoires.

La combinaison d'une diminution de la tolérance avec la survenue de vomissements après une intoxication est un signe diagnostique essentiel, indiquant le passage de l'alcoolisme au stade 3.

La nature de l'intoxication au stade III de l'alcoolisme est étroitement associée à une diminution de la tolérance. Étant donné que la quantité unique d'alcool est considérablement réduite, une intoxication aussi grave ne se produit pas, comme au stade 2.

Dans l'ivresse, en règle générale, l'euphorie est absente ou légèrement exprimée, la désinhibition, la malice, l'agressivité est beaucoup moins, donc le comportement d'un patient alcoolique devient plus tolérant dans les lieux publics et à la maison.

Il passe de «violent» à «calme». Lorsque des quantités importantes d'alcool sont consommées, des phénomènes d'étourdissement et de soporose se produisent rapidement. Au stade 3, l'intoxication, même après des quantités relativement faibles d'alcool, peut s'accompagner d'amnésie pendant une période significative.

La perte de contrôle quantitatif en 3 étapes est notée après les plus petites quantités d'alcool - un verre de vodka ou de vin. La «dose critique» provoquant une attraction violente et irrésistible est réduite au minimum. Le contrôle de la situation en 3 étapes est totalement absent, conséquence d'une grave dégradation de l'alcool.

Le syndrome de sevrage alcoolique au stade III survient après la consommation de doses relativement faibles d'alcool, s'accompagne de troubles somatovégétatifs et neurologiques plus persistants et prolongés qu'au stade 2, d'un état douloureux général et d'une irrésistible envie d'ivresse (la deuxième variante du besoin pathologique secondaire d'alcool).

Puisque dans les 3 stades de l'alcoolisme, les doses uniques d'alcool sont relativement faibles, les symptômes d'abstinence apparaissent en quelques heures, tandis que le désir de se saouler est très intense et irrésistible. Pour les étrangers, un alcoolique au stade 3 de la maladie est moins perceptible en état d'intoxication, lorsqu'il est passif, éprouve un état de confort, mais en abstinence il est pointilleux, mendiant, humilié et parfois agressif, peut immédiatement utiliser des substituts contenant de l'alcool.

Formes d'ivresse. Pour le stade de transition 2-3, l'ivresse intermittente est caractéristique, indiquant le début d'une diminution de la tolérance à l'alcool. Dans le futur, soit l'ivresse constante se forme dans un contexte de tolérance réduite, soit le plus caractéristique du stade 3, les crises cycliques.

L'ivresse constante dans un contexte de tolérance réduite est caractérisée par l'utilisation de portions fractionnées d'alcool pendant la journée à des intervalles de 2 à 4 heures. L'alcoolique est constamment en état d'intoxication légère ou modérée.

Pour arrêter les symptômes de sevrage, il boit non seulement pendant la journée, mais aussi la nuit, en stockant de l'alcool pour cette fois. Une interruption forcée de la consommation d'alcool, même pendant plusieurs heures, provoque des troubles somatovégétatifs et neurologiques douloureux. L'ivresse sous cette forme continue pendant de nombreux mois, parfois des années.

L'ivresse en 3 stades d'alcoolisme, se présentant sous la forme de crises périodiques ou cycliques, est le symptôme le plus caractéristique et cliniquement décrit du stade 3 de la maladie.

Lors d'une frénésie cyclique, dans les premiers jours de celle-ci, les patients consomment des doses relativement importantes d'alcool en portions fractionnées. Intoxication de degrés assez sévères avec excitation, formes de comportement antisociales, état soporique, amnésie profonde. Après 3-4 jours d'une telle ivresse, la tolérance est considérablement réduite, pour arrêter les symptômes de sevrage, le patient est obligé de boire une petite dose d'alcool toutes les 2-3 heures.

Ceci s'accompagne de troubles somatovégétatifs prononcés, d'anorexie, de symptômes dyspeptiques sévères (vomissements, diarrhée), de faiblesse, de troubles du système cardiovasculaire. Le 7-8ème jour de consommation excessive d'alcool, le patient ne peut pas tolérer même de petites doses d'alcool. Peu à peu son état s'améliore, il est «soigné».

Auparavant, cette forme de boisson était appelée «consommation excessive d'alcool laxatif». Après la fin de la frénésie, le patient s'abstient de boire de l'alcool pendant un certain temps, mais le tout premier verre bu conduit à l'émergence d'une attraction secondaire et d'une nouvelle frénésie..

Dégradation alcoolique de la personnalité. Si dans les 1-2 stades de la maladie, dans une large mesure, on peut dire une déformation de la personnalité alcoolique - des changements de personnalité réversibles, alors pour le deuxième stade de l'alcoolisme chronique, une dégradation sociale et mentale plus ou moins prononcée de la personnalité (changements irréversibles) est caractéristique.

Le signe le plus significatif de dégradation sociale d'une personnalité est une diminution et, à l'avenir, une perte de connaissances et de compétences professionnelles. Certains patients cessent de se conformer à l'ordre de travail établi, la discipline du travail, changent d'emploi, déclinent professionnellement, effectuent un travail occasionnel peu qualifié, peuvent mener un mode de vie parasitaire.

La dégradation mentale en 3 étapes de l'alcoolisme est déterminée par l'effet toxique de l'intoxication chronique à l'alcool sur le cerveau et par l'encéphalopathie alcoolique chronique qui en résulte. De plus, de profonds changements de personnalité sont essentiels..

Dégradation de type alcoolo-psychopathique. Il est plus correct de qualifier ce type de développement de la personnalité pathologique, en raison de l'absence de signes de psychosyndrome organique.

Pour ce groupe de patients, la perte la plus typique des normes morales et éthiques de comportement, se manifestant par la tromperie, la vantardise, l'humour grossier, la surestimation de leurs capacités, l'absence totale de critique à l'ivresse en combinaison avec l'instabilité affective, l'explosivité, l'incontinence des affects, la colère avec des éléments d'agressivité et par intoxication, transition de l'euphoricité aux états subdépressifs.

Chez ces patients, les troubles intellectuels-mnésiques sont insignifiants, les réserves de connaissances antérieures et de compétences professionnelles peuvent être conservées pendant longtemps. Mais ces opportunités, en règle générale, ne sont pas réalisées..

Dégradation par type organique-vasculaire. Au premier plan chez les patients se trouve un déclin intellectuel-mnésique, qui se manifeste par des troubles de la mémoire et de l'attention, l'apathie, la fatigue et une diminution de la capacité de travail. Parallèlement à cela, il y a des troubles du sommeil, une humeur basse, une faiblesse. Ces patients sont caractérisés par des états dépressifs à tendance suicidaire survenant en cas d'abstinence.

Les formes extrêmes de dégradation alcoolique, selon le type organique-vasculaire, sont les syndromes pseudoparalytiques et pseudotumoraux. Avec un syndrome pseudo-paralytique, la complaisance, la bavardage, se vanter d'une perte totale d'attitude critique envers sa condition se révèlent au premier plan.

Le syndrome pseudotumoral est moins courant, qui survient lorsque l'alcoolisme est associé à des formes sévères d'encéphalopathie, d'athérosclérose cérébrale et d'autres maladies organiques du cerveau. Il se manifeste par l'apathie, la matité émotionnelle, atteignant des degrés tels que le patient donne l'impression d'être dans un état d'étourdissement..

Les patients présentant des symptômes de dégradation organique-vasculaire ne sont pas aussi difficiles dans la vie quotidienne que les patients présentant des changements de personnalité de type alcool-psychopathique, ils recherchent volontiers une aide médicale, ne refusent pas le traitement anti-alcoolique.

Dégradation de type mixte. Le plus souvent, il n'y a pas de formes extrêmes de dégradation de l'alcool, mais des formes mixtes, comprenant à la fois des éléments de troubles intellectuels-mnésiques associés à l'effet néfaste de l'alcool, et des changements de personnalité selon le type alcool-psychopathique.

En plus du type de changement alcoolique dans la personnalité du patient, il est nécessaire de distinguer son degré et sa profondeur. Les changements initiaux de la personnalité des patients souffrant d'alcoolisme, se manifestant par une légère diminution des capacités intellectuelles, des violations des normes morales et éthiques tout en maintenant les compétences professionnelles et la capacité d'adaptation, sont caractéristiques du stade 2 de l'alcoolisme.

Avec l'aggravation des signes énumérés, il est possible de diagnostiquer une démence partielle, qui correspond au stade transitoire 2-3 de la maladie. Avec des degrés prononcés de dégradation de l'alcool, les capacités d'adaptation sont altérées et la capacité de travailler est perdue.

Psychoses alcooliques. Les psychoses alcooliques aiguës surviennent souvent dans les étapes de transition 2-3 ou 3. Aux mêmes stades, outre le délire, l'hallucinose, la paranoïde, la psychose de Korsakov, l'encéphalopathie alcoolique de Gaie-Wernicke, des psychoses atypiques avec des symptômes hallucinatoires-paranoïdes peuvent survenir.

Diagnostic du 3ème stade de l'alcoolisme. Un signe objectif essentiel de la transition de l'alcoolisme du stade 2 au stade 3 est une diminution de la tolérance à l'alcool de 25% ou plus..

Le stade 3 formé est caractérisé par des signes tels que la perte de contrôle quantitatif à partir de doses minimales d'alcool, l'apparition de vomissements en cas d'intoxication, une composante somato-végétative prononcée avec des phénomènes somatiques généraux sévères, avec un désir irrésistible d'intoxication alcoolique (la deuxième variante du désir pathologique secondaire pour l'alcool), la forme d'ivresse - intermittente ou constante dans un contexte de tolérance décroissante (stades 2-3) et de doses fractionnelles constantes d'alcool sur fond de tolérance réduite et sous forme de crises cycliques (stade 3). Phénomènes de dégradation de la personnalité modérés (2-3 étapes) ou prononcés (3 étapes).

La troisième étape de l'alcoolisme

Contenu:

  1. Caractéristiques de l'envie et de la tolérance à l'alcool au troisième stade de l'alcoolisme
  2. Comment la nature de l'intoxication change au stade 3 de l'alcoolisme
  3. Formes d'ivresse et degré d'alcoolisme stade 3
  4. Caractéristiques du traitement des patients atteints d'alcoolisme de stade 3

Le stade 3 de l'alcoolisme chronique est la phase finale de cette maladie. Elle se caractérise par une image symptomatique, caractérisée par le développement de pathologies toxiques sévères. Chez le patient, presque tous les organes internes sont affectés, une encéphalopathie prononcée est déterminée, tous les mécanismes de protection et de protection sont affaiblis. La dernière période de dépendance à l'alcool se forme 10 à 20 ans après le début de la maladie. Mais les personnes souffrant de cette forme de maladie n'appartiennent pas toujours à la vieillesse. Le stade final de la maladie peut également affecter la catégorie des jeunes. Le principal contingent de patients est âgé de 45 ans. Les médecins des cliniques de toxicomanie doivent consacrer beaucoup d'efforts pour aider les alcooliques souffrant de cette pathologie..

Caractéristiques de l'envie et de la tolérance à l'alcool au troisième stade de l'alcoolisme

Le désir pathologique de prendre de l'alcool revêt des particularités.

Cela devient typique pour lui:

  • La présence de plaintes inconfortables graves lors de l'abstinence. Ils s'expliquent par des troubles affectifs et la dépression, la souffrance physique.
  • Perte complète du contrôle de la situation, conduisant à une attraction effrénée pour presque toutes les raisons.
  • Une forte diminution de la tolérance, se manifestant par une intoxication par de petites quantités d'alcool, contrairement aux doses énormes du stade précédent de la dépendance physique. Mais les patients boivent très souvent pendant la journée, de sorte que la part totale d'alcool consommée reste élevée..
  • Arrêter de boire des boissons fortes et passer à des boissons plus faibles, en raison de l'épuisement des forces de protection, d'une diminution de l'activité des enzymes qui dégradent l'alcool.
  • L'apparition d'un réflexe nauséeux lors de la prise de grandes quantités de produits à base d'éthanol (aux stades 1 et 2, ce symptôme est absent).

Comment la nature de l'intoxication change au stade 3 de l'alcoolisme

Étant donné que les doses uniques d'alcool deviennent petites, la gravité de leur action est assez faible. L'intoxication aiguë sévère chez les patients ne se produit plus. L'euphorie est presque imperceptible, tout comme les traits de comportement «violents». Dans les phases finales de la maladie, les patients semblent principalement calmes et léthargiques. Les deux types de contrôle - quantitatif et situationnel sont absents. Les ivrognes boivent n'importe où et sans raison.
Les symptômes de sevrage se développent après avoir consommé même de petites quantités de produits contenant de l'alcool.

Sa structure est dominée par:

  • État douloureux général et humeur.
  • Troubles de l'autonomie: tremblements, frissons, difficulté à parler, discoordination.
  • Rythme cardiaque lent, tendance à l'évanouissement et insuffisance vasculaire aiguë.
  • Une envie irrésistible de gueule de bois pour se soulager.

Les patients sont prêts à tout pour obtenir la dose «thérapeutique». Ils mendient, s'humilient, mais ils peuvent aussi être agressifs. Il y a des cas fréquents d'ivresse avec des substituts - eau de Cologne, vernis, etc. En général, les symptômes de sevrage sont assez difficiles..

Formes d'ivresse et degré d'alcoolisme stade 3

Avec le passage de la 2e à la 3e phase de la maladie, un type d'abus intermittent apparaît. Elle se caractérise par une superposition d'épisodes d'ivresse sur une forme permanente d'intoxication. Lorsque la maladie acquiert pleinement les caractéristiques du degré final, la tolérance commence à diminuer. Les patients développent deux types d'alcoolisme.

Ceux-ci inclus:

  • Ivresse constante sur fond d'intoxication rapide par petites doses.

Les alcooliques boivent de petites portions - 100 à 150 grammes, le plus souvent d'alcool faible. Ce montant leur suffit pour tenir dans la "zone de confort" relative pendant environ 2 à 4 heures. Ensuite, une répétition de boire est nécessaire. Ce mode vous permet d'être constamment dans un degré d'intoxication léger ou moyen. Lorsque des signes de sevrage apparaissent, les ivrognes recherchent une gueule de bois urgente, y compris la nuit. Les buveurs essaient de s'approvisionner en quantité d'alcool nécessaire pour une utilisation future afin de ne pas ressentir de troubles somato-végétatifs douloureux, en particulier des tremblements douloureux. Ils peuvent maintenir un tel rythme pendant des mois, voire des années..

  • Boire régulièrement (cyclique).

Ce type d'état d'ivresse a sa propre image et ses propres symptômes. Les 3-5 premiers jours, les patients boivent de fortes doses d'alcool. Ils présentent des formes sévères d'intoxication. Le lendemain, la tolérance diminue fortement. Pour éviter une gueule de bois douloureuse, les alcooliques boivent de petites portions d'alcool toutes les 2-3 heures. Mais même se saouler ne les sauve pas de l'abstinence. Ils ne peuvent pas manger, souffrent de vomissements et de diarrhée, de douleurs cardiaques et d'arythmies. En l'absence de dose «d'économie», ils développent une peur de la mort. Au bout de 7 à 8 jours, les buveurs perdent la capacité de gueule de bois. Avec beaucoup de difficulté, ils ne boivent que de l'eau. Les symptômes de sevrage atteignent leur apogée avec des vomissements atroces, de fortes augmentations de la pression artérielle. Peu à peu la condition s'améliore.
Le stade 3 est caractérisé par une grave dégradation de la personnalité. Avec lui, les patients perdent les manifestations résiduelles de la socialisation dans la société - ils cessent de travailler dans leur spécialité principale. Peu à peu, ils perdent leurs qualifications et, pour trouver une opportunité de gagner de l'argent, ils recherchent les types d'activités les plus primitifs. Bientôt, les alcooliques commencent à mener un style de vie mendiant et parasitaire..

Ils développent:

  • Maladies chroniques sévères.
  • Psychoses alcooliques.
  • Troubles mentaux explicites: perte de mémoire, apathie, type d'humeur dépressive.

Ils commettent souvent des actes suicidaires..

Caractéristiques du traitement des patients atteints d'alcoolisme de stade 3

Les soins aux patients sont principalement symptomatiques. En relation avec la dégradation prononcée, les tentatives de motivation n'ont aucun sens. L'accompagnement des alcooliques n'est possible qu'en milieu hospitalier.

Pour ce faire, ils sont prescrits:

  • Programme de désintoxication.
  • Thérapie psychotrope, qui aide à soulager temporairement les envies d'alcool et à éliminer les manifestations de troubles psychotiques.
  • Pharmacothérapie de soutien pour faciliter le fonctionnement des principaux organes.
  • Remèdes symptomatiques.

Il est conseillé aux patients de créer un aliment diététique enrichi afin d'éliminer la déshydratation et la cachexie, l'hypovitaminose. Si possible, ils doivent être hospitalisés dans des cliniques palliatives.

Paternité et édition de texte:
Chef du département de psychiatrie et de narcologie du MC "Alkoklinik", psychiatre-narcologue A.G. Popov, psychiatre-narcologue L.A. Serova.

Symptômes et signes de la troisième (dernière) étape de l'alcoolisme. Combien vivent avec ce diagnostic?

L'alcoolisme est une maladie mortelle. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la surutilisation des boissons alcoolisées cause 2,5 millions de décès chaque année. Le plus souvent, les buveurs meurent d'une cirrhose du foie et d'un cancer. La dépendance à l'alcool passe inaperçue.

Cependant, sa formation passe par certaines phases. S'il est encore possible de sauver le patient aux premier et deuxième stades, le dernier stade de l'alcoolisme est très difficile à traiter. Sans soins médicaux, l'espérance de vie dans ce cas sera très petite - pas plus de trois mois..

Formation d'habitudes de consommation

Vous pouvez devenir esclave du «serpent vert» très rapidement et sans vous faire remarquer. D'un point de vue physiologique, l'initiation à la boisson peut être expliquée brièvement et simplement. Le corps de chaque personne produit une hormone spéciale - la dopamine. Grâce à ce composant, l'individu éprouve un sentiment de bonheur et de joie. Lorsque l'alcool pénètre dans la circulation sanguine, une grande quantité de dopamine est libérée.

Le buveur prend beaucoup de plaisir. Le danger réside dans le fait que plus vous buvez de l'alcool, moins le corps produira lui-même cette hormone. Tout se termine par le fait que l'alcoolique ne peut être satisfait qu'après la prochaine dose d'alcool. Le toxicomane se sent déprimé et déprimé lorsqu'il est sobre..

Voici une liste des principaux facteurs qui influencent le développement de l'alcoolisme:

  • Les types de boissons alcoolisées qu'une personne boit. Toute consommation d'alcool peut entraîner une dépendance, cependant, plus le degré est élevé, plus ce processus sera brillant et rapide. Par exemple, en Moldavie, le vin est consommé dans chaque famille, mais, néanmoins, le pourcentage d'alcoolisation dans le pays est inférieur à celui de la Russie;
  • Stabilité financière. Le plus souvent, les personnes des couches inférieures de la société boivent, celles qui n'ont pas un revenu régulier;
  • Attitude envers l'alcool dans l'environnement. Si un individu communique avec des personnes fidèles à l'alcool et boivent souvent, alors tôt ou tard, il adoptera lui-même ce modèle de comportement;
  • Hérédité. Les envies de boire sont transmises par le génome.

Changement personnel et social

En raison de l'alcool, une dégradation de la personnalité se produit, les barrières de retenue disparaissent. Un toxicomane peut frapper une femme ou une personne âgée. Le patient devient un parasite, cesse de fonctionner. Cependant, les compétences professionnelles demeurent. Un alcoolique néglige ses devoirs, devient désordonné, oublie les normes d'hygiène de base. Dans les derniers stades, l'intérêt même pour l'alcool disparaît, l'individu continue de boire par inertie.

L'étape 3 de l'alcoolisme est caractérisée par le fait qu'une personne commence à se saouler avec les autres. La reconstitution des rangs des buveurs devient le principal objectif de sa vie. L'alcoolique essaie de ramener les connaissances codées à la bouteille, offre un verre à tous ceux qu'il rencontre.

Symptômes de problèmes physiologiques du troisième stade de l'alcoolisme

Au dernier stade de la dépendance, une forte détérioration de la santé se produit. Toutes les maladies précédemment acquises se transforment maintenant en un stade sévère.

Tout d'abord, le coup est appliqué sur le tractus gastro-intestinal. L'alcoolisme chronique entraîne des lésions de la membrane muqueuse de tous les organes digestifs. Le processus d'absorption des liquides est perturbé, c'est pourquoi la déshydratation est souvent enregistrée chez les personnes qui boivent..

Le troisième degré de dépendance est caractérisé par une inflammation du pancréas, mais c'est au mieux. L'organe peut être complètement endommagé. La nécrose pancréatique, comme ce phénomène est appelé en langage médical, est un diagnostic sans espoir, vous pouvez vivre avec très peu.

Une autre maladie du pancréas, la pancréatite, n'est pas moins dangereuse. Avec cette maladie, l'organe «se mange», ce qui fait souffrir les reins, le foie, le cerveau et les poumons. Le dernier, troisième stade de l'alcoolisme est souvent marqué par l'apparition d'un cancer. Des études ont montré que l'alcool est un cancérigène qui conduit au cancer. Habituellement, les alcooliques meurent d'un cancer de l'estomac, de l'intestin et du sein.

Les problèmes hépatiques deviennent évidents dans les derniers stades de la maladie. Cette caractéristique s'explique par le fait que le foie est un organe qui ne fait pratiquement pas de mal et qui est détruit imperceptiblement. La maladie alcoolique la plus courante est la cirrhose. La destruction du foie rend difficile la circulation du sang vers le cœur. La stagnation se produit dans les veines de l'œsophage, de gros nœuds se forment qui peuvent éclater à tout moment. Le saignement qui a commencé est difficile à arrêter, il peut entraîner la mort du patient.

En raison de la grande quantité d'alcool, le cœur devient mou et perd sa capacité à se contracter. Ce phénomène est appelé cardiomyopathie alcoolique..

Coma alcoolique

Le troisième stade de la dépendance à l'alcool peut être caractérisé par le fait que le patient tombe dans le coma. Dans cette condition, une personne n'est pas capable de respirer, d'avaler et de bouger d'elle-même. Tous les muscles sont détendus.

La cause du coma est une lésion cérébrale alcoolique. L'alcool excite d'abord tout le corps, puis le détend. Le cerveau ivre désactive les centres responsables du mouvement et de la respiration. Lors d'un coma, un œdème tissulaire se produit, une diminution du volume sanguin. Tout cela conduit à des convulsions et à une diminution de la pression à un niveau dangereux..

L'alcool réduit la quantité de sucre dans le corps humain, ce qui peut contribuer à l'apparition d'un coma. Pour démarrer ce processus, le sang du patient ne doit contenir que 3 ppm d'alcool..

Traitement de l'alcoolisme avancé

Beaucoup de gens pensent que la troisième phase de l'alcoolisme est incurable. Cette opinion erronée est renforcée par le fait que les médecins n'aiment pas beaucoup s'occuper de patients aussi gravement malades. Cela est souvent dû à l'âge des toxicomanes (plus de 40 ans) et à la présence de maladies chroniques..

En fait, l'alcoolisme de la troisième étape peut être guéri, mais le processus sera long et difficile. L'efficacité dépend en grande partie de l'état mental de la personne. Si le patient n'a pas encore perdu la capacité d'entendre les autres, prend contact et conserve les rudiments de l'intelligence, les chances de guérison augmentent.

Plus une personne a bu longtemps, plus son traitement sera long et difficile. Tout d'abord, le patient est sorti de la frénésie. Dans cette situation, cela ne peut être fait que dans un hôpital. Le patient est instillé.

Le système comprend:

  • solcoseryl;
  • sulfate de magnésium;
  • bicarbonate;
  • glucose;
  • le gélatinol;
  • disol.

Les composants répertoriés nettoient le sang, restaurent les fonctions de base du corps et reconstituent les réserves de substances nécessaires. Le traitement d'un alcoolique ne commence qu'après l'élimination des symptômes d'intoxication alcoolique.

La caractéristique de la troisième phase de la toxicomanie prévoit une interdiction stricte de la consommation de boissons alcoolisées. Alors que dans les deux premiers stades de la maladie, il s'agit de réduire la dose.

Les méthodes courantes pour se débarrasser de la dernière étape de la dépendance comprennent:

  • codage;
  • hypnose.

Divers comprimés, gouttes et préparations à base de plantes sont inefficaces dans cette situation. Un alcoolique expérimenté ne peut être influencé que psychologiquement. Avec l'aide de l'hypnose, il sera possible d'inculquer la peur de mourir même après avoir bu une petite quantité d'alcool. Compte tenu d'une mauvaise santé, la peur de l'alcool vient rapidement.

Le codage intimidera non seulement le patient, mais libérera également le désir obsessionnel de siroter ne serait-ce qu'une goutte d'alcool.

La psychothérapie est une couche énorme de traitement pour l'alcoolisme avancé. Il est nécessaire de restaurer les qualités personnelles, d'aider le patient à retourner dans la société.

Le psychologue est capable de:

  • former des modèles de comportement adéquats;
  • libre de sentiments de culpabilité;
  • trouver la cause de l'ivresse.

Une grande attention est accordée au renforcement du corps. Parallèlement aux mesures visant à libérer le patient de la dépendance, les organes affectés sont traités.

Étapes de la formation de la dépendance

Il y a trois étapes de l'alcoolisme. Un signe certain de la première étape est une envie constante et forte de boire:

  • le patient peut parler d'alcool pendant des heures;
  • commence à bien comprendre tous les types de boissons fortes;
  • sait en quoi ils diffèrent par leur goût, de quoi ils sont faits et quand ils sont utilisés.

Les autres symptômes de la première étape de la dépendance sont:

  • Recherche pathologique d'une raison de boire de l'alcool. Désormais, aucun événement ne peut se passer de boissons fortes, et tout événement «doit être noté»;
  • Réduire votre liste d'amis. Un homme ne laisse dans son cercle que ceux qui aiment la bouteille;
  • La dose d'alcool est augmentée. Si auparavant un individu consommait 150 grammes et que c'était bon pour lui, maintenant, pour atteindre cet état, il doit boire 500 grammes;
  • Pas de gueule de bois. Après un alcool, une personne ne souffre pas de maux de tête, d'indigestion et de troubles intestinaux, car il n'y a pas d'intoxication du corps.

Le deuxième stade de l'alcoolisme est caractérisé par l'apparition de la frénésie, c'est le nom du phénomène lorsque le patient consomme de l'alcool en continu pendant 3, 7, 14 jours ou plus. En raison de la consommation fréquente, une grande quantité de produits de décomposition éthylique s'accumule dans le corps, un empoisonnement se produit - une gueule de bois.

Pendant les symptômes de sevrage, une personne éprouve:

  • nausées sévères;
  • vomissement;
  • vertiges;
  • des frissons;
  • courbatures;
  • migraine;
  • dépression, anxiété;
  • insomnie;
  • tremblement dans les bras et les jambes;
  • essoufflement;
  • transpiration abondante.

Le syndrome de la gueule de bois peut survenir à la fois avec l'alcoolisme chronique et avec une seule utilisation de grandes quantités d'alcool. Plus la consommation est ivre et plus la frénésie dure longtemps, plus l'intoxication sera grave. Ce problème ne peut être ignoré, la gueule de bois doit être traitée. L'intoxication avec des produits de dégradation de l'alcool peut entraîner une déshydratation, une rupture de l'œsophage et une crise cardiaque.

Afin de soulager son état, le patient boit une nouvelle dose d'alcool et ressent une amélioration notable. Cependant, après avoir dégrisé, il redevient malade. Une personne se saoule à nouveau - c'est ainsi que se forme une frénésie, très peu de gens peuvent s'en sortir eux-mêmes. Cette condition est dangereuse en raison de la survenue d'un coma alcoolique, qui entraîne la mort..

Au deuxième stade de la dépendance, l'apparence d'une personne change:

  • le visage gonfle beaucoup, devient gonflé;
  • le type de peau change, elle devient soit très grasse, soit douloureusement sèche;
  • le filet veineux autour du nez est visible;
  • des poches sous les yeux apparaissent;
  • le blanc des yeux jaunit.

Plus une personne boit de l'alcool, plus les organes internes souffrent. Au deuxième stade de la dépendance, une cirrhose incurable du foie peut se former. La durée de vie d'un patient avec un tel diagnostic ne dépend que de lui, car chaque cent grammes d'alcool est volé plusieurs jours de sa vie.

Pronostic décevant pour les autres organes. L'alcool affecte:

  • Reins. Ces organes cessent de fonctionner normalement et peuvent complètement échouer et devenir inefficaces;
  • Un cœur. 23% de toutes les crises cardiaques sont dues à l'alcoolisme;
  • La vésicule biliaire. L'alcool interfère avec l'écoulement normal de la bile;
  • Organes reproducteurs. La plupart des ovules meurent, les spermatozoïdes perdent leur mobilité;
  • Cerveau. Les connexions neurales sont détruites, la matière grise se dessèche. Pour cette raison, les capacités mentales se détériorent. Les hallucinations commencent, les états délirants et le delirium tremens.

Les changements de comportement sont le principal symptôme psychologique de l'apparition du deuxième stade de l'alcoolisme. Personne auparavant calme et courtoise, devient querelleuse et agressive. En état d'ivresse, le patient provoque délibérément des scandales et des bagarres. Cela vaut également pour les femmes. Une fille calme et attentionnée peut devenir effrontée, irresponsable et scandaleuse..

La dernière étape de l'alcoolisme

La dernière étape de la formation de la dépendance est l'alcoolisme du 3e degré. Il se rapproche généralement de 40 ans, lorsque le patient a une expérience impressionnante de boire.

Un symptôme frappant du fait que la troisième étape de l'alcoolisme fronce les sourcils est une forte réduction de la dose d'alcool. Le point ici n'est pas du tout une maîtrise de soi intensifiée. La personne ne peut tout simplement plus boire. Le foie est usé et ne produit pas d'enzymes qui dégradent l'alcool. L'alcool s'accumule dans le sang. Le patient se saoule très rapidement, peut "se déconnecter" même d'une pile.

Il y a une forte envie de boire, le toxicomane n'est presque jamais sobre. Une longue série de beuverie dure commence. L'alcool continu s'accompagne d'un manque total d'appétit. L'estomac cesse d'assimiler la nourriture, les repas se terminent généralement par des vomissements. L'alcoolique épuise enfin son corps, perd beaucoup de poids. La peau devient grise et les cheveux sont secs et ternes.

Une autre caractéristique de cette étape est la perte de mémoire. Une personne ivre peut même ne pas se souvenir de ce qui s'est passé il y a 5 minutes. L'amnésie se développe très rapidement. En conséquence, une personne oublie son nom, ne reconnaît pas ses proches. Les problèmes de mémoire peuvent persister même après la guérison d'une consommation excessive d'alcool, car ils surviennent en raison de dommages causés par l'alcool au cerveau.